Sortir la tête du guidon, épisode 2

Le temps de l’été est propice pour regarder plus loin que son horizon habituel, pour laisser mûrir sans pression les pensées, libres de vagabonder hors des sillons du quotidien.
Ce deuxième épisode de ma petite série Sortir la tête du guidon est le fruit d’une digestion lente de quelques pépites glanées sur le web ces derniers mois. Avec le temps de faire résonner les textes entre eux, en relation organique avec mes obsessions.

Dans le premier épisode de la série, il était question de vélo, de montagnes et du temps qui file. Avec au bout de la petite histoire, une panoplie de liens vers des sites inspirants sur les enjeux du numérique, qui donnent courage et envie d’aborder les difficultés du prochain voyage dans les territoires digitaux avec perspective et énergie.

Le numéro deux prend son envol sur la dernière image de ce billet initial: celle de l’ordinateur comme bicyclette de l’esprit, une formule empruntée à Steve Jobs.

La suite…

Kura Video Portal – les nouveautés printanières

Avec l’arrivée du printemps, nous proposons le plein de nouveautés pour le portail vidéo Kura, développé par Memoways (Nicolas Goy et moi-même).

En quelques mots, Kura permet de créer son propre portail de vidéos choisies, mises en lien avec des mots clé. Cette logique de navigation basée sur des mots clé permet de faciliter la découverte et stimule l’exploration.
Les vidéos elles-mêmes sont enrichies par des chapitres, permettant d’accéder à des parties spécifiques de la vidéo, et des annotations, qui permettent de lier une page web spécifique avec la narration de la vidéo.

L’objectif est de garder le visiteur sur sa propre proposition de valeur et ne pas perdre ses spectateurs sur YouTube… pour les guider là où on aimerait bien les amener – tout en leur laissant la liberté de faire leur propre chemin à travers les contenus vidéos choisis.

Dans ce billet, je vais présenter en détail les mises à jour (qui pointent sur des exemples de démonstrateurs fonctionnels) et aborder les prochains développements qui vont se faire les semaines qui viennent.

Les améliorations de design

La page d’accueil a été améliorée:

  • Le menu et tous les liens qui permettent de pointer sur un autre site ont été rassemblés dans le « hamburger menu » (les 3 traits horizontaux tout en haut à gauche), ce qui permet de dégager le haut de la page, en rendant également les interactions parfaitement compatibles avec les écrans mobiles;
  • Une nouvelle fonction « embed » (intégration), disponible directement en fin de liste de liens. Il est ainsi possible d’intégrer une image générée au sein d’une page web (voir en fin de page du billet pour des exemples);
  • Un « Splash » (image d’accueil sur toute la largeur), permettant de décrire en quelques mots et visuellement la promesse du portail;
  • Les capsules contenant des listes de vidéos ont été re-designées.
    Il y a maintenant deux fonctions: lire la première vidéo de la thématique (la lecture automatique d’une liste de vidéos ne fonctionne pas encore) et afficher tous les contenus en lien avec la thématique choisie;

Voici deux exemples pour visualiser ces améliorations:

L’exemple du démonstrateur pour les HUG

Comment se présente la fonction « embed », sur l’exemple du démonstrateur pour l’ITU

Le résultat d’un filtrage a également eu son lifting:

  • Les résultats d’une recherche sont groupés par vidéo; la vidéo elle même, les chapitres et les annotations.
  • Il est possible de lancer un nouveau filtrage simplement en cliquant sur un label
  • Les résultats exploitent maintenant la pleine largeur de la page, en proposant des capsules qui se déroulent sur la hauteur
  • La recherche est libre (cherchez directement dans les titres et descriptions des vidéos) et multi-critère

Voici un exemple:

Un exemple de filtrage multi-critère, sur le portail démonstrateur tourisme.

