Vos photos et flux sociaux au sein de l’app mobile traverse

Depuis la sortie des applications mobiles iOS et Android du projet traverse, l’équipe de développeurs de MobileThinking a continué de travailler d’arrache pied pour ajouter les fonctionnalités prévues  et pour améliorer l’expérience utilisateur (aka debug).

Les deux fonctionnalités suivantes ont été ajoutées tout récemment:

  • consulter le « flux social » en lien avec des lieux, des objets, des événements ou des personnages. Lors de la création d’une fiche, l’éditeur peut ajouter des liens vers des pages Facebook, Twitter ou Instagram, pour connecter des usages publics choisis (flux d’images Instagram, Tweets d’une institution, page officielle d’un lieu sur Facebook etc) avec une fiche particulière. Cela permet, via un onglet dédié dans l’app mobile, de rendre une fiche plus vivante et ainsi de montrer comment un objet patrimonial vit au jour le jour, par les cages de résonance que sont les réseaux sociaux.
  • ajouter une image personnelle à une fiche. Initialement, nous avons voulu passer par Instagram pour permettre à l’utilisateur de prendre une image et la lier à une fiche via un #hashtag spécifique à la fiche. Mais la politique d’utilisation des « connecteurs » d’Instagram s’est considérablement refermée et il est très difficile d’utiliser le service en dehors de son propre jardin privé… Nous avons donc choisi de stocker, modérer et afficher les images prises par les utilisateurs au sein de notre propre plateforme.

 

Ces deux fonctionnalités sont très importantes au sein de la « promesse » du projet pour les utilisateurs.
En effet, nous avons dès le départ voulu leur donner une place plus active qu’une simple consultation d’une base de données et du partage / du like de certaines fiches. Les utilisateurs sont donc dans un mode en « lecture & écriture », cadré par des usages constructifs et créatifs, avec une modération double. Il est ainsi possible de signaler une image non appropriée au comité éditorial du projet, qui fera le choix de dépublier, si nécessaire, la photo.

Pour nous, les visiteurs d’un site patrimonial en sont potentiellement aussi les ambassadeurs, en partageant leur vision et leur usage d’un lieu.
Maintenant que la fonctionnalité est là, il s’agit pour nous de bien communiquer sur cette fonctionnalité et de donner envie aux visiteurs de devenir actifs. C’est là un de nos prochains chantiers…

En parlant de chantier: il nous faut maintenant également ajouter les flux sociaux sur un maximum de fiches, ce qui n’est pas toujours aisé (les « bons » flux intéressants sont parfois difficiles à trouver). Actuellement, il n’y a qu’approximativement 20% des fiches qui sont pourvues de cette augmentation organique et vivante.

Nouvelles du projet « traverse »

Après bientôt 3 années de travail (et oui, le temps passe vite), voici que le projet de valorisation du patrimoine Traverse fait feu de tout bois: mise à jour du site web, l’application mobile en mode Beta, mise en route de la page Facebook, des améliorations de l’outil d’édition, des nouveaux partenariats…

Et bien sûr, le projet prend son envol avec le démarrage du travail sur les contenus: à travers(e) la création des fiches et des playlists qui serviront de base pour l’expérience mobile personnalisée, que le projet va offrir au public dès cet automne.

Les dernières nouvelles en détail:

  • Le studio LVTL (Laure André et Aurélien Fontanet) ont créé des compositions visuelles pour communiquer et suggérer avec des images la promesse du projet;
  • L’application mobile développée par MobileThinking avance bien: nous allons démarrer la phase de « beta test » et implémenter les fonctionnalités sociales et de partage;
  • Nous démarrons la constitution d’une communauté autour du projet via une page Facebook: likez si vous voulez être tenu au courant des derniers billets, nouvelles ou informations en lien avec le projet;
  • MobileThinking a ajouté des fonctionnalités de gestion d’utilisateurs et de groupes dans notre outil d’édition et amélioré l’efficacité du flux de travail tout en résolvant un certain nombre de bugs;
  • Pour donner une perspective de rebond au delà du projet Interreg, nous avons démarré des discussions avec un certain nombre de partenaires institutionnels pour continuer de développer l’outil d’édition (sous forme d’un produit à part entière, potentiellement) et pour alimenter le système avec des nouveaux contenus et histoires…

