L’état de nos nuages – ciel changeant avant l’été

Un des points qui revient sans cesse, parce que nous n’avons pas encore trouvés de solution élégante et satisfaisante, est celui de la représentation de la base de données médias sur la carte du territoire – autrement dit: quelles informations (ou métadonnées) « remontent » à la surface en devenant une cible ou un point d’intérêt que le visiteur peut chercher.
C’est un élément important dans le sens que le visiteur doit pouvoir très rapidement et intuitivement sentir de quoi peut être fait le film qu’il va marcher tout en choisissant lui même dans quelle(s) direction(s) il a envie de le mener.

On peut prendre l’image d’un iceberg dont on ne voit qu’une petite partie de la masse – de la même manière, la plus grande partie des caractéristiques que nous aurons assignées à chaque médias demeurera invisible; mais par contre, on devrait pouvoir sentir leur présence à travers la manière dont le haut dépasse et flotte.

Une autre image que nous avons beaucoup employée est celle du nuage: une forme molle qui se laisse traverser, immatérielle et matérielle en même temps – finalement assez représentative de ce monde virtuel (les médias) que nous voulons implanter dans l’espace urbain…

Pour le moment, nous avions comme piste principale pour cette question de représentation les thèmes, c’est à dire de permettre une concentration du potentiel narratif à travers un thème « majeur » déterminé dans chaque média.
Mais nous nous sommes butés à la difficulté de trouver des thématiques suffisamment abstraites pour fonctionner sur n’importe quelle portion de territoire, tout en étant suffisamment concrètes pour se visualiser clairement dans chaque média, tout en n’oubliant pas qu’ils doivent également – à travers leur dénomination – susciter une envie de s’y plonger.

– NOUVELLES PISTES –

En discutant l’autre jour avec Pascal Amphoux et Nicolas Wagnières, nous avons retourné la question en invoquant les possibles suivants:

ne plus considérer des nuages différents qui se côtoient / se superposent (comme des ensembles différenciables avec des couleurs variées), mais comme des strates de nuages qui se trouvent à des altitudes différentes (et qui sont donc de natures différentes). Pour continuer avec des images, c’est un peu comme depuis un avion: on peut voir plusieurs couches de nuages, les unes masquant les autres et parfois laissant passer ce qui est notre base, la terre. Cette image est empruntée à Johan Van der Keuken (citation pas encore trouvée) qui compare la vision que l’on peut avoir d’un montage d’un film à un voyage en avion…

– cette nouvelle manière de voir implique donc l’arrivée d’une « nouvelle dimension »: l’axe du Z… ou la profondeur de l’espace. Se pose maintenant la question de comment on navigue dans cette profondeur: soit on passe d’une couche à une autre (en activant / désactivant les couches qui se superposent), soit à travers un réel mouvement qui les traverse (un zoom). Cette dernière solution est assez vertigineuse (c’est le cas de le dire) et demande une représentation différenciée des couches pour que l’on puisse sentir les natures différentes des nuages qui masquent plus ou moins partiellement notre territoire (le réel).

– cette tendance à superposer et non plus à juxtaposer vient également d’une analyse que l’on retrouve de différentes manières chez quelques théoriciens (dont Deleuze déjà cité ici auparavant). Pascal Amphoux propose la lecture suivante concernant 3 type de postures que l’on peut prendre face au réel:

  1. analytique: observation / passif -> dehors
  2. engagé: vie / interaction -> dedans
  3. poétique: esthétique / paysage -> dedans et dehors

Cette manière de voir les choses implique qu’il n’y a pas d’exclusion d’une posture par rapport à une autre: elles co-existent toutes en même temps mais les rapports entre elles fluctuent – et c’est justement les pondération et variations qui nous intéressent ici.
Ce que nous voulons tenter maintenant est la chose suivante: affecter une posture à chaque média tout en lui indiquant une valeur (entre 0 à 100). Ce qui n’est pas encore très clair est la combinaison ou l’exclusion de postures (si par exemple un média peut être à 40% analytique et à 60% poétique… ?).
Nous avons par contre déterminé la manière dont pourront être visualisées ces nuages (on a piqué cette séparation quelque part – c’est très classique):
-> 1 analytique en bleu
-> 2 engagé en rouge (tiens donc)
-> 3 poétique en vert

utiliser les titres de chaque média (on parle parfois de brique, mais c’est pas très digeste) comme « atome » et la constellation de titres comme des « cellules » (ou carrément des organismes ?!?): plus on est loin et plus les titres se superposent; on peut donc voir par la densité de noir les endroit qui rassemblent le plus de titres. En zoomant en avant sur la carte, la lisibilité augmente et on arrive à différencier les titres les uns des autres.
Autrement dit: un nuage, c’est une nuée de mots.

Mis à jour le 03.06.2008 UF

Laisser un commentaire