Les embeds (intégrations dans une page web)

Comme décrit ci-dessus, nous proposons la possibilité d’intégrer un portail au sein d’une page web, comme présenté ci dessous. En cliquant sur les images, vous arriverez directement sur les portails en question…

Le démonstrateur tourisme, sur l’exemple de MySwitzerland

 

Le démonstrateur santé, sur l’exemple des HUG

 

Le démonstrateur institutionnel, sur l’exemple de l’ITU

 

Les prochains développements

Comme vous pouvez le constater, les portails sont déjà bien fonctionnels, et permettent d’imaginer des multiples usages…

Il y a cependant encore un certain nombre de fonctionnalités qui ne sont pas encore pleinement développées, comme:

  • La lecture automatique d’une playlist. Si on clique sur le bouton « lire » d’une capsule thématique, on ne lit que la première vidéo de la liste. Nous aimerions permettre la lecture de toutes les vidéos de la liste, dans l’ordre défini;
  • Personnalisation de la playlist. Une playlist proposée par un expert, c’est bien. Mais une playlist que l’on peut personnaliser selon ses besoins, ses envies, c’est encore mieux. Nous allons permettre l’ajout de vidéos au sein d’une playlist personnelle, de manière simple et intuitive. Il deviendra ainsi possible de définir à tout le moment quelle vidéo on a envie de regarder par la suite, en fonction des recommandations ajoutées sur chaque vidéo;
  • Recommandations vidéos. Comme une sorte d’annotation vidéo, il sera possible de proposer des vidéos complémentaires à regarder, pour guider le spectateur sur la prochaine vidéo à voir;
  • Amélioration du player. Pour le moment, le player « interactif » (avec les chapitres et les annotations) n’est pas disponible sur smartphone – cela sera le cas. Aussi, nous allons améliorer la présentation et la mécanique des chapitres et annotations, pour un usage encore plus intuitif et fluide…

Nous avons encore une belle liste d’idées et d’envies – à découvrir lors d’une des prochaines mises à jours !

Abonnez-vous à mon blog, ou alors à la newsletter de Memoways (à droite dans la barre latérale) pour être tenu à jour sur la suite des développements de la plateforme vidéo Kura.

En attendant, nous serions très heureux si vous pouviez nous aider à améliorer le portail en répondant aux quelques questions du questionnaire que voici:

powered by Typeform

To no Billag or not to no Billag

Cela fait des mois que ça me démange… l’initiative No Billag brasse tellement de questions, d’émotions et d’enjeux que j’aimerais partager dans ce billet quelques réflexions.
Rassurez-vous, le véritable sujet de ce texte n’est pas Billag (qui est juste un malheureux déclencheur, en plus d’être déjà mortVu que Billag va être remplacé par Serafe dès le début 2019.).

Ce qui m’intéresse ici et maintenant, c’est de réfléchir sur le paysage médiatique au service du citoyen que nous pourrions imaginer – et même désirer ! – pour la Suisse du 21ième siècle.
Comme je regarde la problématique depuis un autre endroit que la plupart des acteurs engagés dans la lutte contre l’initiative, j’espère que ces lignes vont faire rebondir mes réflexionsJe ne revendique aucune paternité dans les idées exposées dans ce texte. Il s’agit de pensées et de pistes d’action déjà abordées dans une multitude de coins et de recoins du web – je fais juste une synthèse personnelle pour alimenter une réflexion. sur autre chose qu’un champ de bataille.

Pour le dire tout de suite: je suis pour le transfert du milliard et quelque perçu par la redevance Billag dans la mécanique des impôts (et donc pour la suppression de la taxe, désolé Serafe).
Mais je vais voter contre l’initiative qui vise à supprimer la taxe.

Comment ça se fait que quelqu’un qui est contre la taxe va voter contre la proposition de suppression de la taxe ?

Avant d’étayer l’état actuel de ma réflexion avec plus de mises en perspective et d’arguments à travers d’autres billets complémentaires à venir, j’aimerais la résumer en quelques paragraphes.

On aime jouer à se faire peur…

La suite…

Première version du portail vidéo Journalistory

Après plus de deux mois de développement intensif, je suis heureux d’annoncer la publication de la première version du portail vidéo Journalistory.

