Première version du portail vidéo Journalistory

Après plus de deux mois de développement intensif, je suis heureux d’annoncer la publication de la première version du portail vidéo Journalistory.

Voici un extrait du communiqué de presse qui résume le projet:

Les professionnels du secteur le savent bien : depuis quelques décennies, partout dans le monde, la pression sur les médias ne fait qu’augmenter. Comment les journalistes l’ont-ils vécu, quel rôle ont-ils joué dans la société ? Depuis le début de l’année, une équipe d’historiens s’est mise au travail sur ces thèmes. Leur objectif est de réaliser le portrait filmé de 50 témoins dans toute la Suisse. Un avant-goût de ce projet est donné sur la plateforme interactive multimedia www.journalistory.ch dès le 29 décembre.

Mon précédent billet présente le contexte initial de ce projet. Avec ces lignes, j’aimerais maintenant partager un condensé de la réflexion qui nous a guidé dans la réalisation de ce portail, tout en esquissant les possibles développements futurs.

La première version du portail vidéo

A partir des maquettes graphiques élaborés cet automne et des concepts détaillés dans ce billet, Nicolas Goy (le développeur associé de Memoways) a passé l’essentiel de cette fin d’année à développer un portail vidéo ayant les caractéristiques suivantes:

  • Mobile first. Même si la majorité des premiers utilisateurs va arriver sur le projet Journalistory depuis un ordinateur, ce portail a été conçu pour pouvoir être utilisé prioritairement depuis un smartphone / tablet.
    Objectif: proposer une interface claire et intuitive, orientée autour et à partir d’un usage prioritairement vidéo.
  • Découverte. Le design du site guide les visiteurs sur un mode découverte vers des portraits de journalistes, des thèmes importants, des périodes ou des enjeux marquants du journalisme d’investigation en Suisse.
    Objectif: donner envie au visiteur de cliquer, attiser sa curiosité.
  • Exploration. La qualification des vidéos avec des labels spécifiques va permettre de protéger l’exploration libre de l’utilisateur, de manière à ne pas le perdre tout en lui permettant de partir sur des chemins de traverse selon ses envies.
    Objectif: rendre le visiteur actif, lui donner envie de prendre du temps à parcourir le site.
  • Expérience enrichie. La segmentation de certaines vidéos avec des chapitres permet d’amener rapidement le spectateur sur des enjeux qui l’intéressent particulièrement; des annotations ponctuelles avec des liens en provenance du web permettent d’avoir plus d’informations sur ce qui est raconté dans l’interview.
    Objectif: amener une plus-value d’informations supplémentaires à l’utilisateur, lui donner envie d’approfondir certains épisodes.

Comme il s’agit d’une première version encore en « beta », nous devons améliorer et corriger un certain nombre de choses les semaines qui viennent, comme la lecture automatique de vidéos d’une sélection, la synchronisation entre les chapitres / les annotations avec la position de la tête de lecture, des détails de design etc.

Voici quelques captures d’écran de la version mobile du portail, au 29.12.2017

La suite

Pour les prochaines versions du portail, nous aimerions apporter des améliorations sur les parties suivantes:

  • Harmoniser le design. La simplicité et l’élégance de l’interface utilisateur est primordiale pour attirer et garder l’attention du visiteur – ce chantier là sera sans doute jamais clôturé…
  • Améliorer le fonctionnement des annotations et des chapitres. Il faut trouver le bon équilibre entre l’envie / le besoin d’avoir des informations complémentaires contextuelles et de ne pas trop perturber ou distraire l’attention du spectateur sur la vidéo en cours. Il y a aussi une optimisation de la « mécanique » à trouver, sans doute moyennant des animations et de l’automatisation plus ciblée de ces recommandations.
  • Améliorer le fonctionnement du filtrage. La liste déroulante qui affiche les labels est une solution provisoire; nous devons voir comment on peut donner envie à l’utilisateur de « jouer » avec le filtrage pour affiner une sélection, pouvoir se générer une playlist personnalisée, de mettre à jour les prochaines vidéos à voir sans arrêter la lecture etc…
  • Ajouter les fonctionnalités d’interaction. Pour le moment, il n’y a pas encore les boutons classiques de partage et d’engagement utilisateur (like, commentaire etc). En dehors du placement de ces boutons dans l’interface, il s’agit surtout de bien réfléchir au parcours de l’utilisateur et comment le partage d’une expérience de visionnement au sein du portail peut être partagée, pour donner envie à de nouveaux spectateurs de découvrir les contenus.

