Memoways client application

As written in this previous post, we decided to change our strategy for building our Memoways client application.

The goal of this application is described on this updated page of our website.

Here are some informations about how to use this application:

– the first thing to do, is to create an admin user. This super admin can then invite other users (admin, editors, viewers) to work collaboratively on tagging assets and / or on projects
– select local video files and upload them on the cloud (on the cloud storage of Memoways); the uploaded videos are automatically transcoded (through Zencoder) in the different HTML5 flavors
– add « objective » metadata on the uploaded files (who, when, where, how…)
create a project (name, description etc), with specific thematic lists, keywords, contacts…
– import chosen assets in the project and add « subjective » metadata (what, about, subject, thematic)
route (connect) the assets to web services (decide on a file base the connection of each asset to specific usages)

At this point, the project can go online and can be used by the public. But the Memoways client software lets also do following things once the projects are in use:

manage projects and usages (the walks and generated movies)
– see statistics of usages (assets, walks, movies etc)
manage users (add, remove, change)

A first version of this software will be usable at the end of 2012; once the program is working as it should, it will be freely available on the App Store and our website.

To give an idea of the coming software: a bit of history…
Our first prototypes where in fact home-made CMS: through a web browser, it was possible to edit metatada and work on the use scenarios.
Following picture shows the CMS we used between 2008 and 2010.

This picture shows the moment of the « subjective » indexation (thematics, tags etc).
The principle of the coming application will be close to this: it will be possible to watch the video file, to place it on the map and to add metadata (field by field or through presets).

More information will follow…

 

 

Mise en route de « Mémoire Vive »

La semaine dernière j’étais au sud de la France, dans la ville de Bagnols-Sur-Cèze pour démarrer l’adaptation « Mémoire vive » basée sur les exemples de « Walking the Edit » et « Heritage Experience ». Il s’agit donc de la 4ième ville qui va fonctionner avec le dispositif Memoways, après Renens (2008-2009), Paris (2010-2011) et Genève (2010-ouvert).

Le projet a pu démarrer grâce à l’initiative de Cyril Delfosse (responsable du pôle projet à la mairie de la ville), qui a vu les adaptations parisiennes et genevoises sur le web. Il a très rapidement réalisé un dossier pour une demande de soutien (fin 2011), qui a été reçu favorablement avec un soutien financier consistant. Merci en passant à toute l’équipe de la mairie de Bagnols pour la confiance accordée à Memoways et à notre savoir faire pour ce genre de projet !

J’ai pu passer 3 jours de repérages et de rencontres afin de mettre en route le projet, qui va être présenté publiquement en été 2013. En attendant plus de détails, voici quelques photographies prises lors des ballades à travers la ville. Il s’agit pour le moment que de capter l’ambiance, de faire un premier contact visuel avec la « peau » de la ville, avant de s’y immerger de manière plus organique et vivante à travers les histoires et récits d’habitants.
Un clic sur l’image ouvre une carte interactive !

Une carte avec des extraits vidéos des premiers tests effectués avec le club des aînés:

La suite…

Spring news


Still from WE shooting in Geneva / Pauline Julier

Time passed since my last english post about the iPhone app. As explained here, we (the developer Nicolas Goy and I) build a new company called Memoways in june 2011: the idea was to separate the technical developments from the artistic issues. Memoways is in charge of the whole technical aspect (software mostly), with the aim to be as generic as possible, and C-Side Production of the production of artistic adaptations over Memoways (like Walking the Edit or Heritage Experience). With the Memoways ecosystem, it will be possible for any content producer to build up projects like Walking the Edit or the Smartmap, with his own content, with full control over content, metadata and the « rules of the game ».

La suite…

New points on our path

We are in a fast moving world (especially regarding technologies, they evolve all the time, new paradigm change arrive every 6 months – in short, nothing is stable, we are all together on a boat that is carrying us on a trip that nobody is leading really) but we are also « backed » with rigid views on our world (the new has to establish itself as viable economic path before we accept it, our attitude regarding technology is very much tinted with our need to measure, plan and master everything – in short, we want to be sure that this boat belongs to us and follows our orders).

How those two antagonist streams do affect a project like Walking the Edit and our young Company Memoways ? It’s simple: we have to prove that the new ideas are not only theory, but 1) work and 2) bring money in. All that with very little money to begin with.