Voici un extrait du communiqué de presse qui résume le projet:

Les professionnels du secteur le savent bien : depuis quelques décennies, partout dans le monde, la pression sur les médias ne fait qu’augmenter. Comment les journalistes l’ont-ils vécu, quel rôle ont-ils joué dans la société ? Depuis le début de l’année, une équipe d’historiens s’est mise au travail sur ces thèmes. Leur objectif est de réaliser le portrait filmé de 50 témoins dans toute la Suisse. Un avant-goût de ce projet est donné sur la plateforme interactive multimedia www.journalistory.ch dès le 29 décembre.

Mon précédent billet présente le contexte initial de ce projet. Avec ces lignes, j’aimerais maintenant partager un condensé de la réflexion qui nous a guidé dans la réalisation de ce portail, tout en esquissant les possibles développements futurs.

La première version du portail vidéo

A partir des maquettes graphiques élaborés cet automne et des concepts détaillés dans ce billet, Nicolas Goy (le développeur associé de Memoways) a passé l’essentiel de cette fin d’année à développer un portail vidéo ayant les caractéristiques suivantes:

  • Mobile first. Même si la majorité des premiers utilisateurs va arriver sur le projet Journalistory depuis un ordinateur, ce portail a été conçu pour pouvoir être utilisé prioritairement depuis un smartphone / tablet.
    Objectif: proposer une interface claire et intuitive, orientée autour et à partir d’un usage prioritairement vidéo.
  • Découverte. Le design du site guide les visiteurs sur un mode découverte vers des portraits de journalistes, des thèmes importants, des périodes ou des enjeux marquants du journalisme d’investigation en Suisse.
    Objectif: donner envie au visiteur de cliquer, attiser sa curiosité.
  • Exploration. La qualification des vidéos avec des labels spécifiques va permettre de protéger l’exploration libre de l’utilisateur, de manière à ne pas le perdre tout en lui permettant de partir sur des chemins de traverse selon ses envies.
    Objectif: rendre le visiteur actif, lui donner envie de prendre du temps à parcourir le site.
  • Expérience enrichie. La segmentation de certaines vidéos avec des chapitres permet d’amener rapidement le spectateur sur des enjeux qui l’intéressent particulièrement; des annotations ponctuelles avec des liens en provenance du web permettent d’avoir plus d’informations sur ce qui est raconté dans l’interview.
    Objectif: amener une plus-value d’informations supplémentaires à l’utilisateur, lui donner envie d’approfondir certains épisodes.

Comme il s’agit d’une première version encore en « beta », nous devons améliorer et corriger un certain nombre de choses les semaines qui viennent, comme la lecture automatique de vidéos d’une sélection, la synchronisation entre les chapitres / les annotations avec la position de la tête de lecture, des détails de design etc.

Voici quelques captures d’écran de la version mobile du portail, au 29.12.2017

La suite

Pour les prochaines versions du portail, nous aimerions apporter des améliorations sur les parties suivantes:

  • Harmoniser le design. La simplicité et l’élégance de l’interface utilisateur est primordiale pour attirer et garder l’attention du visiteur – ce chantier là sera sans doute jamais clôturé…
  • Améliorer le fonctionnement des annotations et des chapitres. Il faut trouver le bon équilibre entre l’envie / le besoin d’avoir des informations complémentaires contextuelles et de ne pas trop perturber ou distraire l’attention du spectateur sur la vidéo en cours. Il y a aussi une optimisation de la « mécanique » à trouver, sans doute moyennant des animations et de l’automatisation plus ciblée de ces recommandations.
  • Améliorer le fonctionnement du filtrage. La liste déroulante qui affiche les labels est une solution provisoire; nous devons voir comment on peut donner envie à l’utilisateur de « jouer » avec le filtrage pour affiner une sélection, pouvoir se générer une playlist personnalisée, de mettre à jour les prochaines vidéos à voir sans arrêter la lecture etc…
  • Ajouter les fonctionnalités d’interaction. Pour le moment, il n’y a pas encore les boutons classiques de partage et d’engagement utilisateur (like, commentaire etc). En dehors du placement de ces boutons dans l’interface, il s’agit surtout de bien réfléchir au parcours de l’utilisateur et comment le partage d’une expérience de visionnement au sein du portail peut être partagée, pour donner envie à de nouveaux spectateurs de découvrir les contenus.

