L’application mobile « Lignes de Désir » fait peau neuve

Depuis le premier prototype réalisé l’année dernière, l’équipe de développeurs (Olivier Evalet et David Hodgetts) ont travaillé ce printemps sur le prototype numéro deux du projet d’application mobile du projet « Lignes de Désir » de Pierre Ménard.

L’application s’est enrichie des fonctionnalités suivantes:

  • Interface graphique. Sur un mode très visuel, sans menu, l’utilisateur peut choisir entre la consultation de playlists ou alors de partir en exploration in-situ, sur l’Île-Saint-Louis à Paris. Voir les captures d’écran en fin de billet.
  • Multi-piste audio. De manière à proposer une expérience plus immersive, en lien réactif avec le comportement de l’utilisateur – tout en apportant une « profondeur » sensorielle plus subtile – deux pistes audio sont lues en parallèle. La première piste est le texte (les fragments narratifs); la deuxième piste propose des sons d’ambiances, principalement musicaux ou abstraits.
  • Mise à jour dynamique entre l’outil d’édition et l’application mobile. Cette fonctionnalité n’est pas visible ou intéressante en tant que tel pour l’utilisateur final, mais c’est un ajout fondamental pour que le créateur du projet, Pierre Ménard, puisse travailler sur les contenus (via une base de données custom réalisée avec Airtable), tout en ayant immédiatement la possibilité de vérifier ce que les ajouts ou changements sur les contenus produisent dans l’application mobile.

Ces 3 ajouts majeurs permettent au projet d’être seulement à quelques encâblures d’une présentation publique.
Il s’agit maintenant de trouver des financements complémentaires pour réaliser les possibles opérations suivantes:

  • Améliorations de l’algorithme. Pouvoir affiner la sélection des fichiers texte et des musiques, de manière à répondre de manière très organique et personnalisée au comportement in-situ de l’utilisateur.
    En somme, de permettre du responsive storytelling
  • Amélioration de l’expérience de consultation des playlists. Pour le moment, l’utilisateur ne peut qu’écouter des playlists pré-fabriquées, statiques. L’idée est d’offrir un mode de consultation hors-site (partout dans le monde) sur un mode plus personnalisable, de manière à proposer une navigation plus personnalisée – tout en étant cadrée par des règles – à travers les fragments narratifs du projet.
  • Amélioration de l’interface. Tout en restant simple, il s’agit d’exposer plus de fonctionnalités (filtrage personnalisé, enregistrement et partage) et d’accès à des informations complémentaires (informations sur les fichiers que l’on entend, informations sur le projet…).
  • Ajout d’une fonction d’enregistrement et de partage. Il s’agit d’une fonctionnalité importante, car c’est la clef pour permettre d’atteindre des publics plus larges. L’utilisateur peut garder la trace de son parcours et donc de son histoire, pour la partager directement depuis l’application sur le web, les réseaux sociaux. L’enjeu est de toucher plus de public par cette forme de partage, en diffusant les multiples variantes narratives issues d’expériences personnalisées…

Quelques mots sur le projet, issus du dossier du projet

Les lignes de désir, projet transmédia aux frontières du livre, des nouvelles technologies et de l’art urbain, est une réflexion autour de la forme du livre à l’ère du numérique.
Il s’est construit autour d’une fiction poétique écrite par Pierre Ménard, une narration combinatoire, dont l’un des modules est une application mobile permettant de découvrir la fiction puis de composer sa version de l’histoire en marchant, de manière ludique et originale.

Marcher entre les pages d’un livre

L’enjeu de ce dispositif interactif est avant tout de proposer des parcours dans une histoire, des lectures d’un récit en fonction de son approche : mobile (sur place, avec le GPS du téléphone) ou fixe (depuis chez soi ou à l’extérieur de l’Île Saint-Louis, à l’aide de listes de lecture thématiques).
Ceci n’est donc pas qu’une application, mais une exploration poétique qui invite l’auditeur à appréhender une histoire de deux manières différentes.

Quelques captures d’écran de l’application mobile

Plus d’informations sur le site du projet.

 

Vidéo de l’application mobile Traverse

Vous vous êtes déjà demandés quelle pouvait bien être l’histoire du parc que vous traversez chaque jour, ce qui lui donne cette ambiance si particulière ?
En visitant une ville voisine, vous trouvez des similitudes avec ce que vous connaissez de chez vous: il y a peut-être une filiation quelque part ?
Vous profitez souvent des concerts qui sont offerts dans la cour d’une maison de maître, et vous souhaitez partager les images et vidéos que vous avez prises avec votre smartphone pour valoriser ces évènements ?