Quelques liens directs

Accueil – traverse

Partage ton patrimoine traverse est une application mobile permettant la découverte personnalisée et vivante des patrimoines franco-suisses. Dès l’automne 2017, elle vous accompagnera dans l’interprétation d’un paysage, la visite d’un monument, la dégustation d’un produit de terroir… Bienvenue sur les chemins de traverse… Au moyen d’une collection d’images et de sons majoritairement issus des fonds …

Une présentation du projet par l’équipe des développeurs, MobileThinking, en anglais

Traverse – MobileThinking

Mobile applications (design by 8bitstudio) are under development. Below are some screenshots of the current status of the Android app. They allow visitors to benefit from expert knowledge. A discovery mode will offer the user personalized suggestions according to his position as well as his last visits.

 

Design de l’application mobile Traverse

En complémentarité au billet sur l’application d’éditorialisation, cette publication présente le design de l’application mobile Traverse.

En attendant d’y intégrer les « bons » contenus (images, textes etc), les écrans présentés dans ce billet permettent de:

  • découvrir les fonctionnalités principales: mode découverte et mode exploration
  • comprendre la création de playlists
  • avoir une impression de l’expérience utilisateur via le design et les concepts d’ergonomie d’usage

Grâce au travail considérable réalisé par 8Bit Studio, les développeurs de Mobile Thinking peuvent maintenant démarrer le travail de programmation, pour aboutir au début de l’été à une version beta de l’application mobile.

 

La suite…

Mediation du patrimoine avec le numérique

Dans le cadre du projet « Patrimoines en Partage » sur lequel je travaille depuis plus d’un an, j’ai été amené à faire un état de l’art des applications numériques de médiation du patrimoine culturel.

Pour synthétiser cette page de ressources très dense, je propose dans ce billet une analyse et appréciation de quelques applications choisies, avec une mise en avant d’arguments pour / contre.

Comme il s’agit d’expériences géolocalisées que je n’ai pas pu tester dans le contexte local, je n’ai pu me faire qu’une idée abstraite de la véritable expérience utilisateur sur place.
Néanmoins, j’ai essayé de sortir les points intéressants et le potentiel, tout en pointant sur les aspects – à mon sens – dépassés ou qui fonctionnent mal.

Ces points « positifs » et « négatifs » sont clairement des appréciations subjectives et personnelles, en appliquant les attentes et prérequis suivants:

La suite…

Prototype mobile pour le projet « Lignes de désir »

Une voix vous accompagne au gré de votre déambulation sur l’île Saint Louis à Paris, en vous racontant une histoire qui prend racine dans les lieux traversés et dont la dynamique et le développement narratif « épouse » votre comportement…
Un peu comme si vous écoutiez une histoire à la radio, tout en marchant à travers un bout de ville: dans ce projet, l’histoire s’adapte à votre itinéraire et à votre vitesse. Vous vivez une expérience personnelle, potentiellement unique.
Comme Walking the Edit, mais sur des bases de littérature et de poésie.

Le prototype d’application mobile développé par David Hodgetts et Olivier Evalet nous a permis de tester la mécanique technique cet été: voici ci dessous deux captures d’écran de l’application.
En cliquant sur play, l’algorithme de l’application va sélectionner un fragment sonore à jouer en fonction de notre position (liée à des zones géographiques définies); puis, la liste de lecture est continuellement mise à jour en fonction de notre déplacement.
La liste des fichiers sélectionnés est présentée sur l’interface.