 

Our system has proven that it’s working (see Walking the Edit movies or the Smartmap), even with only 20% of the functionalities that we would like to implement.
We have done a lot until now, but it seems that it’s not enough (for many reasons, too long to explicit here). So we have to react to be able to stay on that boat, by bringing our specific, innovative and surprizing ways to « pull » and « push » the memory of this journey…
But to react, we need some more « fuel »: without money it will be very difficult to continue.
So now we have to prove that there can be a viable economic development for this new kind of open and playful interactions with the digital world; as there is no comparable project that has build up a working economic model, we have to project that the value of the individual and singular user experience is the creation of a potential economic value. It is not given, but as many other people try to develop strategies to engage user with a given (story)world, it seems that there is a global movement towards more experience creation on the road to the value creation.

Memoways – as a tool to « play » with our shared audiovisual memory through a personal way of interacting with the digital world – is in short two things: a new conceptual architecture of bridging existing technologies together and the vision of taking this digital world not only as a way to master our real world, but to extend our human needs (food for the body and the soul) to the digital world. And our human needs are not only to be able to go from point A to B as fast as possible or to find the most powerful way to get access to the bank account of a user – we as human being need to be entertained, intellectually and emotionally challenged; in short: to be able to use the available tools (may they be digital or not) to build working and sharable links between our dreams, wishes and desires and our daily reality.

All that being said – what road will we be able to build and what path can we share ?

Read our new roadmap; read here to get the new strategic positioning.
Those are the technical and strategic waypoints – about the more conceptual and artistic branches, we will still continue to work through possible research projects.
There is still so much to research, to try, to play with…

 

WE for iPhone – it is coming !

Picture by Charles Ayats

The road to publish an application on the appstore can be long: for many different reasons our 4 beta applications where not able or ready to be officially distributed.
Now that we changed a lot of things in the application (from a web app to a native application; from a server / client relation to an almost client only solution; from a audio stream to an internal audio playing solution) and we built up a complete new server solution (powered by Memoways), the WE app for iPhone is in the approval process at Apple.

La suite…

Une rentrée qui va marcher

L’été a été « danse du crabe »: un pas de côté, deux en arrière, un petit bond en avant, puis un tour et on recommence… Quand on regarde les traces, on en voit dans tous les sens, mais au mode du presque-sur-place; le crabe, lui, est revenu toujours au même endroit.
Pour des raisons différentes des siennes, notre parcours estival a été d’une forme semblable à cette image ci dessous: ah c’est les vacances (donc repousser à la rentrée toute nouvelle prise de contact sérieuse); oh le dossier envoyé n’a visiblement pas été compris (retour case départ, les poches vides); iihh la personne qui doit faire l’application iPhone n’arrive pas à finaliser quoi que ce soit (on tourne en rond); aaargh il faut de l’argent pour avancer mais pour avoir de l’argent il faut avancer… (du coup, c’est une spirale ou un labyrinthe ?)
Ok oui, alors revenons un petit moment à la maison et (re)posons nous: la forte marée qui nous emportera plus loin n’est pas encore visible à l’horizon.
Attente, attente.


image par Drriss

Mais toute cette agitation n’aura certainement pas été pour rien: même si au jour d’aujourd’hui il n’y a toujours rien de particulier à montrer, bientôt, très bientôt, presque imminament sous peu, il va y avoir du concret à présenter et alors le tableau sera tout différent:


image par Iris

L’exagération et la fête sont nécessaires: il est déjà sûr et certain que l’on va sabrer le champagne lorsque notre application WE pour iPhone sera validée par Apple; nous allons danser avec nos crabes sur la table lorsque notre application web Memoways sera en mode beta stable et beta-testable; et nous allons tout simplement nous coller au plafond lorsque les nouvelles entrées d’argent vont arriver…

Bon ce billet blabla private joke n’apporte pas grand chose, désolé: rien de consistant ni de sérieux à mettre sur la table pour le moment, circulez.
Oui, circulez: c’est en marchant que l’on va bientôt pouvoir générer des films, du mouvement il en faut !
Donc, dès la rentrée, « ça » va marcher – remettez vos chaussures, qu’on se le dise…

