Kura et Comet sous un même toit

Kura signifie en japonais « petite maison qui sert de coffre fort pour ses valeurs importantes ». En l’occurrence, pour les vidéos qui vous tiennent à cœur.
Que ce soit les vôtres ou alors des vidéos produites par d’autres personnes et mises à disposition sur YouTube: cet outil vous permet de toutes les mettre sous le même toit, de les classer et de les structurer de manière à partager ces vidéos de manière cohérente et orchestrée.

La grande nouvelle depuis le billet qui présente Kura: la mécanique de publication de players Comet fonctionne !
Il reste « juste » à finaliser l’expérience de navigation et de découverte pour pouvoir partager un projet fonctionnel.

Nicolas Goy est en train de mettre ensemble les dernières pièces du puzzle: le playback automatique et fluide de segments vidéo et la navigation à travers les playlists, à partir de la vidéo en cours de lecture.

Une playlist qui devient une vidéo

Tout le monde connaît le fonctionnement d’une playlist sur YouTube: une liste de vidéos qui se joue à la queue leu leu, selon un critère de sélection qui devient le titre de la playlist (best of; les trailers etc).

Pour nous, il manque les aspects suivants sur YouTube:

  • pouvoir passer d’une playlist à une autre, via des recommandations ou des connexions choisies. En effet, en tant que créateur de contenus, on aimerait bien que le spectateur découvre et visionne d’autres vidéos correspondant à ce qu’il désire;
  • mettre en avant des parties de vidéo, en lien avec le titre de la playlist. En effet, le spectateur n’est pas forcément intéressé de voir toutes vos vidéos en entier, mais juste certaines parties qui correspondent à ce qui l’intéresse.
  • protéger le spectateur de contenus qui ne font pas sens avec la promesse éditoriale du producteur de contenus. En effet, sur YouTube on a vite des vidéos recommandées qui ne correspondent ni aux envies du spectateur, ni au besoins du producteur de contenus (tout le monde clique facilement sur des vidéos de chat).
  • maximiser le temps de visionnement du spectateur sur les contenus et l’expertise du producteur de contenus. En effet, il est dans l’intérêt du créateur des vidéos de valoriser un maximum ses propres contenus et son expertise en y ajoutant d’autres contenus qui font sens avec son message.

Avec Kura et notre plateforme de publication de vidéo Comet, nous allons fournir sous peu une solution intégrée et intuitive pour répondre à ces enjeux et besoins.

Inscrivez-vous à notre mailing list pour être dans les premiers à tester cette nouvelle manière de publier des vidéos !

Kura en quelques lignes

Kura n’est pas une application de montage vidéo classique: cet outil simple d’usage permet de créer en quelques clics, de manière collaborative et efficace, des expériences vidéo interactives et personnalisées.

Vous voulez offrir à votre audience une navigation fluide et immersive au sein de vos contenus vidéo, en favorisant la découverte et stimulant l’engagement ?
Vous désirez profiter du pouvoir émotionnel de la vidéo pour délivrer un message qui s’adapte aux besoins et au contexte de chaque utilisateur, sans perdre la cohérence ?
Vous envisagez de vous profiler à travers un usage innovant et original de la vidéo, au delà du player vidéo YouTube ?

En résumé, Kura vous offre la création, la publication puis le partage de sites web entièrement basés sur la vidéo.

L’utilisateur peut naviguer dans un pool de vidéos choisies selon une thématique ou un objectif, reliées dynamiquement les unes aux autres par des mots clefs.
La découverte de vidéos est ainsi orientée, protégée par des choix éditoriaux tout en laissant une latitude de navigation personnelle. A tout moment, le visiteur pourra mettre en mémoire (liker) des vidéos, les organiser dans une playlist personnelle et la partager.

