Marcher son film – un texte rétrospectif

Du projet de recherche « Walking the Edit » au concept d’application mobile « Memowalk ».

Marcher son film : commençons par ces trois mots pour résumer la proposition qui sous tend ces deux projets.
Mais comment un film, qui est avant tout une expérience temporelle, peut-il devenir une expérience spatiale (et spéciale) ?

Le texte exposé entre la page 42 et 47 dans le lecteur ci dessous se propose de regarder en arrière sur ce qui a fait démarrer le détournement des images en mouvement des écrans habituels, d’esquisser à rebours le contexte des questionnements initiaux et de mettre en perspective les applications actuelles.

Remerciements à Samuel Wahl des Passeurs d’Images.

Participation à une table ronde sur les médias géolocalisés

Le vendredi 18 décembre, j’aurais le plaisir de participer à une table ronde dans le cadre de l’évènement TRACES DE VILLE 2.0: Les images dans la cité.

visuel-texte-13e-rencontres-pdi_2015-site

Les 13e RENCONTRES PASSEURS D’IMAGES se tiendront les 17, 18 et 19 décembre 2015 aux Docks – Cité de la Mode et du Design, 34 quai d’Austerlitz 75013 Paris.

Une nouvelle génération de créateurs (réalisateurs, plasticiens, performeurs, compositeurs urbains, architectes transmedia et autres street artistes) transforment nos rues, nos vies, nos imaginations et nos villes en espaces de culture(s), terrains d’aventure, cités rêvées…

3 jours de débats, expo et projections pour explorer ces nouvelles circulations d’images.

Les usages numériques y favorisent les croisements de points de vue, sensibilisent les habitants à leur environnement urbain, récréent des pratiques civiques. Ils forment une résistance douce aux villes standardisées et invitent à retrouver le plaisir de la ville comme un espace public, partagé.

Le programme de la demi journée du vendredi:

10h-11h : DONNER À VOIR LES TRACES NUMÉRIQUES

Dominique CARDON – Sociologue, Orange Labs département SENSE

Nos données connectées s’accompagnent de traces invisibles : à chaque clic, les algorithmes calculent des indicateurs de popularité, d’autorité, de réputation ou de prédiction comportementale. Comprendre les mécanismes du « big data » est la condition pour que nos échanges restent libres.

11h-13h : TERRAINS D’AVENTURE / Table-ronde #2

Artistes, inventeurs, habitants… les nouveaux outils de l’image numérique ouvrent de nouvelles pistes.

Débat animé par Benoît LABOURDETTE – Réalisateur

Parle-moi DEL : une résidence, à Montreuil en 2015, un territoire, un terreau d’invention, et le choix d’un cinéaste de créer à partir d’échanges collectifs, où chacun peut se trouver ; un film panoramique, qui prend appui sur des matières-atelier, pour un nivelage par le haut.

Ulrich FISCHER – Réalisateur

Walking the edit : l’idée de marcher son film, dont l’histoire se génère, en temps réel, au rythme de ses propres pas.
Tout comme Memowalk, conçu comme une application générique qui s’est transformée au fil du temps et des réalisations dans une constellation d’applications originales. 

Antoine SCHMITT – Plasticien

City Lights Orchestra est une symphonie lumineuse pour les fenêtres de la ville. La nuit, chaque ordinateur connecté par internet éclaire la fenêtre de l’appartement ou du bureau, palpite, cligne, pulse, s’allume et s’éteint, chacun selon sa partition propre, mais en rythme avec tous les autres, en suivant une partition globale.

Julien NONNON – Artiste visuel, Studio Le3

Safari urbain, ménagerie fantasmagorique en street mapping, invente de nouvelles proximités, révèle l’esprit de la ville et permet d’en saisir le pouls. Par ses traces 2.0, l’œuvre travaille la permanence de l’éphémère.

Romane MUTUYIMANA – Participante au projet Prenons de la hauteur

accompagnée de Pierre LEMARCHAND – Coordinateur Passeurs d’images en Haute-Normandie (Pôle Image Haute-Normandie)

Six femmes, orientées par les associations SAIS, Médecins du Monde et AIDES, réalisent dans cet atelier Passeurs d’images une séquence d’une minute chacune, en prise de vue aérienne, avec l’aide technique de la société locale Panormandic. À l’arrivée, un film réunit ces images en lien avec une bande son, et des prises de vue « au sol », fil rouge de ces films en train de se faire.

Projets culturels mobiles

Basé sur les diverses adaptations de Walking the Edit et de l’application Memowalk, nous avons développé plusieurs projets d’applications mobiles avec des partenaires divers. Les racines de certains de ces projets remontent à 2013 – le chemin de l’idée jusqu’aux usages peut prendre du temps.