 

Références actuelles

La RTS, en tant que partenaire principal de l’association Journalistory, en a déjà parlé sur son site:

Journalistory, mémoire audiovisuelle du journalisme suisse

Cinquante personnalités des médias suisses sont interrogées selon la méthode de l’histoire orale. Ils livrent leurs récits de vie et racontent leurs expériences depuis les années 1960. A travers leurs histoires, c’est l’évolution de tout un métier qui jaillit.

La fabrication de projets vidéo en deux schémas

Quand il faut transmettre les concepts et enjeux spécifiques d’un processus de fabrication, un schéma est souvent plus efficace qu’un long texte.
Pour illustrer la différence – mais aussi la complémentarité – entre la production vidéo « classique » et la production de projets « transmedia » (la vidéo pour le web), j’ai demandé il y a quelques temps à la graphiste et designeuse Sophie Czich de réaliser deux schémas.
Sur base de mes indications, elle a créé les deux images ci-dessous, que j’ai quelque peu retravaillé ces derniers jours.

Ce que j’ai envie de communiquer à travers ces deux schémas:

  • La mécanique de production entre l’ancien monde des médias traditionnels (cinéma, télévision) et le nouveau monde du web est fondamentalement différente.
    D’un côté on a une production linéaire qui essaye tant que possible de passer par des étapes sans retour (on va éviter de tourner des nouvelles images lorsque l’on est en postproduction) et de l’autre on a une méthode agile qui permet d’essayer, d’ajuster, d’améliorer et de faire vivre un projet en fonction des enseignements appris tout au long du processus.
  • Cependant, la majorité des projets vidéo pour le web d’aujourd’hui fonctionnent encore en utilisant la méthode de production linéaire en cascade. Pourquoi ? Pour une multitude de raisons que j’aimerais bien décortiquer dans un prochain billet.
    En attendant, je met ma main au feu que les résultats obtenus pour amener le public sur un projet vidéo pour le web, en utilisant une méthode inadéquate, ne soient pas bien satisfaisants…
  • C’est pourquoi le schéma bien coloré et quelque peu « fouillis » de la production de vidéos pour le web inclut volontairement des contenus en amont (les archives) et des usages contributifs en aval (création de nouveaux contenus par les utilisateurs). Pour donner des idées sur comment faire exister ses vidéos sur le web.
    Et en regardant bien, ce qui fait valeur au final pour l’utilisateur est moins le contenu (les vidéos) que le chemin (son expérience) qu’il peut effectuer grâce aux articulations rendus possibles par les descripteurs (les symboles « i »)…

La vidéo comme objet

Lorsque l’on réalise un film ou une vidéo (mais en fait, c’est quoi la différence entre les deux aujourd’hui ??) on produit un objet. Cet objet, on aimerait le voir arriver sur les divers écrans disponibles de nos jours (du smartphone jusqu’à l’écran de cinéma), idéalement avec une rétribution à la clé.

Les caractéristiques principales de cet objet (prosaïquement, c’est un fichier digital comme un autre):

  • pour garantir et garder sa valeur, il ne doit pas évoluer
  • plus on maîtrise sa distribution, plus les entrées financières potentielles sont protégées
  • on a une fenêtre temporelle restreinte (en moyenne 18 mois) pour rentabiliser un tel objet
  • l’objet doit entrer « au chausse pied » sur les nouveaux écrans (là ou est l’essentiel de l’audience aujourd’hui), avec le risque de perdre de l’impact
  • la mécanique pour trouver son audience est découplée de l’objet: c’est une campagne de marketing à part entière qui doit amener les spectateurs potentiels sur l’objet.