Avec l’application mobile Traverse, vous aurez des réponses qualifiées et des histoires inspirantes à vivre et à partager au sujet du patrimoine partagé entre la France et la Suisse.
Les spécialistes du patrimoine (architectes, historiens, archivistes etc) documentent de manière précise des lieux, des objets, des évènements, des personnes… et avec notre outil d’édition, créent des playlists qui serviront de guides originaux aux usages mobiles.
Le but de cette application mobile est de faire découvrir des lieux, des liens, des regards et des histoires sur notre territoire et la culture partagée à un public large, de manière simple et engageante.

Pour avoir un premier aperçu du fonctionnement de l’application, voici une petite vidéo explicative de la version actuelle (fin juin 2017).
Cette vidéo montre principalement les fonctionnalités de consultation (modes découverte et exploration); il n’y a pas encore les possibilités de création et de partage qui sont implémentés – elles le seront dans les semaines qui suivent.

Il n’y a donc qu’environ 50% des fonctionnalités prévues pour la sortie publique qui sont implémentées actuellement – on vous réserve des belles surprises et des fonctionnalités originales pour la sortie publique…

Pour mieux voir les détails de l’application, voici quelques captures d’écran:

Mise à jour de l’app iOS « Art Sans Rendez-Vous »

En parallèle de l’énorme chantier qu’est notre plateforme vidéo Kura, je continue de développer ou de mettre à jour des projets en lien avec mes premiers amours: l’expérience vidéo immersive et interactive, les pieds dans un endroit réel.

Au départ (ça remonte à il y a presque 10 ans maintenant…) il y avait diverses adaptations du projet Walking the Edit, puis notre application Memowalk, suivi par quelques projets mobiles dont le principal est aujourd’hui l’application mobile Traverse.

Dans ce billet, j’aimerais mettre un focus sur la mise à jour de l’application mobile iOS « Art Sans Rendez-Vous », qui a enfin eu droit à sa mise à jour.

ART sans RDV

 

Autant le gros de mon implication sur ce projet s’est fait entre 2013 et 2015, autant cette dernière mise à jour est entièrement l’œuvre de Séverin Bondi et Zsuzsanna Zsabo, avec le travail de développement de l’application iOS réalisé par Fabrice Truillot.

Merci à eux pour cette continuité dans l’effort pour maintenir et développer ce projet de long cours.

Voici le lien vers l’application sur l’AppStore:

ARTsansRDV dans l’App Store

Consultez et comparez les avis et notes d’autres utilisateurs, visualisez des captures d’écran et découvrez ARTsansRDV plus en détail. Téléchargez ARTsansRDV et utilisez-le sur votre iPhone, iPad ou iPod touch.

Outre la mise à jour du design pour une meilleure compréhension du projet, il y a une gestion améliorée des contenus qui ne sont plus embarqués d’office comme avant: soit on peut bénéficier d’un streaming des contenus, soit on peut télécharger les sets de contenus qui nous intéressent avant l’expérience, depuis une connexion WIFI.

Voici quelques captures d’écrans de l’application nouvelle mouture:

 

 

Plus d’informations sur la page Facebook du projet.

Mediation du patrimoine avec le numérique

Dans le cadre du projet « Patrimoines en Partage » sur lequel je travaille depuis plus d’un an, j’ai été amené à faire un état de l’art des applications numériques de médiation du patrimoine culturel.

Pour synthétiser cette page de ressources très dense, je propose dans ce billet une analyse et appréciation de quelques applications choisies, avec une mise en avant d’arguments pour / contre.

Comme il s’agit d’expériences géolocalisées que je n’ai pas pu tester dans le contexte local, je n’ai pu me faire qu’une idée abstraite de la véritable expérience utilisateur sur place.
Néanmoins, j’ai essayé de sortir les points intéressants et le potentiel, tout en pointant sur les aspects – à mon sens – dépassés ou qui fonctionnent mal.

