Faire rebondir le projet traverse

Maintenant que le projet traverse a rencontré avec succès le public intéressé par les enjeux patrimoniaux, nous voulons pérenniser l’opération en permettant aux acteurs du tourisme et de la culture de créer des usages du même type.

Nous souhaitons donc transformer notre application d’édition – actuellement encore au stade du prototype – en un produit générique utilisable par les professionnels du tourisme et de la culture.
Nous sommes également convaincus du potentiel de l’outil pour des usages pédagogiques (classes d’histoire, de sensibilisation aux médias et au numérique, etc.).

Pourquoi, comment et avec quels objectifs transformer notre application actuelle en un produit générique ?
Quelques réponses dans les lignes qui suivent…

Une application du patrimoine peut en cacher une autre…

Aller vers ses publics

Les institutions du savoir, les opérateurs touristiques, les structures culturelles et patrimoniales ont aujourd’hui besoin d’exister de manière vivante et évolutive au sein des nouveaux usages numériques de leurs publics respectifs.

Chaque entité a donc son site internet; parfois son application mobile dédiée et / ou sa base de donnée en ligne, souvent aussi des pages Facebook ou des profils sur Twitter ou Instagram pour pousser des contenus sur les réseaux sociaux, là où se trouve le public. En espérant pouvoir convertir l’internaute en spectateur ou en visiteur, voire en le rendant partie prenante active (créateur de contenu, ambassadeur) de son offre…

Chaque entité doit alors faire le même type de travail, avec le peu de ressources humaines et financières disponibles pour communiquer et faire le marketing de son apport à la société.

Force est de constater que très souvent ce travail en mode marathon solitaire ne porte que très peu de fruits tangibles sur le moyen terme : il y a bien une présence multi-canal plus ou moins évoluée, mais l’expertise et la valeur de l’entité se diluent dans les messages courts qui existent sur des temps de consommation de plus en plus limités.

Au delà d’un buzz lié à un évènement porteur, que reste-t-il du savoir original créé par les professionnels ; que reste-t-il des expériences individuelles, plus ou moins inspirantes mais toujours authentiques, des utilisatrices et utilisateurs ?

Embarquement immédiat pour un voyage dans le temps

Avec une promesse

Partant de ce constat, il existe une problématique encore plus difficile à appréhender que celle de garantir une profondeur et une pérennité à ses messages : comment s’adresser de manière personnalisée et vivante à son public, c’est-à-dire de pouvoir converser potentiellement avec chaque utilisateur.

Les attentes du public sont fortement influencées par l’expérience personnalisée permise par les Facebook, Google, Amazon et consorts : au-delà de la qualité très variable de chaque contenu consommé sur ces plateformes, ce que le visiteur cherche est avant tout une expérience utilisateur individuelle, émotionnelle, organique.

Qu’Internet se mette à son échelle, respire au rythme de sa propre respiration, accueille comme un organisme bienveillant (car non hiérarchisant) ses idées, ses images, ses questions…

Comment alors les industries culturelles et le tourisme peuvent-ils proposer ce type d’expérience, sans tomber dans le piège de tout pousser sur les réseaux sociaux, comme c’est de plus en plus le cas ? Ce n’est pas parce que c’est gratuit et simple à faire que c’est un bon calcul : les intérêts de Facebook ou de Google diffèrent grandement de ceux des producteurs de contenus…

Pour vivre une expérience

La question principale se résume donc comme suit : comment les acteurs susmentionnés peuvent-ils continuer de produire des contenus et des informations (c’est leur métier de base), tout en proposant une expérience utilisateur engageante et originale, qui puisse véritablement valoriser leurs contenus et servir leurs missions ?

Simplement à partir de leur expertise existante, comment les professionnels de ces structures peuvent-ils ajouter une “couche” (un contexte, des mises en relation principalement) qui sera publiée en même temps que leurs contenus, de manière à structurer leur offre comme un tout (avec le fond, la forme et la manière qui s’entrelacent avec cohérence) ?