 

 

Schéma réalisé par Sophie Czich

La vidéo comme projet

Lorsque l’on réalise des vidéos que l’on veut amener au public via le web, on réalise un projet.
Ce projet, on aimerait le voir se déployer de manière organique et vivante en relation avec les usages de son public, idéalement avec une circulation et augmentation de la valeur, pour capter dans le futur des retours financiers.

Les caractéristiques principales d’un tel projet:

  • pour générer une valeur, il doit évoluer dans le temps
  • plus on laisse les spectateurs visiteurs s’approprier son projet, plus on a de chances de pouvoir trouver une audience élargie et donc potentiellement une mécanique de monétisation
  • la durée de vie d’un projet est dépendante de la dynamique des usages et des mises en lien avec d’autres sites et plateformes partenaires
  • si le projet est bien fait, la rencontre entre les contenus et les usages se fait spécifiquement en fonction de l’écran et de l’usage qui lui est propre: voir la notion de responsive storytelling, l’expérience utilisateur où les contenus s’adaptent au contexte de l’utilisateur
  • la mécanique pour trouver ses spectateurs est intimement liée au projet lui même: l’accès à l’audience peut être en bonne partie organique et il est possible d’intégrer les efforts de marketing plus en lien avec les valeurs de son projet.

 

Schéma réalisé par Sophie Czich

 

Comme il y a beaucoup de paramètres et d’enjeux à communiquer, j’aimerais créer un jour des schémas animés ou interactifs, de manière à ne pas saturer d’office l’attention du spectateur avec toutes ces informations « à plat ».
Je suis preneur de toute critique, idée, conseil pour améliorer ces schémas – à travers un mail par exemple, je garantis une réponse.

Pour finir, un grand merci à Sophie Czich pour le design et la réalisation de ces deux schémas !

Des liens pour aller plus loin:

Comment faire exister ses vidéos sur Internet ?

Agile vs Waterfall – Comparing project management methods

Traditional waterfall methods for developing software are rapidly declining in popularity as more recently developed Agile methodologies are increasingly adopted. But what’s the difference between the two – and is Agile always better? The waterfall model is one in which each phase of a product’s life cycle takes place in sequence, so that progress flows steadily downwards through these phases like a waterfall.

 

Projet Journalistory

Depuis la rentrée d’automne, je travaille sur un nouveau projet de vidéo interactive sur le web.

J’ai été contacté par l’association journalistory.ch qui voudrait mettre en ligne un site web de portraits vidéo de journalistes pour décembre 2017.

Ce site grand public offre la découverte et la mise en lumière du journalisme à travers des portraits de journalistes de renom, tout en donnant un accès intuitif à des enjeux et des périodes marquantes à travers des affaires qui ont eu un impact sur la société Suisse.

Avec ma société Memoways, nous sommes en train de réaliser un portail vidéo répondant aux besoins du projet.

Ce portail vidéo permettra aux visiteurs de :

  • Découvrir des journalistes, à travers des portraits courts et plus longs
  • Explorer ce que disent les journalistes en rapport avec des thématiques, des affaires, des périodes historiques, des outils de production du journalisme, etc
  • Apprendre davantage sur le contexte des affaires avec des informations additionnelles qui sont présentées en relation avec ce qui est dit
  • Partager des vidéos ou des playlists sur les réseaux sociaux, par mail, etc

Le site web aura les fonctionnalités et les qualités suivantes :

  • Une interface utilisateur « responsive » adaptée aux mobiles et ordinateurs
  • Une navigation fluide et continue, grâce à des playlists inter-connectées
  • Un accès rapide et précis sur des segments spécifiques dans les vidéos
  • Des informations additionnelles, en relation directe avec ce qui est dit
  • Un filtrage intuitif et ludique, permettant de partir en exploration personnalisée

 

En attendant le portail vidéo qui va être mis en ligne en décembre 2017, voici le lien du site web provisoire du projet:

DAS GEDÄCHTNIS DES JOURNALISMUS

Wir sind ein Historikerteam mit viel Erfahrung in den Bereichen Oral History und Mediengeschichte. Ein Kern des Teams hat mit Archimob und Humem bereits die zwei grössten Oral-History-Projekte der Schweiz realisiert. Der Verein wurde am 18. Januar 2017 in Bern gegründet und hat seine Arbeit sofort aufgenommen.

