Module embarqué – quelques tests et nouvelles directions

Grâce au talents de programmateur de Nicolas Goy, nous avons pu dompter le module embarqué (simple touch PC) et lui ajouter les fonctionnalités suivantes:

  • driver pour la carte graphique (encore un problème de performance lié à l’openGL, mais à voir)
  • affichage d’une carte vectorisée et raster
  • driver pour un module GPS ainsi que conversion des données GPS vers le système métrique suisse
  • fonctionnalité d’enregistrement du flux du GPS
  • affichage en temps réel de la position sur la carte
  • driver pour implémenter le touch screen
  • ajout d’un bouton d’enregistrement start / stop sur l’écran
  • driver pour un accéléromètre (terminé mais pas encore testé)

Voilà 2 images du module embarqué avec son alimentation (transportable…) ainsi que le GPS Holux relié en USB. Le bouton rouge tout en bas à gauche est pour enregistrer (en cours à ce moment); le bouton est vert lorsque le système n’enregistre pas (en pause):

module embarqué large

module embarqué serre

On voit qu’on est encore loin d’une solution ergonomique – mais ce n’est pas le but de cette première étape qui vise à tester mécaniquement les composants et interactions entre données brutes, code, base de données puis au final le film.

Quelques réflexions sur des choses à améliorer, faire évoluer:

  • on le voit sur les images: trouver un écran qui « résiste » au beau temps et qui fonctionne dehors;
  • réactivité du système (surtout si l’on implément des commandes et boutons sur l’écran), ce problème est lié aux performances de la carte graphique;
  • portabilité (poids, encombrement) et ergonomie de l’ensemble (pas de câbles qui pendouillent etc).

Ci desssous le résultat d’un test GPS avec la configuration sur la photo:

Test parcours 120508

A part quelques mètres qui sont justes, il y a beaucoup de décrochages qui sont pas de bonne augure – le GPS a tendance à perdre ses satellites et à mettre très lontemps avant de retrouver le bon endroit.

A télécharger la traduction pour google earth du test parcours holux.

Suite à ces premiers résultats, les pistes suivantes ont été (ré)ouvertes:

Abandon des coordonnées métriques Suisse, ceci pour une meilleure interportabilité avec des logiciels comme Google Earth et des cartes d’autres villes / pays. La trop grande précision n’était finalement pas nécessaire ici;
Abandon de la carte de swisstopo. La carte swisstopo contient beaucoup trop de points, et certaines routes qui peuvent être intéressantes (chemin d’accès à une usine…) n’y sont pas indiquées;
Remplacement de la carte swisstopo par une carte home made (style map.search ou google ou…);
Dessiner des « rails » qui vont magnétiser les positions du GPS sur les routes – cela va aider à mettre le parcours correctement sur les tracés des routes et éviter de passer à travers des cuisines inconnues… Il va clairement être mentionné au visiteur que son parcours ne sera que restitué correctement s’il suit les tracés des routes marquées sur la carte du module;
– Utilisation d’une image raster pour les bâtiments et les décors (arbres, rivières…), personnalisation de cette carte avec des layers à définir (routes et nom des routes, bâtiments; zones forêt et aquatique; nuages thématiques; etc)

UF 14.05.2008

Laisser un commentaire