L’équipe de développeurs du projet traverse a développé durant l’année 2017 un outil d’édition web collaboratif qui répond à ces questions de manière très concrète. Cet outil permet actuellement aux institutions partenaires de créer des liens et de tisser des histoires à partir de fiches descriptives.

L’utilisateur final peut consulter des informations structurées et maîtrisées, tout en ayant la possibilité de découvrir dans le flux vivant et évolutif des contenus publiés une invitation à explorer ce qui fait la richesse de notre patrimoine culturel partagé.

L’équipe de traverse en pleine réunion à Archamps pour réfléchir à la suite

Développer un outil web pérenne

L’enjeu actuel est de pouvoir profiter de l’expérience du projet et de l’outil traverse pour proposer, une fois le financement et les partenaires trouvés, cet outil d’édition novateur à toute structure ayant besoin d’apporter des réponses aux questions posées dans ce texte.

Cette application s’intègrerait de manière complémentaire dans l’écosystème d’outils métier utilisés par les entités en charge d’amener la culture vers ses divers publics. En effet, l’application d’édition traverse permet déjà d’ajouter simplement, à partir des fiches existantes dans les bases de données institutionnelles, des mises en relation entre des lieux, des objets, des personnages, des évènements ou des médias.

Ces mises en relation ne sont pas uniques et figées: un peu comme des associations d’idées, ils forment une chaîne “organique” multi-potentielle, avec laquelle il est possible d’entrer en dialogue, en tant qu’utilisateur.

La méthode traditionnelle de vulgariser le savoir est basée principalement sur la publication de monologues (livres, conférences, expositions, films, visites guidées, etc) sur un mode top-down.
Avec l’utilisation exponentielle des smartphones et des réseaux sociaux, le public est de plus en plus habitué à entrelacer les messages individuels au sein de dialogues qui n’ont plus de contraintes ni de temps, ni de territoire – ni même de support.
La plupart du temps, sur un mode transversal en bottom-up

C’est cet usage personnalisé, sur un mode dialogue, évolutif et vivant, que nous souhaitons permettre et accompagner avec l’outil développé. Plutôt que d’exposer sous forme d’un silo de savoir vertical une enième base de données vers le public, nous avons misé sur le potentiel d’appropriation permis par les mises en relation entre les savoirs, les usages, les besoins et les questions à résoudre.

Au final, la société bénéficie non seulement des “objets du savoir” (les fiches, les publications, etc) en provenance des institutions spécialisées, mais peut tirer un bénéfice immédiat de l’expertise qui s’expose de manière transversale et vivante à partir de la logique des relations ajoutées par dessus ces “objets du savoir”.

Ou dit autrement: en ajoutant pour chaque objet un contexte spécifique, des mises en relations objectives et des associations d’idées subjectives, on augmente la chance qu’un de ces “objets du savoir” puisse être trouvé dans le vertigineux océan des contenus (via une recherche, sur les réseaux sociaux).

Et une fois qu’une pépite est trouvée avec la perspective d’un filon à exploiter, l’humain curieux et entreprenant que nous sommes va vouloir aller creuser plus loin…

À partir de l’existant

Cet outil d’édition collaboratif nous permet aujourd’hui d’offrir au public l’utilisation personnalisée et vivante de notre application mobile traverse.

La promesse de l’application mobile rencontre à notre avis un vrai besoin auprès des utilisateurs: le fait de pouvoir être partie prenante des enjeux de transmission de ce qui fait culture, de ce qui est considéré comme patrimoine.

Les fonctions principales actuelles de l’application d’éditorialisation:

  • Création de fiches. Via un formulaire qui permet d’éditer et de mettre à jour 5 types de fiches.
  • Création de playlists. Via un éditeur simple qui permet d’ajouter et de mettre à jour des fiches dans une playlist.
  • Gestion des playlists recommandées. Pouvoir gérer les playlists mises en avant dans l’application mobile (les “coups de cœur”).
  • Modération des photographies uploadées par le public via l’application mobile
  • Création et gestion des utilisateurs (rôles, droits).
  • Gestion du profil. Nom, image, site web, mot de passe

Le développement de cette application est actuellement en standby, vu que tout le financement disponible pour le projet traverse a été utilisé.