 

De fin 2017 à mi 2018, Journalistory.ch dévoile de plus en plus de témoignages de journalistes ayant marqué le paysage médiatique suisse ces dernières décennies.

Pour la première fois en Suisse, des journalistes de différentes branches de la profession livrent leur parcours de vie, leurs réflexions et leurs méthodes.

Journalistory.ch propose une expérience interactive pour découvrir l’évolution et les mutations du métier de journaliste et de réfléchir à son avenir.

 

Le travail de curation (le choix et tri des vidéos en lien avec des thématiques, enjeux, périodes ou tags) et le travail de segmentation (en liant une portion de vidéo à une thématique par exemple) se fait directement online, de manière collaborative, à travers notre outil Kura et dans une base Airtable spécifique.

En attendant de mettre notre propre outil d’édition vidéo Kura à jour pour ce type de portail vidéo, nous réalisons le travail d’indexation principalement dans Airtable.
J’ai déjà réalisé plusieurs projets avec cet outil gratuit, simple et intuitif, qui permet de rapidement prototyper et même de réaliser des projets entiers sans devoir développer un outil dédié.

Un prochain billet va présenter avec plus de détail notre flux de travail, de la caméra au site web.

Memoways fait peau neuve

Memoways, ma société active dans le domaine de la vidéo sur le web, continue son bonhomme de chemin pour développer une plateforme web permettant de valoriser des vidéos au sein d’une expérience personnalisable.
Au fond, il s’agit toujours de mon même « trip » – mais qui évolue… dans une direction que nous pourrons présenter plus en détail d’ici la fin de l’année.

En attendant, pour être en phase avec où nous en sommes au jour d’aujourd’hui, nous avons mis à jour notre site web qui « tease » quelque peu notre offre à venir.

Memoways

Memoways is building a product to retain and increase audiences through custom video experiences. Beyond YouTube publication, our video platform promotes content discovery and drives exploration in a way that triggers engagement.

Ce nouveau site va être appelé à évoluer ces prochains mois, avec plus de détails sur notre produit et nos projets et assurément aussi une version française.

Mise en route web pour le projet eyeWander

Pour accompagner le démarrage du projet d’installation vidéo VR en 360° eyeWander, nous venons de mettre en ligne le site web dédié au projet: http://eyewander.ch

Nous avons également mis sur pied une page Facebook, qui va raconter les étapes de la réalisation du projet (tournages, tests, développement, mise en route de l’installation, etc): https://www.facebook.com/eyewanderVR/

Vincent de Vevey va réaliser des vidéos en 360° durant les mois d’octobre et de novembre, pour les « augmenter » ensuite avec des éléments interactifs à déclencher du regard dans les lunettes VR. Une première version de l’application VR devrait être disponible pour le mois de novembre, avec la version installative qui sera présentable dans la foulée.

Le projet bénéficie du soutien et du partenariat de la Ville de Genève (Département des finances et du logement ).

Plus d’informations sur ces pages:

Starting the VR project « eyeWander »

Projet vidéo en 360° « Fenêtres associatives »

 

Portrait vidéo: studio Soham

Nous avons réalisé l’automne dernier plusieurs projets de portraits vidéos d’entreprises soutenues par la Fondetec.

Il s’agissait de prendre la vidéo produite par la Fondetec comme point de départ, puis de lier des vidéos complémentaires par thématique, produit, offre etc.
En regardant une vidéo principale, le visiteur peut à tout moment ajouter à une playlist personnelle des contenus additionnels qui peuvent l’intéresser, et ainsi rester connecté à l’offre et l’expertise de l’entreprise qu’il souhaite découvrir.