 

Références actuelles

La RTS, en tant que partenaire principal de l’association Journalistory, en a déjà parlé sur son site:

Journalistory, mémoire audiovisuelle du journalisme suisse

Cinquante personnalités des médias suisses sont interrogées selon la méthode de l’histoire orale. Ils livrent leurs récits de vie et racontent leurs expériences depuis les années 1960. A travers leurs histoires, c’est l’évolution de tout un métier qui jaillit.

L’application mobile « Lignes de Désir » fait peau neuve

Depuis le premier prototype réalisé l’année dernière, l’équipe de développeurs (Olivier Evalet et David Hodgetts) ont travaillé ce printemps sur le prototype numéro deux du projet d’application mobile du projet « Lignes de Désir » de Pierre Ménard.

L’application s’est enrichie des fonctionnalités suivantes:

  • Interface graphique. Sur un mode très visuel, sans menu, l’utilisateur peut choisir entre la consultation de playlists ou alors de partir en exploration in-situ, sur l’Île-Saint-Louis à Paris. Voir les captures d’écran en fin de billet.
  • Multi-piste audio. De manière à proposer une expérience plus immersive, en lien réactif avec le comportement de l’utilisateur – tout en apportant une « profondeur » sensorielle plus subtile – deux pistes audio sont lues en parallèle. La première piste est le texte (les fragments narratifs); la deuxième piste propose des sons d’ambiances, principalement musicaux ou abstraits.
  • Mise à jour dynamique entre l’outil d’édition et l’application mobile. Cette fonctionnalité n’est pas visible ou intéressante en tant que tel pour l’utilisateur final, mais c’est un ajout fondamental pour que le créateur du projet, Pierre Ménard, puisse travailler sur les contenus (via une base de données custom réalisée avec Airtable), tout en ayant immédiatement la possibilité de vérifier ce que les ajouts ou changements sur les contenus produisent dans l’application mobile.

Ces 3 ajouts majeurs permettent au projet d’être seulement à quelques encâblures d’une présentation publique.
Il s’agit maintenant de trouver des financements complémentaires pour réaliser les possibles opérations suivantes:

  • Améliorations de l’algorithme. Pouvoir affiner la sélection des fichiers texte et des musiques, de manière à répondre de manière très organique et personnalisée au comportement in-situ de l’utilisateur.
    En somme, de permettre du responsive storytelling
  • Amélioration de l’expérience de consultation des playlists. Pour le moment, l’utilisateur ne peut qu’écouter des playlists pré-fabriquées, statiques. L’idée est d’offrir un mode de consultation hors-site (partout dans le monde) sur un mode plus personnalisable, de manière à proposer une navigation plus personnalisée – tout en étant cadrée par des règles – à travers les fragments narratifs du projet.
  • Amélioration de l’interface. Tout en restant simple, il s’agit d’exposer plus de fonctionnalités (filtrage personnalisé, enregistrement et partage) et d’accès à des informations complémentaires (informations sur les fichiers que l’on entend, informations sur le projet…).
  • Ajout d’une fonction d’enregistrement et de partage. Il s’agit d’une fonctionnalité importante, car c’est la clef pour permettre d’atteindre des publics plus larges. L’utilisateur peut garder la trace de son parcours et donc de son histoire, pour la partager directement depuis l’application sur le web, les réseaux sociaux. L’enjeu est de toucher plus de public par cette forme de partage, en diffusant les multiples variantes narratives issues d’expériences personnalisées…

Quelques mots sur le projet, issus du dossier du projet

Les lignes de désir, projet transmédia aux frontières du livre, des nouvelles technologies et de l’art urbain, est une réflexion autour de la forme du livre à l’ère du numérique.
Il s’est construit autour d’une fiction poétique écrite par Pierre Ménard, une narration combinatoire, dont l’un des modules est une application mobile permettant de découvrir la fiction puis de composer sa version de l’histoire en marchant, de manière ludique et originale.