Imaginer et construire la suite

Nous sommes en train d’étudier plusieurs pistes pour trouver des financements et des partenaires pour continuer de développer l’application.

À la prochaine grande vague, je raconte ce que nos châteaux logiciels (mais pas virtuels !) seront advenus…

 

Vos photos et flux sociaux au sein de l’app mobile traverse

Depuis la sortie des applications mobiles iOS et Android du projet traverse, l’équipe de développeurs de MobileThinking a continué de travailler d’arrache pied pour ajouter les fonctionnalités prévues  et pour améliorer l’expérience utilisateur (aka debug).

Les deux fonctionnalités suivantes ont été ajoutées tout récemment:

  • consulter le « flux social » en lien avec des lieux, des objets, des événements ou des personnages. Lors de la création d’une fiche, l’éditeur peut ajouter des liens vers des pages Facebook, Twitter ou Instagram, pour connecter des usages publics choisis (flux d’images Instagram, Tweets d’une institution, page officielle d’un lieu sur Facebook etc) avec une fiche particulière. Cela permet, via un onglet dédié dans l’app mobile, de rendre une fiche plus vivante et ainsi de montrer comment un objet patrimonial vit au jour le jour, par les cages de résonance que sont les réseaux sociaux.
  • ajouter une image personnelle à une fiche. Initialement, nous avons voulu passer par Instagram pour permettre à l’utilisateur de prendre une image et la lier à une fiche via un #hashtag spécifique à la fiche. Mais la politique d’utilisation des « connecteurs » d’Instagram s’est considérablement refermée et il est très difficile d’utiliser le service en dehors de son propre jardin privé… Nous avons donc choisi de stocker, modérer et afficher les images prises par les utilisateurs au sein de notre propre plateforme.

 

Ces deux fonctionnalités sont très importantes au sein de la « promesse » du projet pour les utilisateurs.
En effet, nous avons dès le départ voulu leur donner une place plus active qu’une simple consultation d’une base de données et du partage / du like de certaines fiches. Les utilisateurs sont donc dans un mode en « lecture & écriture », cadré par des usages constructifs et créatifs, avec une modération double. Il est ainsi possible de signaler une image non appropriée au comité éditorial du projet, qui fera le choix de dépublier, si nécessaire, la photo.

Pour nous, les visiteurs d’un site patrimonial en sont potentiellement aussi les ambassadeurs, en partageant leur vision et leur usage d’un lieu.
Maintenant que la fonctionnalité est là, il s’agit pour nous de bien communiquer sur cette fonctionnalité et de donner envie aux visiteurs de devenir actifs. C’est là un de nos prochains chantiers…

En parlant de chantier: il nous faut maintenant également ajouter les flux sociaux sur un maximum de fiches, ce qui n’est pas toujours aisé (les « bons » flux intéressants sont parfois difficiles à trouver). Actuellement, il n’y a qu’approximativement 20% des fiches qui sont pourvues de cette augmentation organique et vivante.

Usages de Kura pour le projet « traverse »

Comment apporter une dimension vivante et immersive à un projet numérique de médiation culturelle, simplement en ajoutant des vidéos ou des segments de vidéo à la proposition de valeur ?
Et comment structurer ces vidéos avec des choix éditoriaux cohérents, tout en offrant une liberté de découverte aux utilisateurs ?

Ce billet va présenter en détail le travail que j’ai réalisé cet été avec notre outil Kura pour le projet traverse, en particulier pour l’intégration des vidéos au sein de l’expérience mobile.

Des vidéos et des playlists.

La première chose à préciser ici, c’est qu’il y a le même concept structurel entre les deux projets: une liste de contenus qualifiés avec des mots clé d’une part, et des playlists constituées à partir de ces contenus d’autre part.