Ces points « positifs » et « négatifs » sont clairement des appréciations subjectives et personnelles, en appliquant les attentes et prérequis suivants:

La suite…

Prototype mobile pour le projet « Lignes de désir »

Une voix vous accompagne au gré de votre déambulation sur l’île Saint Louis à Paris, en vous racontant une histoire qui prend racine dans les lieux traversés et dont la dynamique et le développement narratif « épouse » votre comportement…
Un peu comme si vous écoutiez une histoire à la radio, tout en marchant à travers un bout de ville: dans ce projet, l’histoire s’adapte à votre itinéraire et à votre vitesse. Vous vivez une expérience personnelle, potentiellement unique.
Comme Walking the Edit, mais sur des bases de littérature et de poésie.

Le prototype d’application mobile développé par David Hodgetts et Olivier Evalet nous a permis de tester la mécanique technique cet été: voici ci dessous deux captures d’écran de l’application.
En cliquant sur play, l’algorithme de l’application va sélectionner un fragment sonore à jouer en fonction de notre position (liée à des zones géographiques définies); puis, la liste de lecture est continuellement mise à jour en fonction de notre déplacement.
La liste des fichiers sélectionnés est présentée sur l’interface.

La suite…

Projet « Lignes de désir »

Comme pour le projet « Patrimoine en Partages » et pour un autre projet de valorisation de contenus culturels (sur lequel je reviendrais prochainement), j’accompagne le projet « Lignes de désir«  de Pierre Ménard.

ldd

Mon accompagnement s’articule plus précisément sur les axes de travail suivants:

  • « Traduction » des désirs artistiques, conceptuels et formels de l’auteur dans le monde des possibles des nouveaux médias. Avant de trouver les concepts techniques adéquats, les mécaniques logicielles et la bonne approche stratégique, il faut faire un certain nombre d’allers retours entre les envies et les possibles, entre les idées et la réalisation, entre les ressources (contenus, financières) et leur bonne utilisation…
  •  Assistance à la construction et mise en service du projet. Mon rôle est celui d’un passeur; de trouver la bonne embarcation pour transiter à travers les phases de recherche (ouvrir), de définir (recadrer), de développer (ouvrir et construire) puis d’accompagner la mise en route publique du projet (canaliser).

Comme le projet a reçu un premier soutien financier, nous avons pu démarrer les travaux:

  • Trouver un outil de base de données. Le stockage et l’éditorialisation des contenus est le socle pour tout: les tests, le développement puis le déploiement. J’ai donc cherché un outil simple, pas trop cher, souple, ouvert (import / export & APIs), qui fonctionne comme une web app responsive ou encore mieux avec une application native dédiée. Et j’ai trouvé airtable, qui à mon avis convient parfaitement comme une première base de travail.
    Après avoir construit un « moule » spécifique adapté au projet (les champs, types de champs, tables lieés pour les tags ou les taxonomies etc), Pierre a pu commencer à entrer les données (sons, textes, images, tags et autres descripteurs permettant ensuite d’articuler les contenus de manière vivante et immersive…
  • Trouver des services web et applications pour prototyper les usages. Il y a quelques pistes ouvertes, que je suis en train de tester avec les critères suivants: workflow depuis Airtable, fonctionnalités alignées sur les spécificités et besoins du projet, possibilités de customisation…
    Je reviendrais prochainement sur les résultats des tests.

La suite…

Présentation du projet Odysée

Dans le cadre d’une tribune de midi organisée par Muriel Favarger (Abissa) au sein de Abissa Alliances Academy, j’aurais le plaisir de présenter le concept de plateforme numérique Odyssée (titre de travail) pour connecter les commerces de proximité avec des utilisateurs en misant sur la vidéo comme médium de mise en relation et d’engagement.

Dans les grandes lignes, il s’agit de pouvoir relier le online et le on-site, en utilisant le storytelling video pour personnaliser la présence online et mobile des commerces, pour générer des interactions et pour engager les utilisateurs avec les activités et services de proximité.

Odysee-web

Cette présentation va entrer dans les détails de l’outil, du workflow et du financement: ce qui peut sembler complexe et vague repose en fait sur quelques concepts concrets qu’il s’agit de mettre en oeuvre via un premier prototype. L’enjeu maintenant est de pouvoir financer ce prototype, et d’impliquer des partenaires institutionnels dans la dynamique. C’est ici que se situe principalement la première difficulté, qu’il s’agit d’aborder à travers la plateforme mise à disposition de ces tribunes de midi se déroulant au restaurant du Mirabeau à Lausanne.

Pour y participer, il suffit de m’envoyer un mail; la date de présentation est le mercredi 20 janvier, entre 12:15 et 14h. Le prix du repas, tout compris, est de 45.- à honorer sur place.

