Walking in Montreal

Les quelques jours passés à Montréal au festival du nouveau cinéma (FNC) ont permis de mettre sur pied une petite adaptation de WE dans le vieux Montréal: avec une trentaine de vidéos en provenance du web et un peu moins de 200 clips tournés en deux jours de ballades à l’aide d’un iPhone (cf images ci dessus), une première présence du projet à des fins de test est visible ici.
Ce quartier n’est pas très « loquace », relativement peu de monde dans les rues balayés par le vent, des parkings entre les immeubles et beaucoup de travailleurs de la ville affairés à rendre le tout propre ou plus fonctionnel. Ce n’est donc qu’une première approche restant en surface (même s’il y a eu quelques sympathiques rencontres) – pour donner envie à d’autres de creuser plus loin, plus longuement…

Le projet a en outre été présenté au FNC PRO – voir une vidéo de présentation du projet par Ulrich Fischer, réalisée via skype – et était en compétition dans le cadre du FNC LAB dans la section des projets interactifs.

Démarrage de l’adaptation bruxelloise

Après un sprint final éprouvant (on a eu une version beta de l’application iPhone 3 heures avant le vernissage, et le site web a été terminé 1 heure avant…), voici enfin les premiers films bruxellois en ligne sur la page dédiée au projet.
Il faut savoir que sous le capot, tout est nouveau (nouvelle base de données, nouvelle architecture d’ensemble, API’s etc), lié aux récents développement de notre dispositif applicatif Memoways. Il y a encore plein de choses existant dans la version antérieure du site web qui manquent (comme les couleurs pour les thématiques, affichage des statistiques et métadonnées du trajet), mais ça va suivre les semaines qui viennent. Nous allons pour cela refaire intégralement le site web sur un nouveau CMS (wordpress sans doute) qui va nous permettre de pérenniser les développement pour d’autres sites à venir.

La suite…

Vernissage Update_4 Biennal

L’adaptation bruxelloise de Walking the Edit sera inaugurée le 21 Septembre à l’iMAL.

Une exposition sur la symbiose entre arts et technologies avec 20 oeuvres de 13 pays

Un concours international d’art de la Fondation Liedts-Meesen
Zebrastraat (Gand), iMAL et La Cambre (Bruxelles)

Installations participatives et interactives, sculptures sonores et cinétiques, arts urbains, net art, robots et bots, bio art, art génératif… La 4ème Biennale Update propose 20 oeuvres aux formes aussi diverses et passionantes que les thèmes abordés par les artistes. Citons en quelques uns: nouvelles expériences esthétiques et sensorielles de perception et interaction des phénomènes physiques avec le son, la lumière et les images; visualisation et matérialisation des flux de données de grands organismes complexes tels les villes et les réseaux; questions sur notre identité et notre futur dans un monde digital global peuplé de machines intelligentes et de robots; exploration des strates historiques et culturelles nées de la succession de technologies médiatiques en perpétuelle obsolescence; nouvelles expériences d’interactions sociales en réseau et de créations collaboratives; invention de formes participatives ou nées d’Internet pour des médias traditionnels tels que photographie, cinéma et bande dessinée; exploration des transformations de notre monde complexe et hybride et de ses structures de pouvoir et contrôle; scénarios de coopération des objets de notre quotidien tels que les plantes avec les robots; réflexions sur les relations entre entités artificielles et biologiques, entre espaces imaginaires, interstellaire et cybernétique,…

La 4ème Biennale propose une exposition radicalement différente des éditions précédentes. Pour la première fois, elle aura lieu dans 2 villes (Gand et Bruxelles) et 3 lieux (Zebrastraat, iMAL et La Cambre). Elle se concentre entièrement sur les 20 nominés du New Technological Art Award 2012 pour mieux mettre en évidence la dynamique actuelle de la création artistique dans notre monde technologique. Les 20 oeuvres proposées viennent de 13 pays différents issus de 3 continents. Elles ont été sélectionnées par un jury international parmi 337 candidats de 49 pays. Un symposium aura lieu du 15 au 17 Novembre au Zebrastraat et clôturera la Biennale en invitant des artistes et théoriciens internationaux.

Concours New Technological Art Award: votez pour le Prix du Public!

Le gagnant du Prix du Jury (5.000 EUR) sera annoncé lors du symposium terminant la Biennale.