Dans Kura, nous avons comme point de départ une bibliothèque de vidéos choisies spécifiquement dans la masse de vidéos YouTube, qualifiées avec des labels.

Kura: la bibliothèque de vidéos; les labels permettent de classer et filtrer les vidéos

Pour les besoins du projet traverse, j’ai créée une bibliothèque de plus de 600 vidéos qualifiées avec des labels spécifiques (entre 2 et 6 labels par vidéo). En cherchant des vidéos sur le patrimoine partagé entre la France et la Suisse, on ne trouve pas grand chose d’intéressant au départ avec une simple recherche YouTube; ce n’est que par sérendipité que l’on tombe sur des filons de vidéos intéressantes, que j’ai importé dans Kura simplement avec un copier / coller d’url.

Cette bibliothèque de vidéos est maintenant à disposition des contributeurs du projet, pour pouvoir trouver très vite des vidéos en lien avec un endroit, une thématique, un enjeu… Que ce soit pour le projet traverse, ou pour n’importe quel autre projet pour lequel des vidéos spécifiques seraient de circonstance.
J’ai aussi défini dans Kura les vidéos que j’allais « envoyer » dans l’outil traverse: au fur et à mesure de mon travail de curation vidéo, j’ai déterminé plus de 200 vidéos à intégrer au sein de l’expérience traverse.

Dans l’outil d’édition de traverse, nous avons une base de données de fiches (lieux, objets, médias, personnes et évènements) qualifiées avec des catégories, des thématiques et des tags.

Traverse: la bibliothèque de fiches créées dans l’outil d’éditorialisation

Pour intégrer une vidéo choisie dans Kura à la base de contenus de traverse, il faut créer une fiche de type « média » et ajouter les informations nécessaires.

Les deux outils permettent également de construire des playlists de contenus, en choisissant l’ordre des vidéos / des fiches de manière à raconter une histoire particulière.

Dans Kura, il faut simplement « tirer / glisser » des vidéos dans une mini-timeline, en définissant leur place au sein de la liste.
Une fois la playlist constituée, on peut lui donner une description et la publier.

L’outil de création et édition de playlist

Il y a actuellement deux types de publication à disposition: une playlist simple optimisée pour l’usage mobile (et l’intégration au sein d’une application mobile) et un player qui permet de naviguer entre des playlists connectées, avec une lecture automatique continue entre les vidéos de la playlist.

L’outil de création de players vidéo

Dans l’outil traverse, il faut rechercher les contenus à ajouter d’un clic à la liste, tout en qualifiant le lien entre les deux fiches avec une courte phrase.

La création d’une playlist dans l’application traverse

Voici quelques captures d’écrans de l’expérience utilisateur via l’application mobile: découvrir des fiches et se laisser raconter une histoire via les playlists

Créer une playlist avec des segments de vidéos.

En travaillant avec les vidéos trouvées sur YouTube, on se rend vite compte que de faire des playlists spécifiques avec des vidéos entières n’est pas toujours intéressant ni adéquat avec le temps d’attention très court que l’on a sur le web, et encore moins en mobilité…

Prenons l’exemple du lac d’Aiguebelette.
J’ai choisi 6 vidéos différentes pour découvrir les différents aspects du lac; l’une des vidéos est un long reportage sur la Savoie et une autre, un survol en drone qui est un peu répétitif. J’ai donc créé des segments dans ces vidéos à l’aide de l’outil « Markers » dans Kura, puis mis bout à bout les 6 vidéos dans l’outil « Playlists ».

La playlist vidéo pour le lac d’Aiguebellete. On voit dans les barres bleues sous l’imagette de la vidéo le segment utilisé (le bleu clair indique ce qui est utilisé)

Voici les différentes manières de consulter la playlist publiée.