La suite…

Projet « Lignes de désir »

Comme pour le projet « Patrimoine en Partages » et pour un autre projet de valorisation de contenus culturels (sur lequel je reviendrais prochainement), j’accompagne le projet « Lignes de désir«  de Pierre Ménard.

ldd

Mon accompagnement s’articule plus précisément sur les axes de travail suivants:

  • « Traduction » des désirs artistiques, conceptuels et formels de l’auteur dans le monde des possibles des nouveaux médias. Avant de trouver les concepts techniques adéquats, les mécaniques logicielles et la bonne approche stratégique, il faut faire un certain nombre d’allers retours entre les envies et les possibles, entre les idées et la réalisation, entre les ressources (contenus, financières) et leur bonne utilisation…
  •  Assistance à la construction et mise en service du projet. Mon rôle est celui d’un passeur; de trouver la bonne embarcation pour transiter à travers les phases de recherche (ouvrir), de définir (recadrer), de développer (ouvrir et construire) puis d’accompagner la mise en route publique du projet (canaliser).

Comme le projet a reçu un premier soutien financier, nous avons pu démarrer les travaux:

  • Trouver un outil de base de données. Le stockage et l’éditorialisation des contenus est le socle pour tout: les tests, le développement puis le déploiement. J’ai donc cherché un outil simple, pas trop cher, souple, ouvert (import / export & APIs), qui fonctionne comme une web app responsive ou encore mieux avec une application native dédiée. Et j’ai trouvé airtable, qui à mon avis convient parfaitement comme une première base de travail.
    Après avoir construit un « moule » spécifique adapté au projet (les champs, types de champs, tables lieés pour les tags ou les taxonomies etc), Pierre a pu commencer à entrer les données (sons, textes, images, tags et autres descripteurs permettant ensuite d’articuler les contenus de manière vivante et immersive…
  • Trouver des services web et applications pour prototyper les usages. Il y a quelques pistes ouvertes, que je suis en train de tester avec les critères suivants: workflow depuis Airtable, fonctionnalités alignées sur les spécificités et besoins du projet, possibilités de customisation…
    Je reviendrais prochainement sur les résultats des tests.

La suite…

Le projet Patrimoines en Partage fait ses premiers pas

Suite au billet inaugural pour le démarrage de ce projet fin 2015, voici quelques nouvelles au sujet de ce projet de plateforme numérique pour la médiation des patrimoines partagés Franco-Suisse, sur lequel j’ai la responsabilité « d’assistance à maître d’ouvrage » (AMO).

Patrimoine-Lausanne2012-web

Capture d’écran d’une vue sur le projet patrimoine réalisé en 2013 à Lausanne  

Plus concrètement, j’ai conceptualisé les grandes lignes de l’architecture logicielle du projet et rédigé le cahier de charges pour pouvoir chiffrer l’opération et trouver des prestataires techniques.
Maintenant que nous avons choisi les prestataires, il s’agit de passer dans le mode opérationnel afin de pouvoir présenter la plateforme au public, en 2017.

Voici en quelques mots les chantiers actuels:

  • à travers deux questionnaires détaillés, effectuer un état des lieux des besoins, contraintes et envies des professionnels du patrimoine. Il s’agit de partir du terrain et faire se rencontrer la réalité professionnelle avec les hypothèses et objectifs du projet;
  • il s’agit également de recueillir des informations précises sur les outils utilisés (comme Apidae, plateforme Gertrud etc) pour pouvoir récupérer – de manière structurée et efficace – les données déjà existantes afin de les éditorialiser avec notre propre outil d’édition;
  • définir les scénarios d’usages souhaités. Pour ce faire, un workshop / hackathon sera organisé début avril pour permettre d’élaborer de manière collaborative et transversale ces scénarios;
  • avoir une base de « l’état de l’art »: connaître et évaluer les expériences existantes, de manière à apprendre de ces projets et de proposer des innovations bien pensées.

Les prestataires choisis sont les sociétés MobileThinking pour le développement et 8Bit Studio pour le design.

La suite…

Présentation du projet Odysée

Dans le cadre d’une tribune de midi organisée par Muriel Favarger (Abissa) au sein de Abissa Alliances Academy, j’aurais le plaisir de présenter le concept de plateforme numérique Odyssée (titre de travail) pour connecter les commerces de proximité avec des utilisateurs en misant sur la vidéo comme médium de mise en relation et d’engagement.