Nous sommes encore en train de dérusher et allons pouvoir commencer l’indexation dès que l’application Memoways sera utilisable – en parallèle une nouvelle version de l’application iPhone est en train d’être programmée…

Vernissage bâlois

En parallèle aux adaptations en cours de Bruxelles et de Bagnols-Sur-Cèze,  jeudi 30 août le projet Walking the Edit sera de la partie lors du vernissage de l’exposition « Sensing Place« .

Il n’y a pas encore de contenus ni d’adaptation localisée, mais cela va suivre à travers deux workshops organisés en septembre et octobre.
Dans un premier temps, le projet va être présenté de manière « générique » (via le site web et un petit film de présentation spécifique au lieu), mais le but est de pouvoir initier une dynamique  locale de création de contenus, qui vont nourrir une adaptation qui devrait se développer tout au long de la durée de l’exposition (qui dure jusqu’au 11 novembre).

Plus de nouvelles prochainement sur cette nouvelle adaptation !

Repérages bruxellois

Nous avons démarré l’adaptation bruxelloise début de cette semaine (du 23 au 25 juillet): avec 6 artistes habitant et travaillant à Bruxelles, nous allons créer une présentation localisée du projet Walking the Edit qui sera présentée dans le cadre de l’exposition des nominés du New Technological Art Award à l’iMAL le 21 septembre. L’exposition va durer 3 mois, ce qui va nous permettre de faire évoluer le projet (contenus frais, améliorations via nouvelles métadonnées et du dispositif technique).

Les artistes participant à cette adaptation sont:
Alexandra Dementieva
Anton Henne
Kristina Ianatchkova
Boris Lehman
Stéfan Piat
Dominique Vandervorst

Voici des images prises lors de ballades de repérages à travers les rues avoisinantes de l’iMAL (cliquez sur l’image pour ouvrir une carte interactive)

Le cadrage artistique est différent des autres adaptations réalisées jusqu’à présent: nous allons nous focaliser d’emblée sur une esthétique poétique et une cohérence artistique à travers des points de vues qui sortent des chemins battus (du documentaire classique, la télévision ou la fiction mainstream).

La suite…

Nouvelles adaptations


Encore une ville en B (Berlin… – à venir ?)

Après Renens (2009), Paris (2010-2011), Genève (2010-2011) et un peu de Biarritz et de Marseille (2011), voici trois nouvelles villes qui viennent s’ajouter à la liste des adaptations: Bagnols-Sur Cèze, Bâle et Bruxelles.

2012 est donc l’année des villes en B; 2013 s’annonce être l’année des villes avec S… A suivre (surprise) – avec en passant, un clin d’oeil vers la Ville de S.

Pour rendre possible ces adaptations, nous avons mis le turbo pour la fabrication de notre logiciel Memoways; si tout se passe comme prévu une version beta utilisable sera prête pour fin août.

La suite…

« Mémoire Vive »: appel à projets

Appel à projets auprès d’artistes de la vidéo et/ou du multimédia: organisation d’une résidence artistique.

Présentation de « Mémoire Vive ».

Soucieuse de valoriser son territoire et ses habitants, la ville de Bagnols-sur-Cèze initie le projet « Mémoire Vive ». Dispositif original aux frontières du cinéma, des nouvelles technologies, des médias sociaux et de l’art urbain, ce projet vise à créer et entretenir une mémoire audiovisuelle vivante et interactive du territoire et d’en proposer une visite originale.

Pour alimenter la base de données vidéo, une résidence artistique de 10 jours est organisée. Cette résidence vise à constituer un collectif de trois artistes (ou petites équipes) de vidéastes qui arpente le territoire et enregistre des séquences audiovisuelles qui vont en révéler les spécificités.

La ville recherche trois artistes (ou groupes d’artistes) de la création vidéo et/ou multimédia.

Les projets artistiques devront porter un regard sur une ou plusieurs caractéristiques du territoire : cultures locales, patrimoine bâti, naturel ou immatériel, sociologie, agriculture, urbanisme, histoire, géographie, ou toute problématique actuelle de la ville. Il s’agit de raconter le territoire, d’en interroger l’identité, la représentation, la construction, les lignes de forces, les faiblesses, les mythes, les réalités …

Chaque projet se structure autour d’un des points d’ancrage suivant :

  • « Ce qui a été dit » : en privilégiant l’emploi des documents d’archives (images, sons, vidéos, écrits…)
  • « Ce qu’on en dit » : en privilégiant la parole des habitants et des acteurs locaux.
  • « Ce que moi j’en dis » : en privilégiant le point de vue personnel, de celui qui découvre.

