La problématique du player vidéo

POC-RTS-29-web

Problématique

  1. La vidéo est un objet mort. Le web d’aujourd’hui est dynamique, organique, évolutif, personnalisé, vivant. La vidéo sur le web, c’est comme un PDF: une fois uploadée, la vidéo reste statique et ne peut pas évoluer au gré des besoins, des interactions ou du contexte de l’utilisateur.
  2. Le contexte initial de la vidéo est perdu. À moins de remplir une multitude de champs dans un formulaire, aucune information importante liée à la vidéo n’est gardée et devient exploitable. Une vidéo sans contexte, c’est comme un arbre sans racines: ça ne tient pas et ne peut survivre.
  3. Les playlists sont figées ou aléatoires. Soit la playlist est éditorialisée en amont par un auteur et elle fait sens – mais elle reste figée. Soit la playlist est générée de manière aléatoire et elle ne fait pas sens – mais elle est vivante. Une playlist qui fait sens tout en étant vivante et personnalisable: voilà qui pourrait être désirable.
  4. L’interaction utilisateur est très limitée. À moins de rajouter des boutons interactifs sur la vidéo et de créer ainsi une navigation de vidéo à vidéo par dessus la vidéo en cours, le spectateur reste passif. Comme au temps des DVD-ROM ou du web des années 1990, ce type d’interactivité ajoute une dynamique active pour le spectateur. Mais cela repousse le problème plus loin: les liens entre les vidéos sont définis une fois pour toutes, et donc la navigation va toujours être la même: statique, non évolutive, figée. Tellement pas web 2.0…

La vidéo doit-elle forcément rester comme un objet figé qui vient d’un autre temps, alors que le web d’aujourd’hui est tellement inventif, vivant et personnalisable ?

Pourquoi la vidéo doit-elle rester exclue de la dynamique d’appropriation, de participation, de remix ou d’interactions sociales que l’on vit dans le web des années 2010 ?

Arguments 

  1. Rendre la vidéo vivante. Le concept de Memoways est de d’héberger puis d’exposer les éléments constitutifs d’une vidéo: les plans. Chaque plan a sa propre cohérence et garde son contexte initial. La vidéo que l’on voit au final n’existe pas en tant que telle: elle est lue en temps réel et sans coupures à partir des plans, en fonction de la volonté de l’auteur, de la playlist et des envies ou du contexte de l’utilisateur. La vidéo est donc un flux de plans: comme avec les Tweets sur Twitter, on peut lire le flux dans l’ordre défini, mais on peut également aller chercher dans le flux des éléments qui nous intéressent. On a alors un flux de plans qui correspondent à nos envies, nos besoins.
  2. Garder le contexte de la vidéo à la racine. Chaque vidéo qui est exposée à travers la plateforme vidéo de Memoways est un plan non monté, qui garde le maximum de son contexte initial: qui a fait la vidéo, où, quand, comment… Et l’on peut ajouter des informations sur ce que raconte la vidéo, de manière à lui donner la chance d’être trouvée et exploitée avec d’autres vidéos qui parlent de la même chose.
  3. Les playlists sont maitrisées mais restent vivantes. L’auteur a la possibilité d’exposer une playlist qui correspond à un besoin: par exemple de présenter toutes les vidéos qui parlent d’une certaine thématique à travers des interviews de plusieurs personnes différentes. À partir de là, l’utilisateur peut aller filtrer le flux thématique exposé pour regarder puis partager que ce que raconte un seul intervenant qui lui plait bien.
  4. L’interaction est hautement personnalisable. Comme les liens entre les vidéos se font au niveau du plan et que les combinaisons entre les plans ne sont pas basées sur des connexions définies « en dur » (de manière statique et unique), l’interaction que l’utilisateur peut avoir avec le flux de vidéos est hautement personnalisé.

En somme, le player vidéo de Memoways permet à chaque utilisateur de naviguer à travers un flux structuré de vidéos pour ensuite, s’il le souhaite, créer sa propre playlist en fonction de ses besoins, questions ou envies.

La playlist peut être composée de plans et donc générer une histoire personnalisée, unique.
Ou la playlist est composée de vidéos déjà montées et permet de partager une liste structurée d’histoires choisies.

Grâce à la plateforme web Memoways, il devient enfin possible de confectionner des histoires personnelles, de manière non destructive (on ne détruit pas les histoires des autres ce faisant) et de partager une collection de contenus choisis.

Autrement dit: après l’avènement de ce que l’on appelle le « responsive design », où l’affichage des contenus s’adapte automatiquement à l’appareil de l’utilisateur, voici venir enfin le temps du « responsive storytelling », où l’histoire s’adapte de manière dynamique et personnalisée a ses propres envies, besoins ou contexte d’usage (mobile, stationnaire…).

La proposition unique

  • Flux vidéo personnalisable. La technologie développée par Memoways repose d’une part sur un flux de vidéos enrichies par des métadonnées de qualité et d’autre part sur un player vidéo innovant qui utilise ce flux pour permettre une navigation personnalisée et fortement interactive.
  • Réactivité et fluidité. Le player vidéo de Memoways est capable de lire et de naviguer à travers les vidéos de manière fluide et très réactive. En effet, la vidéo en pleine page est superposée d’éléments de navigation et le résultat de l’interaction est ajouté sans rechargement de la page, de manière à proposer une expérience la plus immersive que possible.
  • Appropriation et engagement simplifié et intuitif. Aucune autre plateforme vidéo permet un tel degré d’appropriation et d’engagement avec une simplicité intuitive: juste en sélectionnant des mots ou des valeurs, le flux vidéo se met à jour et propose des vidéos qui correspondent à ce que l’on désire.

Les bénéfices pour l’utilisateur

  • Expérience utilisateur immersive. L’utilisateur qui est immergé dans un flux de contenus avec une expérience personnelle et dynamique ne va pas zapper aussi vite que sur un site qui propose des vidéos statiques.
    Bénéfice: un visiteur qui reste plus longtemps, avec une expérience forte et immersive.
  • Plus de vidéos exploitées et valorisées. Le concept proposé par Memoways permet d’exploiter beaucoup plus de contenus produits que si l’on se concentre seulement sur un objet vidéo figé. En complémentarité à un reportage, il est par exemple possible d’exposer un flux d’interviews et de vidéos complémentaires. Comme les bonus sur un DVD, sauf que là c’est évolutif, dynamique et réellement interactif…
    Bénéfice: le producteur de contenus valorise une plus grande partie des contenus qu’il a produits.
  • Plus d’engagement et de création de valeurs de la part des utilisateurs. Le fait de donner une place active aux utilisateurs ouvre la porte à de la création de valeur côté utilisateur. Cela peut être sous forme de contenus ajoutés à un flux de vidéos existantes, comme ça peut être la sauvegarde et le partage d’un remix personnel.
    Bénéfice: à partir des contenus partagés et de la plateforme d’interaction, les utilisateurs apportent une valeur supplémentaire et peuvent devenir ambassadeurs actifs.

Laisser un commentaire