Genève – Art Sans RDV.

Carte avec parcours

Cette application mobile pour iOS et Android propose une expérience de médiation culturelle dans l’espace public de la plaine de Plainpalais à Genève.

Le projet ART SANS RDV se présente sous la forme de deux volets complémentaires : une application, téléchargeable gratuitement sur les smartphones et un site web. L’application offre une expérience immersive de l’art situé dans l’espace public et part de l’expérience d’une déambulation urbaine. Le déplacement du promeneur active des commentaires sonores géolocalisés, dont l’écoute ne s’accompagne d’aucune image. Le marcheur est libre de choisir le moment où il se rend sur un territoire, le moment d’écouter les commentaires proposés et de se diriger où bon lui semble sans suivre de parcours préétabli. En somme une rencontre ambulatoire avec l’ART dans l’espace public SANS RDV. L’itinéraire du promeneur tisse ainsi un fil de commentaires composé d’une multitude de voix et de lectures sur les œuvres situées dans ce lieu. La plaine de Plainpalais se présente alors non seulement comme un espace physique, mais également comme un espace virtuel rempli, telle une mosaïque, de réflexions et d’observations.

Tiré d’un document de présentation du projet.

Le projet va être présenté au public le week end de la nuit des musées, les 16 et 17 mai à Genève.
Plus d’informations à venir sur leur site et la page Facebook.

En complémentarité, une interview réalisée en 2014 de Zsuzsanna Zsabo.

Montréal – BRIB.

Brib-affiche-web

Une rencontre avec Patricia Bergeron en 2012 à Montréal est à l’origine de cette collaboration. Le projet BRIB a été imaginé et écrit par Karine van Ameringen, Iphigénie Marcoux-Fortier et Patricia Bergeron.

Le projet Brib est né de plusieurs combinaisons qui apportent une innovation non seulement à l’industrie mobile-technologique montréalaise, mais une innovation aussi sur le plan culturel. Né d’un fort intérêt pour le documentaire à saveur locale et sociale, mû par une vision qui combine expérience utilisateur et interactivité, en plus d’ajouter une couche technologique suisse, Brib va voir le jour avec un développement réfléchi et bien pensé selon les objectifs fixés au départ.

Extrait d’un dossier du projet.

L’application iOS prototype sera normalement utilisable en mode « beta » au milieu de l’été 2015; l’idée ensuite est de chercher un financement pour passer en mode production et présenter une application publique pour 2016.

Une interview avec Patricia réalisée en 2014.

Bulle – Mémorial Loretan.

E-Loretan-sommet-web

J’ai eu le plaisir de travailler à plusieurs reprises avec Pascal Amphoux dans le passé (quelques projets depuis 2008). Dans le cadre d’un mémorial à l’honneur de Erhard Loretan, nous avons imaginé une application mobile qui permette d’accéder dans le parc du mémorial à la mémoire audiovisuelle de Erhard Loretan. En somme, d’augmenter l’espace physique avec une couche numérique, complémentaire et immersive…
En outre, un scénario d’usage intitulé « Marche ton 8000 » permettra à n’importe qui de marcher en compagnie de Erhard Loretan sur le sommet d’un des 8000 mètres de la planète, simplement… en marchant 8 kilomètres.

Cette application sera présentée au public au moment de l’inauguration du mémorial, le 3 octobre 2015.

Plus d’informations sur tous ces projets vont suivre à travers des billets spécifiques à venir.

Prochaines présentations

Avec le démarrage proche du printemps, je vais faire plusieurs présentations et conférences pour parler des expériences liées à Walking the Edit ainsi que sur les enjeux des nouvelles écritures.

Il y aura une conférence à Paris le 17 mars, au pavillon Suisse de la Cité Universitaire de Paris, épicentre du projet Heritage Expérience sur lequel j’ai travaillé entre 2010 et 2012.

Mais avant il y aura une présentation du projet de recherche MoveYourStory dans le cadre d’une soirée de Catalyx/Union Suisse sur les partenariats publics-privés.

Puis une participation à distance à une causerie initiée par Annabel Roux de Storycode Provence à Marseille, sur la question du documentaire génératif, entre autres…

La suite…

La moisson du workshop à Marseille

Verduron-Oppidum_uf_111341-20150106_iPhone_Groupe-Workshop_11

L’image dit tout: le workshop a bénéficié d’une météo printanière pour aller défricher le territoire complexe du nord de Marseille.