Kura est une application web qui fonctionne dans un navigateur.
Il suffit d’ouvrir un navigateur moderne (Chrome, Firefox, Safari…) et se connecter à son compte Kura pour démarrer la collaboration créative au sein de son espace de travail:

  • importer des vidéos, les organiser avec des labels
  • créer des playlists de vidéos à l’aide de mots clefs
  • segmenter des longues vidéos avec des markers, ajoutant ces extraits aux playlists
  • sélectionner et ordonner les playlists à publier via un projet vidéo
  • partager le projet sur les réseaux sociaux

A la différence de la publication des vidéos via YouTube, le projet que vous partagez avec votre audience est évolutif.
Vous pouvez à tout moment ajouter ou enlever des vidéos, changer les mots clefs ou les segments.

Vous proposez ainsi une expérience vivante, qui suit de manière agile les attentes et les intérêts de votre audience.

Kura en action

Organisation des vidéos dans la librairie grâce aux labels:

 

Ajouter des vidéos à une playlist:

 

Segmenter les vidéos grâce aux markers:

 

Créer un player vidéo pour publier votre projet:

 

A savoir que cette partie là doit encore être finalisée, c’est pour donner une idée de la mécanique de publication.

Pour en savoir plus sur la provenance de Kura et de Comet, une petite histoire:

La petite maison dans la Comet

La petite maison dans la Comet

J’ai passé une bonne partie des dernières années à écrire sur des concepts (à concrétiser) et des idées (en cours de réalisation). Le potentiel et les promesses liées à ce que je voudrais partager avec le monde sont tellement fortes, que je ne peux toujours pas attendre que « la chose » soit là, matérialisée sous forme d’une application mobile ou de projet digital.

Les mots, mis en appétit par le potentiel, prennent de vitesse tout le reste, se lient aux promesses…
Et atterrissent ici sur mon site.

Du coup, je continue avec mes projections de mots: cette fois ci, avec l’histoire d’une petite maison dans la Comet.
Toute ressemblance avec une histoire existante n’est que pure coïncidence.

La suite…

Projet Comet pour la Fondetec

Le projet pilote « Comet pour la Fondetec » donne la possibilité à 3 entreprises soutenues par la Fondetec de valoriser leurs activités et proposition de valeur en exploitant de façon innovante le potentiel attractif et incitatif de la vidéo interactive, à travers notre plateforme Comet.

 

Delphine Luchetta, en charge des contenus vidéo interactifs à Memoways, a réalisé les étapes de travail suivantes:

  • Recherche de vidéos complémentaires sur YouTube, à partir des enjeux relatifs à chaque société;
  • Mise en place d’une liste de mots clefs représentatifs, en collaboration avec les sociétés;
  • Création des projets Comet avec Kura, en mettant en lien via les mots clefs les vidéos complémentaires avec la vidéo principale réalisée par Giodis;
  • Tournage de vidéos additionnelles, pour apporter des compléments de compréhension;
  • Corrections et améliorations des projets, en collaboration avec les entreprises et la Fondetec.

L’objectif principal de ce projet pilote est d’augmenter la portée et l’impact des vidéos de portraits d’entreprises, tant pour la Fondetec que pour les entreprises soutenues.

Les 3 projets pour les entreprises sont:

 

Nous serions très heureux si vous pouvez nous faire des feedbacks sur les projets Comet à travers le formulaire ci-dessous:

Powered byTypeform

 

Pour le moment, les projets Comet sont intégrées de manière statique (non évolutive) au sein de chaque page du site de la Fondetec. L’enjeu maintenant est de pouvoir développer un « portail » vidéo au sein du site web de la Fondetec, avec l’objectif de permettre la découverte des entreprises par une navigation vidéo orientée et personnalisée.
Ainsi, le visiteur du site web de la Fondetec pourra découvrir les talents et les propositions de valeurs locales à partir des questions et des enjeux qui l’intéressent. Comet facilite alors la découverte, et apporte de manière intuitive des informations complémentaires bien détaillées, si l’utilisateur en éprouve le besoin.