Projet Comet pour la Fondetec

La suite…

Créer des expériences vidéo vivantes avec Kura

Ce billet présente Kura, la plateforme vidéo nouvelle génération de Memoways.

Kura n’est pas une application de montage vidéo classique: cet outil simple d’usage permet de créer en quelques clics, de manière collaborative et efficace, des expériences vidéo interactives et personnalisées.

Vous voulez offrir à votre audience une navigation fluide et immersive au sein de vos contenus vidéo, en favorisant la découverte et stimulant l’engagement ?
Vous désirez profiter du pouvoir émotionnel de la vidéo pour délivrer un message qui s’adapte aux besoins et au contexte de chaque utilisateur, sans perdre la cohérence ?
Vous envisagez de vous profiler à travers un usage innovant et original de la vidéo, au delà du player vidéo YouTube ?

En résumé, Kura vous offre la création, la publication puis le partage de projets web entièrement basés sur la vidéo.

Voici quelques exemples de projets réalisés avec Kura:

Projets demo: humanitaire, institutionnel, tourisme

 

Projet Comet: création de vidéos avec smartphone

 

L’utilisateur peut naviguer dans un pool de vidéos choisies selon une thématique ou un objectif, reliées dynamiquement les unes aux autres par des mots clefs.
La découverte de vidéos est ainsi orientée, protégée par des choix éditoriaux tout en laissant une latitude de navigation personnelle.

Kura est une application web qui fonctionne dans un navigateur.
Il suffit d’ouvrir un navigateur moderne (Chrome, Firefox, Safari…) et se connecter à son compte Kura pour accéder aux fonctionnalités suivantes:

  • collaboration créative au sein de son espace de travail:
  • importer des vidéos, les organiser avec des labels
  • créer des playlists de vidéos à l’aide de mots clefs
  • segmenter des longues vidéos avec des markers, ajoutant ces extraits aux playlists
  • sélectionner et ordonner les playlists à publier via un projet vidéo
  • partager le projet sur les réseaux sociaux, via une url ou un code embed

A la différence de la publication des vidéos via YouTube, le projet que vous partagez avec votre audience est évolutif.
Vous pouvez à tout moment ajouter ou enlever des vidéos, changer les mots clefs ou les segments.

Vous proposez ainsi une expérience vivante, qui suit de manière agile les attentes et les intérêts de votre audience.

Voici quelques captures d’écran de l’application web, sur exemple du projet « comment créer des vidéos avec un smartphone« :

Voici une liste succincte des fonctionnalités phare de Kura:

  • Import de vidéos en provenance de YouTube: via une connexion à sa propre chaîne et / ou une intégration de n’importe quelle vidéo à travers son url ou ID;
  • Flux de travail collaboratif: invitation de collaborateurs pour un partage coordonné et créatif du travail;
  • Organisation des vidéos: gestion efficace de vos contenus grâce aux labels, avec filtrage en un clic;
  • Création de playlists: pour orienter de manière optimale la navigation du spectateur entre les vidéos de votre projet, il suffit de « tirer&glisser » des vidéos dans plusieurs playlists, en choisissant l’ordre de lecture;
  • Segmentation des vidéos: en appliquant des markers sur une vidéo, vous ajoutez simplement un segment spécifique de cette vidéo à une playlist. Ainsi, le spectateur ne verra que ce qui l’intéresse vraiment, en fonction des mots clefs que vous lui proposez;
  • Publication et partage des projets: en quelques clics, choisissez, structurez et personnalisez la publication d’un lot de vidéos au sein d’une expérience utilisateur cohérente.

Tout le travail d’organisation et d’éditorialisation réalisé dans Kura permettra de proposer des usages personnalisés et immersifs, qui mettront en valeur votre expertise basée sur vos contenus et la manière de les articuler.