Image default
Projets

Enjeux et perspectives 2020

Comme ce n’est pas qu’une nouvelle année qui démarre, mais carrément une nouvelle décennie, je voudrais faire l’exercice d’une mise en perspective des enjeux qui se trouvent sur mon horizon des mois et des années à venir.

Je vais démarrer mon tour d’horizon avec les projets qui sont les plus proches de ce qui m’habite depuis des années: la création d’expériences numériques au long cours.
Ces expériences, qui se veulent vivantes et organiques, peuvent se construire à partir d’une dynamique de valorisation de contenus et de savoirs, constituant un autre type de projets que j’accompagne avec beaucoup d’intérêt et de plaisir.
En amont de cette valorisation se trouve la production de contenus: je vais assurément continuer de réaliser des vidéos en mode réalisation légère (comme je l’ai déjà beaucoup fait en 2019).
Et pour soutenir et structurer toutes ces activités, j’aime transmettre mon expertise, au travers de workshops ou de formations.

Proposer des expériences interactives et personnalisées

J’ai déjà beaucoup écrit sur ce que j’entend par « expériences interactives et personnalisées »: il s’agit en l’occurence de projets qui se situent quelque part entre le cinéma et le web, de projets artistiques tirant parti des possibilités du numérique, ou d’applications mobiles qui proposent une expérience sensorielle à partir de contenus géolocalisés

Pour moi, l’enjeu principal est moins de raconter des histoires dites interactives que d’offrir une expérience qui stimule la curiosité et invite à laisser vagabonder son imaginaire… pour créer des passerelles inspirantes entre le monde tangible et le monde digital.

Par exemple avec…

Le projet traverse

Il s’agit d’un projet sur lequel je travaille depuis 2015, qui a eu pas mal de nouveaux développements en 2019. Actuellement, l’enjeu stratégique principal est de pouvoir transformer ce projet institutionnel en un projet associatif (nous avons pour ce faire créé une association), avec l’objectif de réaliser des projets avec des acteurs institutionnels. À partir de là, nous avons plein d’idées et de pistes concrètes pour améliorer l’expérience utilisateur actuelle et mettre en place des usages pérennes.
Je renvoie au billet « Faire rebondir le projet traverse » pour expliquer les enjeux spécifiques de ce projet; j’espère donner plus de nouvelles d’ici peu !

Des projets cinéma & web

Je travaille depuis le printemps 2019 sur un projet personnel intitulé « L’Île invisible ». Il s’agit d’un web documentaire réalisé à partir du film documentaire Insulaire de Stéphane Goël, qui invite à découvrir une île particulière, sur un mode contemplatif.
Ce projet en est encore au stade du financement, qui prend plus de temps que prévu, malgré des premières réponses en partie positives (nous avons déjà eu deux aides financières). J’espère pouvoir démarrer ce projet dans le courant de l’année – quoi qu’il en soit, je reviendrais plus en détail sur ce projet qui me tient à coeur.

Deux autres projets de type « webdoc » sont en cours de démarrage, à partir de projets documentaires « choraux » (portant sur une multitude de protagonistes, ce qui se prête bien à une mise en narration non linéaire et en réseau)… J’espère en dire plus bientôt, une fois que ces projets seront sur leurs rails.

Valoriser des contenus et du savoir

Nous sommes dans un monde qui surproduit des contenus, dans une course en avant effrénée.
Pourquoi en rajouter, alors qu’il y aurait déjà tant à faire pour valoriser ce qui est, pour amener ces contenus de manière intelligente auprès des publics intéressés ?
Aussi, pour « connecter » les nouvelles productions à ce qui existe déjà, de manière à enrichir d’un contexte généreux la production fraîche… Pour ne pas laisser cette responsabilité (de créer un contexte favorable à la bonne réception des contenus) à des plateformes algorithmiques.

En somme, pour reprendre la parole dans un monde où ce qui fait valeur est moins le contenu pris pour lui-même (l’histoire), que ce contexte d’interaction (l’expérience) qui induit notre chemin à travers ces contenus.