Dans l’application mobile:

Présentation de la playlist dans l’application mobile

Sur le web, via l’intégration en « embed » sur un site:

Comme on peut le voir, la création et l’intégration d’une playlist vidéo permet d’ajouter une valeur supplémentaire à une proposition initiale, en:

  • sélectionnant des contenus intéressants (curation)
  • choisissant un ordre de présentation (structuration)
  • définissant, si nécessaire, la portion à utiliser dans la vidéo (segmentation)

Ensuite, c’est possible de faire exister la playlist dans l’application mobile traverse, via la création d’une fiche, ou alors simplement en pointant sur l’url de la playlist à travers la fonction « embed » ou en faisant un post sur Facebook avec l’url.

Pour terminer, un autre exemple avec le barrage de Génissiat:

Lancement des applications mobiles du projet « traverse »

Le mois de septembre est traditionnellement placé sous le signe du patrimoine avec les journées européennes du patrimoine – c’est tout naturellement dans ce cadre que nous démarrons la « sortie » publique du projet traverse sur lequel je travaille depuis 2015.

Basés sur le design de l’équipe de 8Bit Studio et développés par MobileThinking, les applications mobiles iOS et Android ont été présentées hier à la presse (voir en fin de billet les publications et vidéos).
Le public pourra utiliser les applications mobiles lors des deux week-ends des JEP en Suisse et en France, en profitant des fiches et des playlists créées spécifiquement pour ces journées.

Une vidéo de présentation permet de se faire une idée des fonctionnalités des app’s – sachant que la version iOS n’est pas encore totalement au même « niveau » que son pendant sous Android.
Les deux applications vont encore passablement évoluer les jours qui viennent, tant au niveau des contenus qu’avec des nouvelles fonctionnalités et optimisations diverses.

Les liens pour télécharger les applications:

Comme nous venons de publier ces applications, nous sommes curieux, voir impatients, d’avoir des retours plus détaillés de la part des utilisatrices et utilisateurs…
Merci de m’envoyer un mail avec vos commentaires, en attendant que l’on mette à disposition un questionnaire en ligne.

Quelques articles sur le projet:

Vidéo: TRAVERSE, une application qui permet de découvrir le patrimoine suisse romand et de France voisine

Son but est d’ouvrir les portes de nos monuments et sites historiques, à tout le monde, de manière interactive.

Découvrir le patrimoine transfrontalier grâce à

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs. Un ouvrier travaille sur le chantier de restauration du château cantonal vaudois Saint-Maire qui sera à découvrir lors des Journées du patrimoine KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ (sda-ats) Découvrir le patrimoine transfrontalier franco-suisse « comme un collier de perles »: l’application « traverse » va permettre de se guider à travers les richesses de part et d’autre de la frontière.

Traverse: l’application mobile qui permet de partager son patrimoine

L’application vaudoise traverse permet de se guider à travers les richesses de part et d’autre de la frontière franco-suisse.

Une appli transfrontalière pour parcourir le patrimoine

Les Journées européennes du patrimoine (JEP) se déroulent aussi dans les smartphones. C’est en tout cas ce que souhaitent ceux qui ont lancé jeudi l’application Traverse. L’outil de promotion et de vulgarisation du patrimoine en téléchargement gratuit profite des journées dédiées à la découverte de sites partout dans le pays pour être valorisé.

Les lieux de pouvoir se visitent ce week-end

Les Journées européennes du Patrimoine, qui se déroulent les 9 et 10 septembre, sont consacrées cette année à l’expression du pouvoir. En Suisse, châteaux, maisons patriciennes, hôtels de ville, villas célèbres seront ouverts au public dans plus de 330 localités.

Une vidéo de présentation de l’appli mobile « traverse »

Pour donner un aperçu des fonctionnalités principales de la première version des apps mobiles du projet « traverse », voici une vidéo de présentation réalisée à partir de l’application Android.