Dans les grandes lignes, il s’agit de pouvoir relier le online et le on-site, en utilisant le storytelling video pour personnaliser la présence online et mobile des commerces, pour générer des interactions et pour engager les utilisateurs avec les activités et services de proximité.

Odysee-web

Cette présentation va entrer dans les détails de l’outil, du workflow et du financement: ce qui peut sembler complexe et vague repose en fait sur quelques concepts concrets qu’il s’agit de mettre en oeuvre via un premier prototype. L’enjeu maintenant est de pouvoir financer ce prototype, et d’impliquer des partenaires institutionnels dans la dynamique. C’est ici que se situe principalement la première difficulté, qu’il s’agit d’aborder à travers la plateforme mise à disposition de ces tribunes de midi se déroulant au restaurant du Mirabeau à Lausanne.

Pour y participer, il suffit de m’envoyer un mail; la date de présentation est le mercredi 20 janvier, entre 12:15 et 14h. Le prix du repas, tout compris, est de 45.- à honorer sur place.

Voici la présentation:

Un grand merci à Muriel Favarger pour tout son travail de fond et son initiative de créer une plateforme accélérant la mise en réalisation de projets aussi complexes à financer que ce projet Odyssée.

abissa-aaa

Patrimoine en partage: démarrage du projet

Cela fait déjà plusieurs mois que je travaille sur un projet de plateforme numérique intitulé « Patrimoines franco-suisses en partage« . Cette plateforme va être développée entre 2016 et 2019 dans le cadre du programme INTERREG V A, qui soutient spécifiquement des projets franco-suisses.
Le chef de file suisse, représenté par le SIPaL à Lausanne, m’a confié le mandat de faire l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour ce projet d’ampleur transfrontalière.

J’ai donc développé un concept de plateforme numérique pour proposer des usages innovants (= applications mobiles) en lien avec les patrimoines bâti et paysager, permettant de faire des liens entre la France et la Suisse, pour connecter les silos entre les spécialistes du domaine et pour offrir une expérience utilisateur bien personnalisée…

Après la rédaction d’un cahier des charges pour faire l’appel d’offre auprès de plusieurs entreprises suisses et françaises, nous allons dès le mois de janvier passer dans la phase de réalisation.

tags-screens

L’aboutissement du projet Loretan

ELF1601-CapturEcranLoretanEverest

Les archives sur lesquelles nous avons travaillé proviennent directement de la collection d’enregistrements d’Erhard Loretan et de ses compagnons d’expéditions.Cette collection a été gracieusement été mise à disposition par le Musée Alpin.
On y trouve des interviews, des ascensions, des paysages à couper le souffle, ou encore des séquences montrant la population locale dans la région de l’Himalaya. Parmi la centaine d’heures d’archives que nous avons consultées et dérushées, certaines pouvant durer de trente minutes à plus d’une heure et demi.

Nous avons choisi de mettre l’utilisateur de l’application mobile au coeur de la vie d’Erhard Loretan.
Contrairement à la réalisation d’un film traditionnel, pour lequel des fragments sont assemblés dans le but d’obtenir un montage final unique, notre projet consiste en la conservation des fragments et de pouvoir les visionner directement pour eux-mêmes.
Pour ce faire, il est possible de naviguer dans des playlists grâce aux mot-clé.

En plongeant dans les archives valorisées dans l’application mobile, l’utilisateur est invité à visionner les moments les plus intimes et intenses de Loretan, non pas du point de vue d’un réalisateur qui veut nous raconter une histoire dont il est le guide, mais au contraire, du point de vue de l’alpiniste.
Hormis le travail de sélection et d’indexation qu’a représenté la sélection des fragments en fonction des scénarios et usages dans l’application, le plaisir fut surtout d’avoir la sensation d’accompagner Erhard Loretan au coeur de ses aventures, aussi bien physiques que psychologiques.

La suite…