Proposition de valeur

  • Comet met en avant l’utilisation de contenus vidéo peu ou non exploités, similaire à l’usage des bonus d’un DVD.
    Les entreprises peuvent ainsi valoriser des contenus qu’ils possèdent, et également en tout temps ajouter des nouvelles vidéos (nouveau produit par exemple) au projet Comet.
    En résumé, Comet devient un outil marketing personnalisé, qui évolue selon les besoins.
  • Comet permet à un utilisateur de trouver intuitivement et de manière ludique des informations sur un sujet particulier, telle une encyclopédie vidéo. Chaque projet Comet apportera donc à l’utilisateur la possibilité d’en savoir plus sur l’entreprise, sur les produits ou services proposés, sur les porteurs de projet, sur les enjeux, la proposition de valeur etc.
  • Comet, de par l’originalité de son concept unique au monde, permettra aux entreprises et à la Fondetec de se démarquer avec un caractère innovant et avant-gardiste. Une innovation genevoise (soutenue par la Fondetec) est à la source d’une nouvelle manière de valoriser des expertises locales et spécifiques.

 

Une nouvelle Comet à l’horizon

comet5

Cela fait plus d’une année que la première version de Comet a été présentée publiquement. Depuis, nous avons produit plusieurs démonstrateurs, affiné / simplifié le design et ajouté des fonctionnalités (remix et partage).

Voici les images prototypes initiaux:

Projet transmedia « Confusion.today »

 

Comme on peut le voir, nous avons passablement simplifié le design.

Le fait d’avoir la possibilité d’anticiper et d’influencer les vidéos que l’on peut visionner dans le futur (les bulles à droite), tout en ayant la possibilité de revenir sur son historique et de le remixer (le passé, à gauche) est la caractéristique majeure de notre concept vidéo.

La suite…

Memoways dans Le Temps

La vidéo sur le web est un sujet « chaud »: la preuve, cet article de Ghislaine Bloch qui se trouve en première page (puis page 15) du journal Le Temps de ce week end.

Ces start-up romandes qui innovent en matière de vidéo

La vidéo à tout va enflamme les géants du Web. Pour Facebook, Twitter ou Google, les contenus diffusés en direct sont une nouvelle manière de retenir l’attention des internautes. Au mois d’août, Microsoft a racheté Beam, un service spécialisé dans la diffusion en ligne de parties de jeux vidéo.

Memoways fait partie des quelques startups Suisse Romandes qui proposent des solutions ou produits pour étendre la portée et le fonctionnement de la vidéo grâce aux nouvelles technologies.

Les questions et réflexions qui me viennent en rebond à cet article:

  • Il y a des startups locales qui adressent les besoins pharaoniques en images animées et ciblent ce marché potentiellement énorme: pourquoi la seule solution est-elle d’ouvrir un bureau aux USA pour pouvoir continuer son activité, développer les promesses par un produit bien concret, aller plus loin dans les possibles ? Pourquoi ne serait-il pas possible de travailler main dans la main avec un acteur comme Le Temps par exemple ?
  • La même question se pose de l’autre côté de la lorgnette: pourquoi les producteurs de contenus historiques (cinéma, télévision), qui savent bien que leur survie passe de plus en plus fortement par le web, ne deviennent-ils pas parties prenantes de ces efforts entrepris par quelques structures indépendantes ? En d’autres termes: pourquoi ne serait-il pas possible de créer des partenariats qui vont plus loin que des discussions philosophiques sur le fait d’allier ressources et outils dans un objectif « win-win » comme on dit ?

Il y a bien des réponses, comme la non compréhension des enjeux liés au numérique (c’est trop technique), le manque de ressources et de compétences (l’excuse du manque de temps) ou simplement la peur du changement (ou la peur de la prise de risque).

Quoi qu’il en soit, merci à l’auteure de cet article de remettre le potentiel sur la place publique – c’est une manière de sensibiliser, avant de passer à l’étape de concrétiser et de responsabiliser… pour au final récolter les fruits de ses efforts sur le moyen / long terme.