Marcher entre les pages d’un livre

L’enjeu de ce dispositif interactif est avant tout de proposer des parcours dans une histoire, des lectures d’un récit en fonction de son approche : mobile (sur place, avec le GPS du téléphone) ou fixe (depuis chez soi ou à l’extérieur de l’Île Saint-Louis, à l’aide de listes de lecture thématiques).
Ceci n’est donc pas qu’une application, mais une exploration poétique qui invite l’auditeur à appréhender une histoire de deux manières différentes.

Quelques captures d’écran de l’application mobile

Plus d’informations sur le site du projet.

 

Atelier Traverse à St-Claude

Après une courte phase de « debug » sur notre application d’éditorialisation du projet Traverse, il est désormais possible de travailler avec cet outil qui nous permettra de créer une expérience immersive et personnalisée à travers le patrimoine partagé entre la France et la Suisse.

Pour permettre aux divers partenaires institutionnels de démarrer le travail de création de fiches, nous avons organisé le 12 mai dernier un atelier de travail collaboratif à La Maison du Peuple-La Fraternelle de St-Claude, dans le Jura.

Une bonne vingtaine de personnes y ont participé, en découvrant cet outil par une introduction théorique avant de prendre un moment de mise en route pratique de création de fiches par petits groupes.

La suite…

L’aboutissement du projet Loretan

ELF1601-CapturEcranLoretanEverest

Les archives sur lesquelles nous avons travaillé proviennent directement de la collection d’enregistrements d’Erhard Loretan et de ses compagnons d’expéditions.Cette collection a été gracieusement été mise à disposition par le Musée Alpin.
On y trouve des interviews, des ascensions, des paysages à couper le souffle, ou encore des séquences montrant la population locale dans la région de l’Himalaya. Parmi la centaine d’heures d’archives que nous avons consultées et dérushées, certaines pouvant durer de trente minutes à plus d’une heure et demi.

Nous avons choisi de mettre l’utilisateur de l’application mobile au coeur de la vie d’Erhard Loretan.
Contrairement à la réalisation d’un film traditionnel, pour lequel des fragments sont assemblés dans le but d’obtenir un montage final unique, notre projet consiste en la conservation des fragments et de pouvoir les visionner directement pour eux-mêmes.
Pour ce faire, il est possible de naviguer dans des playlists grâce aux mot-clé.

En plongeant dans les archives valorisées dans l’application mobile, l’utilisateur est invité à visionner les moments les plus intimes et intenses de Loretan, non pas du point de vue d’un réalisateur qui veut nous raconter une histoire dont il est le guide, mais au contraire, du point de vue de l’alpiniste.
Hormis le travail de sélection et d’indexation qu’a représenté la sélection des fragments en fonction des scénarios et usages dans l’application, le plaisir fut surtout d’avoir la sensation d’accompagner Erhard Loretan au coeur de ses aventures, aussi bien physiques que psychologiques.

La suite…

Application mobile Loretan

LORETAN 11-web

Après quelques mois de manoeuvre d’approche (validation du budget et du projet), les dernières semaines nous avons gravi des heures de rushes (du Super-8 à la DV en passant par du 16mm et de la VHS), escaladé des enjeux (le rapport à la mort, les limites humaines, les relations humaines en situation extrêmes etc), affronté une avalanche de métadonnées (les qui, quand, quoi, où, comment etc) et cherché les meilleurs chemins (usages publics) pour arriver au but: le sommet de la montagne d’archives vidéos héritées de Erhard Loretan.

Voici en quelques lignes la teneur et le fonctionnement de cette nouvelle adaptation réalisée sur la base des concepts du projet « Walking the Edit » et de l’application mobile Memowalk.

La suite…

Inauguration de l’application ART SANS RDV

ART SANS RDV

Après plus de trois ans de gestation (création des contenus, éditorialisation, développement des applications mobiles) voici que le projet de médiation culturelle « ART SANS RDV » s’expose au public.