Cette version 1.0 permet de découvrir :

  • des “playlists” composées de présentations, des histoires qui vous emmènent à saute-mouton par dessus les frontières…
  • des présentations de lieux, objets, événements ou personnages. Textes, vidéos, images et courtes histoires pour attiser votre curiosité et partir en voyage…
  • via la fonction exploration, des informations et des histoires sur un lieu donné, un personnage historique, un événement ou une thématique.
  • créez et partagez vos propres playlists. D’une pression du doigt, ajoutez une présentation à une playlist personnelle et partagez-la avec vos amis…

A savoir: la version iOS n’a pas encore toutes les fonctionnalités de la version Android (il manque la lecture vidéo, le filtrage et la création de playlists).

Les applications sont à télécharger ici:

Applications mobiles – traverse

L’application mobile est désormais disponible ! Cette version 1.0 permet de découvrir : – des « playlists » composées de présentations, des histoires qui vous emmènent à saute-mouton par dessus les frontières… – des présentations de lieux, objets, événements ou personnages. Textes, vidéos, images et courtes histoires pour attiser votre curiosité et partir en voyage…

De nouvelles fonctionnalités vont venir très vite, les jours qui viennent… laissez-vous surprendre !

Présentation du projet « traverse » au Cnam à Paris

Les choses s’accélèrent pour le projet de valorisation patrimoniale « traverse« : nous allons présenter les applications mobiles Android & iOS le 7 septembre, pour une sortie publique pour les Journées Européennes du Patrimoine.
Plus de nouvelles sur ce lancement dès la semaine prochaine; en attendant, quelques informations sur une présentation du projet à Paris.

La journée au Cnam a l’intitulé suivant: « Quelles plateformes numériques pour la collecte et la valorisation des mémoires, de la culture et du patrimoine? »

journée internationale au Cnam : Quelles plateformes numériques pour la collecte et la valorisation des mémoires, de la culture et du patrimoine?

21 septembre 2017 Au Conservatoire National des Arts et Métiers 292 rue Saint Martin -75003 Paris Amphithéâtre Jean Fourastié Entrée libre sur inscription par mail à envoyer à : [email protected] Réunir des documents numérisés, audiovisuels ou iconographiques et enregistrer des … Lire la suite →

Nous proposons dans cette journée de faire dialoguer les praticiens des collectes de mémoires, les chercheurs en humanités numériques et les sociétés de développement du numérique et du multimedia, pour poser l’état de l’art international dans le domaine de la modélisation du patrimoine mémoriel, les plateformes participatives et les expositions multimedia afin de susciter des partenariats pour le montage de projets de développement d’une plateforme intégrée.

 

Nouvelles du projet « traverse »

Après bientôt 3 années de travail (et oui, le temps passe vite), voici que le projet de valorisation du patrimoine Traverse fait feu de tout bois: mise à jour du site web, l’application mobile en mode Beta, mise en route de la page Facebook, des améliorations de l’outil d’édition, des nouveaux partenariats…

Et bien sûr, le projet prend son envol avec le démarrage du travail sur les contenus: à travers(e) la création des fiches et des playlists qui serviront de base pour l’expérience mobile personnalisée, que le projet va offrir au public dès cet automne.

Les dernières nouvelles en détail:

  • Le studio LVTL (Laure André et Aurélien Fontanet) ont créé des compositions visuelles pour communiquer et suggérer avec des images la promesse du projet;
  • L’application mobile développée par MobileThinking avance bien: nous allons démarrer la phase de « beta test » et implémenter les fonctionnalités sociales et de partage;
  • Nous démarrons la constitution d’une communauté autour du projet via une page Facebook: likez si vous voulez être tenu au courant des derniers billets, nouvelles ou informations en lien avec le projet;
  • MobileThinking a ajouté des fonctionnalités de gestion d’utilisateurs et de groupes dans notre outil d’édition et amélioré l’efficacité du flux de travail tout en résolvant un certain nombre de bugs;
  • Pour donner une perspective de rebond au delà du projet Interreg, nous avons démarré des discussions avec un certain nombre de partenaires institutionnels pour continuer de développer l’outil d’édition (sous forme d’un produit à part entière, potentiellement) et pour alimenter le système avec des nouveaux contenus et histoires…