Kura, le nouvel outil vidéo de Memoways

Comment proposer une expérience personnalisée, vivante et évolutive avec de la vidéo sur le web ?

Il y a bien des projets de « players » vidéo tel que Comet ou d’autres solutions; cependant pour pouvoir préparer, publier puis développer un projet original de manière maîtrisée et collaborative, il faut un outil d’indexation et d’éditorialisation qui tire parti du changement de paradigme lié au devenir immatériel des contenus audiovisuels.

Nicolas Goy – mon associé dans Memoways – travaille depuis quelques mois sur Kura, notre application web qui permet d’éditorialiser des vidéos sur le web. Nous capitalisons sur notre expérience liée à Tansa (une application OSX par Fabrice Truillot) et à Michi (une application web par Nicolas Goy), que nous avons développé entre 2013 et 2015.

kura-load

Dans les grandes lignes, Kura permet de:

  • importer des vidéos par url (YouTube seulement pour le moment) ou alors en se connectant à son propre compte YouTube
  • gérer ses vidéos avec un système de labels
  • créer des listes ordonnées de vidéos, en utilisant des mots (concepts) comme « lien » entre des vidéos
  • ajouter des markers (mots clefs avec une durée temporelle) pour connecter des bouts spécifiques d’une vidéo avec d’autres vidéos
  • créer des « spaces » par projet / client / usage
  • inviter et gérer des collaborateurs

Avec cet outil, nous pouvons réaliser des projets Comet, pour des usages comme:

  • découvrir et apprendre avec des vidéos liées sémantiquement entre elles: enjeu pédagogique, partage de connaissance et de savoir
  • valoriser des contenus, comme des bonus liés à la vidéo principale: enjeu de storytelling
  • informer et engager le public avec une entreprise, un produit : enjeu marketing

Nous allons présenter cet automne plusieurs projets réalisés pour des clients, qui permettront de se faire une idée concrète sur le potentiel de ces nouveaux usages interactifs et appropriatifs.

Et: nous sommes en train de plancher sur une version améliorée de Comet (Comet V2) – plus de nouvelles à ce sujet prochainement…

La suite…

Memoways au comptoir de l’innovation

Comptoir-innovation-large-web

Dans le cadre du comptoir de l’innovation, je ferais une présentation de Comet ainsi que de quelques éléments de Kura, notre outil d’éditorialisation pour réaliser, entre autres, des projets Comet.
Je mettrais l’accent sur les fonctionnalités spécifiques de l’expérience Comet, sur des exemples d’usages et les bénéfices à retirer pour les producteurs de contenus. Notre outil Kura étant encore en développement et pas encore disponible comme un produit à part entière, je présenterais que les principes particuliers, tout en pointant sur les possibles usages que notre concept va pouvoir permettre…

Cette présentation se fera dès 14h le mardi 12 septembre au palais Beaulieu à Lausanne.
Le programme détaillé en un clic.

 

Exposition Ilôt 13 mémoires

 L’Ilôt 13 est un quartier pas comme les autres – et cela au delà de son contexte genevois.
C’est son histoire particulière qui est le terreau du travail sur ses archives que j’ai démarré il y a déjà 20 ans. À l’époque, à travers un film documentaire; aujourd’hui, avec notre plateforme Comet et d’autres outils numériques…

L’Ilôt 13, village d’irréductibles Genevois, fête ses 30 ans

Au bas des immeubles, les tulipes exhibent fièrement leurs robes, aux balcons, les glycines hésitent encore à dévoiler leurs fleurs, les pousses se bousculent dans le jardin potager. Avec l’arrivée du printemps, l’Îlot 13 refleurit et entame la célébration de ses 30 ans de vie communautaire.

La photographe genevoise Isabelle Meister m’a généreusement invitée à co-exposer avec elle à la Pinacothèque, dans le cadre des festivités de 30 ans du quartier.

Voici donc les informations détaillée de cette exposition.

ILOT_13_30ans-Expo_webGLa Pinacothèque expose du 14 au 25 septembre des photographies de Isabelle Meister et une installation vidéo interactive de Ulrich Fischer.