J’ai accompagné le projet depuis le départ (la filiation avec Memowalk et Walking the Edit est dans les racines de ce projet), en aidant à la mise en place d’un workflow de création de contenus, l’indexation et finalement à la mise en orbite des applications mobiles.
Memoways a mis à disposition son application d’indexation et a réalisé les applications mobiles (merci à Fabrice Truillot et Jody Hausmann)

La suite…

Projets culturels mobiles

Basé sur les diverses adaptations de Walking the Edit et de l’application Memowalk, nous avons développé plusieurs projets d’applications mobiles avec des partenaires divers. Les racines de certains de ces projets remontent à 2013 – le chemin de l’idée jusqu’aux usages peut prendre du temps.

Genève – Art Sans RDV.

Carte avec parcours

Cette application mobile pour iOS et Android propose une expérience de médiation culturelle dans l’espace public de la plaine de Plainpalais à Genève.

Le projet ART SANS RDV se présente sous la forme de deux volets complémentaires : une application, téléchargeable gratuitement sur les smartphones et un site web. L’application offre une expérience immersive de l’art situé dans l’espace public et part de l’expérience d’une déambulation urbaine. Le déplacement du promeneur active des commentaires sonores géolocalisés, dont l’écoute ne s’accompagne d’aucune image. Le marcheur est libre de choisir le moment où il se rend sur un territoire, le moment d’écouter les commentaires proposés et de se diriger où bon lui semble sans suivre de parcours préétabli. En somme une rencontre ambulatoire avec l’ART dans l’espace public SANS RDV. L’itinéraire du promeneur tisse ainsi un fil de commentaires composé d’une multitude de voix et de lectures sur les œuvres situées dans ce lieu. La plaine de Plainpalais se présente alors non seulement comme un espace physique, mais également comme un espace virtuel rempli, telle une mosaïque, de réflexions et d’observations.

Tiré d’un document de présentation du projet.

Le projet va être présenté au public le week end de la nuit des musées, les 16 et 17 mai à Genève.
Plus d’informations à venir sur leur site et la page Facebook.

En complémentarité, une interview réalisée en 2014 de Zsuzsanna Zsabo.

Montréal – BRIB.

Brib-affiche-web

Une rencontre avec Patricia Bergeron en 2012 à Montréal est à l’origine de cette collaboration. Le projet BRIB a été imaginé et écrit par Karine van Ameringen, Iphigénie Marcoux-Fortier et Patricia Bergeron.

Le projet Brib est né de plusieurs combinaisons qui apportent une innovation non seulement à l’industrie mobile-technologique montréalaise, mais une innovation aussi sur le plan culturel. Né d’un fort intérêt pour le documentaire à saveur locale et sociale, mû par une vision qui combine expérience utilisateur et interactivité, en plus d’ajouter une couche technologique suisse, Brib va voir le jour avec un développement réfléchi et bien pensé selon les objectifs fixés au départ.

Extrait d’un dossier du projet.

L’application iOS prototype sera normalement utilisable en mode « beta » au milieu de l’été 2015; l’idée ensuite est de chercher un financement pour passer en mode production et présenter une application publique pour 2016.

Une interview avec Patricia réalisée en 2014.

Bulle – Mémorial Loretan.

E-Loretan-sommet-web

J’ai eu le plaisir de travailler à plusieurs reprises avec Pascal Amphoux dans le passé (quelques projets depuis 2008). Dans le cadre d’un mémorial à l’honneur de Erhard Loretan, nous avons imaginé une application mobile qui permette d’accéder dans le parc du mémorial à la mémoire audiovisuelle de Erhard Loretan. En somme, d’augmenter l’espace physique avec une couche numérique, complémentaire et immersive…
En outre, un scénario d’usage intitulé « Marche ton 8000 » permettra à n’importe qui de marcher en compagnie de Erhard Loretan sur le sommet d’un des 8000 mètres de la planète, simplement… en marchant 8 kilomètres.

Cette application sera présentée au public au moment de l’inauguration du mémorial, le 3 octobre 2015.