Le workshop réalisé dans le cadre de l’école d’art de Aix-En-Provence avait les objectifs suivants:

  • Expérimenter le travail collectif. Créer en groupe, dans une dynamique proche d’une « jam » de musiciens. Utiliser les outils de captation image comme des instruments de musique – écouter, regarder et discuter avec les autres participants en direct au moment de la création du contenu;
  • Penser fragments. Créer des « briques » de contenus qui seront valorisées en tant que telles, sans passer par un montage. Chaque plan devrait fonctionner en tant que tel tout en étant connectable à d’autres plans voisins (géographiquement ou sémantiquement);
  • Enregistrer le contexte avec le contenu. Garder la trace du contexte de la création du contenu et valoriser les contenus à travers ce contexte. Concrètement: penser métadonnées. Les mots servent à chercher, trouver, lier, faire sens – autant les utiliser pour toutes ces opérations à travers la même interface, le même usage;
  • Créer un écosystème audiovisuel et une mémoire vivante. Cueillir et glaner (des situations, actions, dialogues). Puis semer, faire pousser (des histoires, des dynamiques d’imagination).
  • Initier des interactions. Ecouter et lire un territoire pour aller y écrire ses propres questions, hypothèses, réponses… Le territoire n’est pas une feuille blanche et les histoires que l’on pose dans le monde ont toutes leur pré-histoire et vont, d’une manière ou d’une autre, avoir leur propre « queue de la comète ».

La suite…

Workshop Walking the Edit à Marseille

HotelDuNord

J’aurais le plaisir de repartir à Marseille (qui est une des destinations françaises du projet, après Paris et Bagnols-Sur-Cèze) en janvier 2015, pour un workshop de 5 jours organisé par l’école d’art d’Aix en Provence.

Ce workshop se réalise en partenariat avec la coopérative de l’Hotel du Nord qui a l’habitude d’organiser des ballades dans Marseille et la région.
Il s’agit donc de partir à l’exploration créative, muni de caméras et d’enregistreurs audio.

Les objectifs sont les suivants:

  • Parcourir et appréhender un territoire
  • Produire et organiser des médias géolocalisés
  • Inventer un dispositif de restitution
  • Interroger la pérénité de ce dispositif pour le territoire

Plus d’informations ICI.

ane

Colloque et table ronde à Paris

colloque_interfaces-numriques

Dans le cadre du colloque « INTERFACES NUMÉRIQUES EN SITUATION DE MOBILITÉ et DISPOSITIFS COGNITIFS ARTISTIQUES ET LUDIQUES » qui se tient à la Sorbonne les 19 et 20 décembre, je vais intervenir en présentant le projet « Walking the Edit ».

Le titre de mon exposé: Marcher son film: le territoire comme scène et le parcours comme scénario.

Les détails sur ces deux journées bien denses sont ICI.

Le texte d’introduction sur mon intervention.
Le projet Walking the edit propose d’explorer la narration combinatoire sur le principe d’une interaction « organique » (la marche à pied) avec une base de données géo-localisée (la mémoire audiovisuelle d’un territoire). 
Cette présentation propose de poser les enjeux de la narration combinatoire (les liens entre les images – le montage – n’est pas décidé de manière unique et figée en amont de l’expérience), de la co–création (le spectateur a une place active et créative dans le processus de réception) ainsi que de la valorisation des contenus créés dans le cadre d’un projet (proposer un accès original aux contenus qui ne sont pas visibles dans un film « classique »).

Brib, un projet de cinéma participatif à Montréal

brib-crew-web
L’équipe de Brib

Le concept de Walking the Edit – marcher un film avec une application mobile – continue de faire des émules à travers le monde, comme avec le projet Brib à Montréal. Cette adaptation est possible en adaptant Memoways aux besoins spécifiques du projet, qui ajoute la partie création de contenus en mobilité. Ecrire des histoires de manière collaborative sur le territoire, sur base d’histoires pré-existantes.

Une interview conduite par Nora Lune en juin 2014.

Construit autour du partage interactif et collaboratif de données numériques et de la valorisation de l’espace, le projet canadien BRIB s’est vu tout récemment attribuer un investissement par le Fond des Médias du Canada, séduit par son concept novateur et participatif. Patricia Bergeron, l’une des initiatrices du projet, nous en parle…

La suite…

Présentation à Visions du Réel

V_3c52e608c0

 

Walking the Edit sera présenté dans le cadre du festival Visions du réel à Nyon, le lundi 28 avril à 16h.

La présentation se fait en anglais et l’entrée est gratuite.

Présentation du projet transmedia Walking the Edit, autour de la narration combinatoire associant marche à pied et mémoire audiovisuelle d’un territoire. Les déplacements du public génèrent en temps réel un film unique basé sur la géolocalisation. Ulrich Fischer (Genève) propose de poser les enjeux de la narration combinatoire, de la co-création avec le spectateur ainsi que de la valorisation des contenus.