Vernissage mercredi 14 septembre dès 18h
Finissage dimanche 25 septembre de 11h à 14h
Ouverture du jeudi 15 septembre au samedi 24 septembre de 14h à 19h tous les jours

La Pinacothèque
Rue de Montbrillant 28 1201 Genève

C’est une vision de l’intérieur de l’Ilôt 13 que propose la photographe genevoise Isabelle Meister.
Habitante du quartier, elle a documenté ses débuts de manière informelle, appareil à la main: les chantiers, le travail en commun, la vie sociale, la solidarité. Des images noir et blanc lumineuses, au cadrage soigné, qui font entrer celui qui les regarde dans le quotidien du groupement d’immeubles.

A l’occasion des 30 ans de l’Ilôt 13, Isabelle Meister s’est plongée dans ses archives personnelles. Elle a sélectionné 250 clichés coups de cœur couvrant les 13 premières années du groupement, jusqu’à la fin du XXe siècle. Tirées en format A4, ces images seront exposées en un ensemble aléatoire sur les murs de la Pinacothèque. Ni rétrospective, ni fresque historique, «Ilôt 13 mémoires» présente un regard artistique sur ce quartier pas tout à fait comme les autres.

En complément aux photos d’Isabelle Meister, le réalisateur genevois Ulrich Fischer présentera un projet de vidéo interactive autour du quartier. Lorsque l’on produit un lm documentaire comme «Un ilôt dans la ville», réalisé en 1998 par Ulrich Fischer, beaucoup de rushes (les vidéos issues des tournages) sont laissés de côté. Ce n’est pas que ces images ne sont pas intéressantes: elles ne rentrent juste pas dans cette histoire spécifique que que le film veut raconter.

Aujourd’hui, grâce au «support» du web, il est possible de donner accès à cette mémoire non utilisée et de la valoriser de manière personnalisée. Le projet de vidéo interactive proposé par Ulrich Fischer prend comme «tête de comète» ce film documentaire; en lien avec toutes les scènes du film, d’autres extraits vidéo (la «queue de la comète») peuvent être ajoutés à une playlist personnelle. Ainsi, chaque spectateur pourra se constituer sa propre histoire, au gré de sa propre navigation à travers les archives du quartier.
Et à la sortie, partager son propre remix!

Une comète dans le ciel vidéo

Dans ce billet, j’aimerais positionner notre projet Comet en perspective à la consommation vidéo sur le web (avec une pointe de provocation) et développer des arguments en faveur d’un changement de paradigme (avec une tonalité plus intégrante).
D’un côté, il s’agit de mettre en question de manière constructive nos réflexes et héritages culturels, et de l’autre, de proposer des nouvelles manières de créer, de visionner, puis, potentiellement, de participer.
En somme, de passer d’un état de lecture (clic sur le bouton play) à un état de lecture / écriture (clics multiples, avec création d’une trace qui nous « appartient » et que l’on peut partager).

comet3

Problématiques

  • La vidéo est un objet mort. En effet, une fois uploadée, la vidéo reste statique et ne peut pas évoluer au gré des besoins, des interactions ou du contexte de l’utilisateur.
  • Le contexte initial de la vidéo est perdu. À moins de remplir une multitude de champs dans un formulaire, aucune information importante liée aux sources constitutives de la vidéo publiée n’est gardée et pourrait être exploitable. En effet, à la sortie du montage, plus aucune information sur les rushes et autres éléments narratifs et structurants qui constituent le montage. Une vidéo sans le contexte de ses origines, c’est comme un arbre sans racines: ça ne tient pas et ne peut survivre sans mise sous serre (merci YouTube, Netflix et consorts).
  • Les playlists sont figées ou aléatoires. Soit la playlist est éditorialisée en amont par un auteur et elle fait sens – mais elle reste figée. Soit la playlist est générée de manière aléatoire et elle ne fait pas sens – mais elle est vivante. Une playlist qui fait sens tout en étant vivante et personnalisable: voilà qui pourrait être désirable. Non ?
  • L’interaction utilisateur est très limitée. À moins de rajouter des boutons interactifs sur la vidéo et de créer ainsi une navigation de vidéo à vidéo par dessus la vidéo en cours, le spectateur reste passif. Comme au temps des CD/DVD-ROM ou du web des années 1990, ce type d’interactivité ajoute une dynamique active pour le spectateur. Mais cela repousse le problème plus loin: les liens entre les vidéos sont définis une fois pour toutes, et donc la navigation va toujours être la même: statique, non évolutive, figée. Tellement pas web 2.0…