Les nouvelles de l’été 2011

Ce blog a été quelque peu silencieux depuis un moment – ce n’est pas tant à cause des vacances ou de l’été genevois (qui n’en est pas un), mais plutôt par la densité des chantiers en cours. Je vais lister ci après ce sur quoi nous travaillons et pour quoi, après une brève parenthèse.
Un peu comme tout bon scénario de Blockbuster, il faut des problèmes, du fil à retordre sur la route de l’histoire: des embûches plus abracadabrantes les unes que les autres viennent perturber le cours des choses pour que ce soit intéressant (suspens…). En prenant un peu de recul et en allumant le projecteur sur les évènements qui ponctuent notre route, je me sens parfois comme dans un de ces films: le chemin qui semblait bien clair se dérobe sous les pieds (une prévisualisation qui n’est pas en phase avec la réalité du terrain), un arbre tombe et retarde l’avancée (zut, un genou est resté coincé dessous), des réponses promises, pouvant débloquer une dynamique en mode pause, ne viennent pas…

La suite…

Retours d’ascenseur

Workshops Friday

© by Ivo Näpflin

Les quelques jours d’une présentation « à domicile » dans le cadre de la conférence Lift ont été très denses:
– nous avons pu assurer une présence durant les 3 jours grâce à la disponibilité de David et de Alexa; il a été en tout temps possible à des curieux d’emprunter notre iPhone avec l’application WE et de faire un tour dans le quartier;
– sur les personnes qui sont passées demander des informations sur le projet, environ la moitié a été « marcher » un film;
– il y a eu quelques discussions et réactions très intéressantes, avec à chaque fois une marque d’intérêt prononcée sur le potentiel du dispositif – peut-être que l’une ou l’autre de ces discussion pourra aboutir sur une adaptation ou application concrète…
– le workshop était presque plein – les deux heures à disposition ont juste suffi à présenter le projet et réfléchir ensemble sur les questions que soulève le projet. Le principal se fera sans doute par la suite, grâce aux contacts qui ont pu être fait à cette occasion.

Il y avait une ambiance très intense au CICG, et les quelques conférences que j’ai pu suivre (Etienne Mineur, Kevin Slavin ou Hasan Elahi) étaient d’un très haut niveau, très bien « produites » et posant des questions intéressantes (dont certaines sont bien en résonance avec notre projet WE).

Quelques constatations généralisantes par rapport à la réception du projet WE dans un tel cadre:
– les personnes qui arrivent à entrer le plus rapidement dans le projet et qui projettent aussi leurs propres adaptations ou applications sont majoritairement des personnes qui ont un profil ou cursus professionnel polyvalent: ils arrivent à lier la dimension émotionnelle avec la technique tout en voyant l’intérêt dans le processus de mémoire jouée à de multiples niveau sur un territoire donné. La curiosité n’est pas tout – il y a aussi le fait de considérer que dans toute expérience qui peut « prendre racine » il devrait y avoir un équilibrage et surtout complémentarité entre les divers muscles et organes sensitif dont nous sommes constitués;
– les personnes spécialisées ne voient souvent qu’un seul aspect et essayent de faire entrer le dispositif dans un « moule » déterminé et connu – et là évidemment le projet sonne absurde. C’est finalement assez répandu et se passe autant dans les domaines scientifiques, qu’artistiques ou économiques (ce n’est pas réservé à un type de métier ou d’activité). La grande question est de savoir comment ouvrir une porte pour susciter des réactions qui peuvent donner envie à « marcher »…
– il y a souvent eu les questions « à quoi ça sert? » et « qu’est-ce que ça peut rapporter » ? C’est un peu comme poser la question « à quoi sert un livre; un film ? », donc une question qui est à priori sans réponse objective possible; concernant la question d’une viabilité économique, c’est encore très difficile de répondre avec des modèles précis et basés sur des chiffres. Sans doute qu’il n’y aura que des réponses spécifiques liées à chaque adaptation particulière – on verra avec le temps. Mais il y a aussi la question d’une rentabilité dans le moyen terme lié surtout à des usages très personnalisables, avec des retours financiers qui ne sont pas forcément directs. Et là, les acteurs économiques poids lourds cherchent eux aussi comment se placer dans ce flux de données et de modèles de plus en plus brassé qui commence à échapper à tout le monde…