Stratégie digitale pour la Fondation Fluxum

Ce projet a démarré au début de l’année 2019, avec une demande spécifique: comment valoriser les archives vidéos de la Fondation Fluxum. En partant de cette question très spécifique, nous en sommes venu à la conclusion que pour bien valoriser ces contenus vidéo, il fallait revoir toute la stratégie digitale de la Fondation…
En effet, les projets présentés sont tous reliés les uns aux autres, d’une manière ou d’une autre, à travers le temps. Ce qui nous amène à vouloir transformer le concept d’archive (regard en arrière vers des contenus statiques) à un concept de mémoire vivante, en flux (poser son regard et son attention sur ce qui relie ce qui a été à ce qui est). Le projet est ambitieux, l’équipe est belle – je suis très content d’en faire partie et je me réjouis de pouvoir présenter un premier résultat dans le courant de cette année.

Projet « Expertises scientifiques et discours médiatiques »

Il s’agit d’un projet de recherche qui a démarré au milieu de l’année 2019, avec des partenaires académiques (en l’occurence l’UNIL et l’Université de Genève) et des médias (la RTS et Le Temps), financé par l’IMI (Initiative for Media Innovation). Je suis partie prenante de ce projet qui vise à produire un outil réactif et robuste de contextualisation de l’actualité pour les journalistes, sur base de la plateforme Avis d’Experts.
L’enjeu de ce projet est de faciliter l’intégration et l’usage des savoirs d’experts dans la production d’informations, à la source (donc pour les journalistes eux-mêmes), mais aussi plus largement pour la société, au temps des fake news
Nous allons présenter un prototype de ce projet à la fin de l’été 2020.

Projet de médiation culturelle … surprise

Un projet encore en mode « sous marin », qui valorise les fonds des institutions culturelles et des musées de la Ville de Genève. Je vais bientôt revenir dessus, une fois qu’il est officialisé.

Créer des nouveaux contenus

Quelques lignes plus haut je parle d’un monde qui surproduit des contenus – et voilà que j’en rajoute aussi, à mon tour… Je le sais, ce n’est pas très conséquent; mais – il y a toujours ce mais qui sauve – parfois les contenus nécessaires n’existent pas, et il faut donc les produire.

L’enjeu pour moi est de les produire, en conscience, avec les principes suivants: pouvoir valoriser une partie des rushes, dans le temps (pour éviter de gaspiller l’énergie en nouveaux tournages inutiles et pour donner un accès à des savoirs existants, en dehors des vidéos montées pour des besoins spécifiques); créer les contenus en relation imbriquée avec le contexte d’usage, pour concentrer l’expertise particulière de l’entité pour laquelle on travaille au sein d’une expérience unifiée.

De réaliser une vidéo que l’on « pousse » sur YouTube et les réseaux sociaux sans rien en faire d’autre n’est plus très responsable (cela ne l’a jamais vraiment été). L’enjeu pour moi est de pouvoir façonner une proposition audiovisuelle qui entre dans un contexte d’informations déjà existant – je renvoie à ce propos à  mon billet « Comment faire exister ses vidéos sur Internet« .

En somme, c’est de mettre en place tout de suite, à la source avec la création de ces nouveaux contenus, une méthode et des bonnes pratiques pour pouvoir développer une stratégie de valorisation de contenus et de savoirs… et peut-être plus tard, de pouvoir proposer des expériences interactives et personnalisées 😉

Il est encore trop tôt de parler ici des mandats sur lesquels je travaille, je ferais un billet en fin d’année qui donnera le best-of des vidéos produites, comme pour l’année 2019.

Former et transmettre

Pour finir, je vais raconter ce qui est en fait au commencement: l’apprentissage…
En parallèle de mes activités de production, j’ai la chance de pouvoir transmettre ce que j’apprends, dans un cycle concepts – théorie – pratique – partage – expérimentations – analyse.

Ma position d’intervenant externe me permet d’apporter aux étudiant.es un point de vue complémentaire à ce qui est généralement offert:

Je vais continuer à intervenir dans quelques écoles (voir ici lesquelles) tout en collaborant sur des workshops thématiques, au plus proche des envies naissantes et des utopies en devenir…

Je me réjouis de ne pas seulement regarder cet horizon, mais d’y plonger, entièrement…!

 

Photo par ArniB

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.