La vidéo doit-elle forcément rester comme un objet figé qui vient d’un autre temps, alors que le web d’aujourd’hui est tellement inventif, vivant et personnalisable ?
Pourquoi la vidéo doit-elle rester exclue de la dynamique d’appropriation, de participation, de remix ou d’interactions sociales que l’on vit dans le web des années 201X ?

Arguments 

  • Rendre la vidéo vivante. Le concept que Memoways met en avant avec Comet est de d’interconnecter puis d’exposer les éléments constitutifs d’une vidéo: les plans. Chaque plan a sa propre cohérence et garde son contexte initial. La vidéo que l’on voit au final n’existe pas en tant que telle: elle est lue en temps réel et sans coupures à partir des plans, en fonction de la volonté de l’auteur, de la playlist et des envies ou du contexte de l’utilisateur. La vidéo est donc un flux de plans: comme avec les Tweets sur Twitter, on peut lire le flux dans l’ordre défini, mais on peut également aller chercher dans le flux juste les éléments qui nous intéressent. On a alors un flux de plans qui correspondent à nos envies, nos besoins.
  • Garder le contexte de la vidéo à la racine. Chaque vidéo qui est exposée à travers la plateforme vidéo de Memoways est un plan non monté, qui garde le maximum de son contexte initial: qui a fait la vidéo, où, quand, comment… Et l’on peut ajouter des informations sur ce que raconte la vidéo, de manière à lui donner la chance d’être trouvée et exploitée avec d’autres vidéos qui parlent de la même chose.
  • Les playlists sont maitrisées mais restent vivantes. L’auteur a la possibilité d’exposer une playlist qui correspond à un besoin: par exemple de présenter toutes les vidéos qui parlent d’une certaine thématique à travers des interviews de plusieurs personnes différentes. À partir de là, l’utilisateur peut aller filtrer le flux thématique exposé pour regarder puis partager que ce que raconte un seul intervenant qui lui plait bien.
  • L’interaction est hautement personnalisable. Comme les liens entre les vidéos se font au niveau du plan et que les combinaisons entre les plans ne sont pas basées sur des connexions définies « en dur » (de manière statique et unique), l’interaction que l’utilisateur peut avoir avec le flux de vidéos est hautement personnalisé.

comet-pedagogic-web

En somme, l’expérience Comet permet à chaque utilisateur de naviguer à travers un flux structuré de vidéos pour ensuite, s’il le souhaite, créer sa propre playlist en fonction de ses besoins, questions ou envies.

La playlist peut être composée de plans et donc générer une histoire personnalisée, unique.
Ou la playlist est composée de vidéos déjà montées et permet de partager une liste structurée d’histoires choisies.

Grâce à Comet, il devient enfin possible de confectionner des histoires personnelles, de manière non destructive (on ne détruit pas les histoires des autres ce faisant) et de partager une collection de contenus choisis.

Autrement dit: après l’avènement de ce que l’on appelle le « responsive design », où l’affichage des contenus s’adapte automatiquement à l’appareil de l’utilisateur, voici venir enfin le temps du « responsive storytelling », où l’histoire s’adapte de manière dynamique et personnalisée a ses propres envies, besoins ou contexte d’usage (mobile, stationnaire…).

Nous développons avec Memoways actuellement la version 2 de Comet – stay tuned 😉