Voici la présentation:

Un grand merci à Muriel Favarger pour tout son travail de fond et son initiative de créer une plateforme accélérant la mise en réalisation de projets aussi complexes à financer que ce projet Odyssée.

abissa-aaa

Marcher son film – un texte rétrospectif

Du projet de recherche « Walking the Edit » au concept d’application mobile « Memowalk ».

Marcher son film : commençons par ces trois mots pour résumer la proposition qui sous tend ces deux projets.
Mais comment un film, qui est avant tout une expérience temporelle, peut-il devenir une expérience spatiale (et spéciale) ?

Le texte exposé entre la page 42 et 47 dans le lecteur ci dessous se propose de regarder en arrière sur ce qui a fait démarrer le détournement des images en mouvement des écrans habituels, d’esquisser à rebours le contexte des questionnements initiaux et de mettre en perspective les applications actuelles.

Remerciements à Samuel Wahl des Passeurs d’Images.

Patrimoine en partage: démarrage du projet

Cela fait déjà plusieurs mois que je travaille sur un projet de plateforme numérique intitulé « Patrimoines franco-suisses en partage« . Cette plateforme va être développée entre 2016 et 2019 dans le cadre du programme INTERREG V A, qui soutient spécifiquement des projets franco-suisses.
Le chef de file suisse, représenté par le SIPaL à Lausanne, m’a confié le mandat de faire l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour ce projet d’ampleur transfrontalière.

J’ai donc développé un concept de plateforme numérique pour proposer des usages innovants (= applications mobiles) en lien avec les patrimoines bâti et paysager, permettant de faire des liens entre la France et la Suisse, pour connecter les silos entre les spécialistes du domaine et pour offrir une expérience utilisateur bien personnalisée…

Après la rédaction d’un cahier des charges pour faire l’appel d’offre auprès de plusieurs entreprises suisses et françaises, nous allons dès le mois de janvier passer dans la phase de réalisation.

tags-screens

Applications Loretan pour iOS & Android

En complément du billet qui relate l’aboutissement du projet numérique lié au Mémorial Loretan, je vais maintenant présenter plus en détail les applications mobiles.

Nous avons prévu trois activités, proposées dès le lancement de l’application:

  • Visite du mémorial. Il faut être sur place dans le parc, à Bulle. Nous avons préparés trois playlists, où les contenus sont diffusés en fonction de sa propre localisation dans le Mémorial. L’idée ici est de pouvoir accéder à des contenus en relation avec du bâti (banc, bloc de grimpe) ou de l’aménagement paysager (arbres). Par exemple, il faut s’asseoir sur le banc pour découvrir des interviews et des histoires racontées par Erhard Loretan. La visite du Mémorial est donc personnalisée: c’est tout l’enjeu entre le travail tangible et concret des architectes (Pascal Amphoux et Agathe Caviale) et notre travail virtuel et intangible. L’un complète l’autre – un dialogue s’établi entre le lieu, ses usages et ces applications mobiles qui permettent d’accéder de manière vivante et interactive à la mémoire de Erhard Loretan.
  • Consultation libre. Ce mode permet de découvrir – à travers trois playlists et une navigation par tags – des vidéos depuis n’importe où dans le monde. Il est également possible de « liker » des vidéos pour les garder dans une playlist personnelle.
  • Marche ton 8000. Il s’agit d’une expérience immersive, en mode audioguide, qui permet à l’utilisateur de « grimper » avec Loretan sur un 8000… simplement en marchant ! C’est avec cette activité que cette application mobile prend véritablement un intérêt particulier: il s’agit de vivre une expérience que l’on ne pourra jamais avoir en regardant simplement des vidéos sur une page web.

A noter que pour avoir une expérience utilisateur satisfaisante pour les deux premières activités, il faut se connecter sur un WIFI – sinon les vidéos ne sont pas garanties de jouer de manière fluide.

Quelques captures d’écrans pour visualiser ces applications mobiles.

La version Android:

Le lien direct vers le téléchargement de cette application.

La version iOS:

La version iOS est encore en évaluation chez Apple (ça prend plus de 4 semaines actuellement pour faire valider une application…); pour tester la dernière version il faut m’envoyer un mail.

Voici une vidéo qui explique le fonctionnement de la version iOS de l’application mobile.

Merci à Fabrice Truillot de Chambrier, Jody Hausmann, Jérôme Marchanoff et Antoine Jaquenoud pour leur engagement de premier plan et la collaboration fructueuse !