Le document de cadrage à télécharger: Appelaprojet_MV_Bagnols

Un billet sur le blog de Culture Visuelle.

WE for iPhone – it is coming !

Picture by Charles Ayats

The road to publish an application on the appstore can be long: for many different reasons our 4 beta applications where not able or ready to be officially distributed.
Now that we changed a lot of things in the application (from a web app to a native application; from a server / client relation to an almost client only solution; from a audio stream to an internal audio playing solution) and we built up a complete new server solution (powered by Memoways), the WE app for iPhone is in the approval process at Apple.

La suite…

WE à Marseille: épisode 1

Images © Cyril Slucki & Jean-Michel Albert

Avant de démarrer le TransmediaCamp à Marseille ce week end, nous avons placé environ 200 plans trouvés sur internet pour commencer à « peupler » le territoire. Merci à Vicky Dovat et à Alexa Andrey pour leur chasse aux images et tout le travail de sélection et d’indexation !

En plus de ces images « venant directement du territoire », nous avons reçu l’aide généreuse de Cyril Slucki qui a tourné des images spécifiques à cette adaptation avec son équipe, voici les crédits:
Production : Last Productions
Réalisation : Joshua Fitoussi
Cadre : Romain Giusiano
Opérateur son : Christophe De Peretti
Interviewer : Cyril Slucki

Les images viennent de ces endroits:

D’autres images ont été réalisées par une équipe de Jean-Michel Albert, les crédits suivent.

Dès samedi il sera donc possible de se balader à Marseille et de marcher des films combinant ces diverses sources d’images !

HE au Japon

La maison du Japon à la Cité Universitaire nous a généreusement accueilli pendant 3 jours, le temps de faire des présentations personnalisées du projet HE (Heritage Experience) à une vingtaine de personnes et de proposer une conférence – cocktail.

Le but était de faire tester le dispositif grâce à la toute nouvelle application et la mise à jour du moteur de montage.
Le fait de combiner présentations théoriques personnalisées et prise en main (faite à pied) s’est avéré être très utile:
– nous avons pu tester cette application ainsi que le « comportement » du moteur de montage via des personnes aux attentes et connaissances très variées; les retours de ces utilisateurs nous permettront d’optimiser ces deux éléments (les détails des améliorations vont suivre);
– permettre une meilleure compréhension du projet par la pratique: marcher un film pour de vrai en prenant juste 10 minutes de ballade permet de bien mieux saisir le projet que des explications à rallonge. Ce n’est pas une surprise et l’idéal serait de pouvoir faire ce que nous avons fait pour Biarritz pour toute nouvelle présentation théorique…
– quelques personnes nous ont fait un compte rendu de l’utilisation globale du dispositif (donc aussi le site web et la présentation du film à côté de la carte), autant sur les aspects techniques que sur les questions plus conceptuelles que pose l’utilisation du dispositif. Il s’agit de revenir sur ces questions là via un prochain billet;
– autant permettre à des partenaires ou collaborateurs actuels de pratiquer le dispositif que de sensibiliser de nouveaux partenaires potentiels aux usages possibles de ce dispositif.

Une petite soixantaine de films ont été marchés durant ces 3 jours; le cocktail a rassemblé dans les 50 personnes et a permis de faire le point sur l’état du projet dans les cadres de SmartCity et de la Cité Universitaire. Orange a généreusement offert le cocktail et contribué à faire connaître le projet auprès de nouvelles personnes qui n’ont pas pu venir lors des 3 jours; il reste maintenant à espérer que l’intérêt marqué par toutes les personnes avec qui nous avons pu parler permettra de faire « rebondir » le projet plus loin…

Bottom line: toute personne qui prend (en moyenne) plus de 30 minutes à se confronter au projet, passé le premier moment d’incompréhension, se met à « partir » dans des projections d’usages et estime qu’il y a un potentiel énorme caché dans ce dispositif. Le contraste est donc toujours aussi grand entre un premier moment très distant, de recul face à tous ces concepts vertigineux et le moment qui suit le déclic où l’on peut jouer avec les portes d’entrées et de sorties du dispositif.
Mais maintenant il faut réellement un troisième moment, le passage de cap où cet enthousiasme se transforme en projets et adaptations réelles.