Quelques liens directs

Accueil – traverse

Partage ton patrimoine traverse est une application mobile permettant la découverte personnalisée et vivante des patrimoines franco-suisses. Dès l’automne 2017, elle vous accompagnera dans l’interprétation d’un paysage, la visite d’un monument, la dégustation d’un produit de terroir… Bienvenue sur les chemins de traverse… Au moyen d’une collection d’images et de sons majoritairement issus des fonds …

Une présentation du projet par l’équipe des développeurs, MobileThinking, en anglais

Traverse – MobileThinking

Mobile applications (design by 8bitstudio) are under development. Below are some screenshots of the current status of the Android app. They allow visitors to benefit from expert knowledge. A discovery mode will offer the user personalized suggestions according to his position as well as his last visits.

 

Vidéo de la version beta de l’app mobile « traverse »

Vous vous êtes déjà demandés quelle pouvait bien être l’histoire du parc que vous traversez chaque jour, ce qui lui donne cette ambiance si particulière ?
En visitant une ville voisine, vous trouvez des similitudes avec ce que vous connaissez de chez vous: il y a peut-être une filiation quelque part ?
Vous profitez souvent des concerts qui sont offerts dans la cour d’une maison de maître, et vous souhaitez partager les images et vidéos que vous avez prises avec votre smartphone pour valoriser ces évènements ?

Avec l’application mobile Traverse, vous aurez des réponses qualifiées et des histoires inspirantes à vivre et à partager au sujet du patrimoine partagé entre la France et la Suisse.
Les spécialistes du patrimoine (architectes, historiens, archivistes etc) documentent de manière précise des lieux, des objets, des évènements, des personnes… et avec notre outil d’édition, créent des playlists qui serviront de guides originaux aux usages mobiles.
Le but de cette application mobile est de faire découvrir des lieux, des liens, des regards et des histoires sur notre territoire et la culture partagée à un public large, de manière simple et engageante.

Pour avoir un premier aperçu du fonctionnement de l’application, voici une petite vidéo explicative de la version actuelle (fin juin 2017).
Cette vidéo montre principalement les fonctionnalités de consultation (modes découverte et exploration); il n’y a pas encore les possibilités de création et de partage qui sont implémentés – elles le seront dans les semaines qui suivent.

Il n’y a donc qu’environ 50% des fonctionnalités prévues pour la sortie publique qui sont implémentées actuellement – on vous réserve des belles surprises et des fonctionnalités originales pour la sortie publique…

Pour mieux voir les détails de l’application, voici quelques captures d’écran:

Atelier Traverse à St-Claude

Après une courte phase de « debug » sur notre application d’éditorialisation du projet Traverse, il est désormais possible de travailler avec cet outil qui nous permettra de créer une expérience immersive et personnalisée à travers le patrimoine partagé entre la France et la Suisse.

Pour permettre aux divers partenaires institutionnels de démarrer le travail de création de fiches, nous avons organisé le 12 mai dernier un atelier de travail collaboratif à La Maison du Peuple-La Fraternelle de St-Claude, dans le Jura.

Une bonne vingtaine de personnes y ont participé, en découvrant cet outil par une introduction théorique avant de prendre un moment de mise en route pratique de création de fiches par petits groupes.

La suite…

Design de l’application mobile Traverse

En complémentarité au billet sur l’application d’éditorialisation, cette publication présente le design de l’application mobile Traverse.

En attendant d’y intégrer les « bons » contenus (images, textes etc), les écrans présentés dans ce billet permettent de:

  • découvrir les fonctionnalités principales: mode découverte et mode exploration
  • comprendre la création de playlists
  • avoir une impression de l’expérience utilisateur via le design et les concepts d’ergonomie d’usage

Grâce au travail considérable réalisé par 8Bit Studio, les développeurs de Mobile Thinking peuvent maintenant démarrer le travail de programmation, pour aboutir au début de l’été à une version beta de l’application mobile.

 

La suite…