Plus d’informations sur tous ces projets vont suivre à travers des billets spécifiques à venir.

Brib, un projet de cinéma participatif à Montréal

brib-crew-web
L’équipe de Brib

Le concept de Walking the Edit – marcher un film avec une application mobile – continue de faire des émules à travers le monde, comme avec le projet Brib à Montréal. Cette adaptation est possible en adaptant Memoways aux besoins spécifiques du projet, qui ajoute la partie création de contenus en mobilité. Ecrire des histoires de manière collaborative sur le territoire, sur base d’histoires pré-existantes.

Une interview conduite par Nora Lune en juin 2014.

Construit autour du partage interactif et collaboratif de données numériques et de la valorisation de l’espace, le projet canadien BRIB s’est vu tout récemment attribuer un investissement par le Fond des Médias du Canada, séduit par son concept novateur et participatif. Patricia Bergeron, l’une des initiatrices du projet, nous en parle…

La suite…

Mise en route de projets

incomplete26_06

De nouveaux projets basés sur « Walking the Edit » et Memoways sont en train de se mettre en route: il s’agit de projets développés avec des partenaires variés, où les concepts ont été élaborés de manière conjointe.
Les dossiers sont déposés (ou en voie de l’être) pour aller chercher des financements. En attendant les réponses (qui ne vont pas tarder), voici ce que l’on peut déjà en dire.

– « Roule ton film« . Dans le cadre d’un appel à projet de la part des TPG (Transports Publics Genevois), nous avons élaboré une variante sur rails du dispositif Walking the Edit. Une fois dans un moyen de transport en commun, l’utilisateur « reçoit » un film de fiction (linéaire donc) en lien avec son contexte (narratif, s’il utilise l’application avant d’entrer dans un tram; de transport, lié aux données Open Data fournies par les TPG). Il s’agit donc de combiner une narration linéaire (protégée, avec visionnement d’un film correspondant à la ligne empruntée) et la narration non linéaire (sur le mode combinatoire et algorithmique). Le meilleur des deux mondes en un seul usage, en somme… Un démonstrateur sur Android est en train d’être développé par l’équipe  TAM de l’université de Genève, nos partenaires sur le projet de recherche « Move Your Story« .
– « Visions dans le réel ». Encore un projet qui reste mystérieux pour le moment (surprise, surprise).
– « Verschwundene Täler und Dörfer ». Un projet de recherche avec des partenaires universitaires, sur la mémoire enfouie sous les lacs artificiels en Suisse. En se baladant autour des lacs, cette mémoire refait surface…
– « Projets mystère ». Il est encore trop tôt pour en parler (secrets, secrets).

Et d’autres projets, qui sont des adaptations libres et avec des extensions spécifiques:
– « Brib », un projet de cinéma participatif développé à Montréal par Patricia Bergeron, les glaneuses et leitmotiv.
– « Zeru« , une bande dessinée interactive couplée à une plateforme documentaire, produite par Bord Cadre films à Genève.
– « Partenariats divers »: sur des projets à plus grand envergure (muséographie, tourisme). Memoways fait partie de consortiums qui développent des concepts innovants – plus d’informations prochainement sur le blog.

Concernant les projets en route, voici les perspectives:
Paris. La cité universitaire qui héberge depuis 2010 le projet « Heritage Experience » va valoriser ce projet et le développer avec de nouveaux contenus.
Genève. Le projet genevois en route depuis 2010 pourra être présenté via notre nouvelle application mobile au début 2014.
Bagnols Sur Cèze. En attendant la nouvelle saison touristique, le projet « Mémoire Vive » initié en avril 2013 va se développer avec de nouveaux projets complémentaires en 2014.

Bagnols, c’est parti ! (à pied)

bg-header

Après plus d’une année de préparation et mise en place, y compris de la production de contenus spécifiques, voilà que le projet Mémoire Vive a été rendu public aujourd’hui.

Les thèmes abordés lors de parcours sont variés : le patrimoine, l’histoire, les récits de vie, les savoir-faire et talents locaux, les manifestations locales… Il s’agit de privilégier la diversité des approches et des points de vues.

La suite…