Projet vidéo en 360° « Fenêtres associatives »

Entre le mois de mars et de juin 2017, j’ai suivi en tant que tuteur le travail de diplôme d’un étudiant de la HEAD en Master Media Design, Vincent De Vevey.

Il s’agissait de l’accompagner dans la conceptualisation et la réalisation d’une application mobile vidéo en 360°, intégrée dans une installation.

Le projet « Fenêtres Associatives » immerge le spectateur dans le travail d’engagement social, artistique et humanitaire d’associations d’entre-aide internationales basées à Genève.
Guidé par l’interview d’un porteur de projet, le spectateur découvre le contexte de l’action d’entre-aide à travers des informations, images et vidéos intégrées dans une vidéo en 360°. En tournant sur un tabouret, il peut alors découvrir sur l’écran d’un smartphone des contenus et des informations incrustées dans l’espace de l’interview.
Certaines de ces zones sont interactives et lui permettent de poursuivre sa navigation en fonction de ses envies.
Autour de lui, des vidéos qui réagissent aux mouvements du spectateur permettent aux autres visiteurs de l’installation de saisir les enjeux de ces associations d’entre-aide: entre ici et là bas, des fenêtres flottantes nous offrent une perspective sur un nouveau monde…

Maintenant que le travail de diplôme a permis de présenter un premier prototype déjà très satisfaisant et prometteur, nous allons tirer parti de l’opportunité de développer ce projet pour une présentation publique plus large.
Il est encore trop tôt pour divulguer le contexte de production et de présentation, mais ce billet entend partager un bout du chemin parcouru jusqu’à maintenant.

Questions et enjeux

Les enjeux conceptuels posés au départ étaient les suivants:

  • Comment « mettre en scène » un usage individuel d’une expérience en 360° / VR au sein d’un espace public ? En somme, proposer autre chose qu’une retransmission « plate » de ce que voit la personne qui gesticule bizarrement, la lunette VR sur la tête… Comment créer une situation où les spectateurs sont partie prenante d’une expérience commune ?

    Seriously ?

  • Trouver un bon équilibre entre une narration guidée et protégée (linéaire) et une expérience personnelle, basée sur l’interactivité (non linéaire). Est-ce que le cinéma, le jeu vidéo et l’usage du web sont « compatibles » au sein du contexte d’un média rassembleur ?
  • De manière complémentaire au point précédent, trouver un bon équilibre entre des informations factuelles, à travers une approche objective, et des narrations au potentiel émotionnel, à travers une approche subjective, poétique. Est-ce imaginable de proposer une expérience qui allie l’identification (immersion dans un contexte émotionnel artificiel, avec suspension momentanée de son propre jugement) à l’interprétation d’informations (mise à distance des informations les unes par rapport aux autres, à travers l’activation de son propre jugement) ?
  • Comment « monter » des contenus (images, vidéos, textes) dans un espace 360° et non pas dans une timeline, comme on a l’habitude de le faire ? Le cinéma et la vidéo sont un médium basé sur le temps (une image après une autre, dans l’espace de l’écran), alors que l’expérience proposée dans un espace 360° demande une maîtrise de l’espace également.
  • Comment prendre en considération le flux du web au sein d’une navigation personnelle qui peut se partager à la sortie de l’expérience ? En somme, de donner une place plus importante au spectateur dans le cadre du dispositif: le monde n’est plus le même après son voyage. La question du partage est primordiale, encore plus pour des projets qui ont une vocation de susciter l’engagement actif du spectateur…

Comme on peut le voir, il y a beaucoup de questions à résoudre. Des questions spécifiques, en provenance des champs du journalisme, des expressions artistiques (cinéma, art plastique), de la communication et du design…

Aussi passionnantes qu’elles soient au niveau théorique, ces questions ne trouveront sans doute pas de réponses aussi claires que le cinéma, la photographie ou le théâtre ont pu apporter comme carburant sur les chemins créatifs de l’Homme.
Sans doute parce qu’in fine, les possibilités technico-artistiques liées à l’informatique posent des questions plus profondes: sur le modèle économique (comment créer une chaîne de valeur captive), sur le relationnel (entre le spectateur et l’auteur; entre l’individu et le monde) et sur la transmission (partage de la valeur, lâcher prise de la maîtrise d’un objet, qu’il soit artistique ou de connaissance)…

Il y avait aussi des enjeux techniques à résoudre:

  • Le workflow technique, de la caméra 360° à la diffusion n’est clairement pas encore établi; il faut donc trouver les bons outils et méthodes pour arriver efficacement à un résultat partageable sans trop perdre de temps et de qualité. Pour arriver à intégrer une interview « augmentée » au sein du dispositif, il faut une bonne semaine de travail en jonglant avec une multitude d’outils différents.
  • Au niveau caméra 360°, il n’existe pas encore d’appareil qui se positionne sur le segment semi-professionnel: il fallait donc se résoudre à bricoler avec du matériel grand public pas très précis et fiable.
  • Bien que la plupart des applications de montage supportent les vidéos 360°, il n’existe pas encore d’application qui permet la création de projets adaptés à ce nouveau support (si on peut parler de support…). Nous avons choisi d’utiliser l’application WondaVR développée par un studio parisien, pour des raisons de facilité, au détriment de la créativité. En effet, bien que leur solution est déjà sur des bonnes bases, on doit entrer dans une « philosophie » de type de projet VR qui ne correspond pas à ce que nous souhaitions développer. Cette application permet de créer une expérience héritée de la pensée CD-ROM, où une arborescence définie une fois pour toute propose un usage cadré et maîtrisé.

La suite

Ce qui nous attend maintenant, c’est de résoudre les questions suivantes:

  • Mettre en place un environnement de développement propice pour une liberté de création plus adaptée aux besoins et envies du projet. Nous sommes en train de tester une intégration de Unity au sein d’un workflow qui allie postproduction vidéo classique (After Effects, Première) et développement informatique (jeux vidéo, applications mobiles et web). Nous avons déjà démarré une collaboration avec David Hodgetts et allons avoir des premiers résultats cet été.
  • Mettre en place la logistique de production et de diffusion: rédaction d’un dossier, budget, trouver des partenaires de présentation, lever du financement.
  • Le prototype présente deux associations; il s’agit d’en ajouter plus dans les mois qui viennent, tout en faisant évoluer les premières vidéos au sein d’une expérience améliorée.
  • Et aussi, de voir si et comment on peut intégrer notre plateforme de création d’expériences vidéos Kura au profit d’un usage plus personnel, vivant et évolutif des vidéos au sein du projet.

Voici une vidéo de présentation du prototype présenté dans le cadre du diplôme à la HEAD, réalisé en juin par Vincent.

La présentation du projet en quelques mots:

Le projet « Fenêtres associatives » présente des interviews d’acteurs d’associations solidaires Genevoises. Découvrez à travers ce reportage vidéo en 360 les actions menées par l’association de soutien au théâtre des intrigants du Congo, ainsi que l’association Solférino des étudiants de l’ECG Henry Dunant de Genève. Cette installation vous permet de suivre de manière interactive ces histoires et des projections vidéo synchronisées avec l’usage de l’application smartphone.

Nouvelles du projet Traverse

Après bientôt 3 années de travail (et oui, le temps passe vite), voici que le projet de valorisation du patrimoine Traverse fait feu de tout bois: mise à jour du site web, l’application mobile en mode Beta, mise en route de la page Facebook, des améliorations de l’outil d’édition, des nouveaux partenariats…

Et bien sûr, le projet prend son envol avec le démarrage du travail sur les contenus: à travers(e) la création des fiches et des playlists qui serviront de base pour l’expérience mobile personnalisée, que le projet va offrir au public dès cet automne.

Les dernières nouvelles en détail:

  • Le studio LVTL (Laure André et Aurélien Fontanet) ont créé des compositions visuelles pour communiquer et suggérer avec des images la promesse du projet;
  • L’application mobile développée par MobileThinking avance bien: nous allons démarrer la phase de « beta test » et implémenter les fonctionnalités sociales et de partage;
  • Nous démarrons la constitution d’une communauté autour du projet via une page Facebook: likez si vous voulez être tenu au courant des derniers billets, nouvelles ou informations en lien avec le projet;
  • MobileThinking a ajouté des fonctionnalités de gestion d’utilisateurs et de groupes dans notre outil d’édition et amélioré l’efficacité du flux de travail tout en résolvant un certain nombre de bugs;
  • Pour donner une perspective de rebond au delà du projet Interreg, nous avons démarré des discussions avec un certain nombre de partenaires institutionnels pour continuer de développer l’outil d’édition (sous forme d’un produit à part entière, potentiellement) et pour alimenter le système avec des nouveaux contenus et histoires…

Quelques liens directs

Accueil – Traverse

Partage ton patrimoine Traverse est une application mobile permettant la découverte personnalisée et vivante des patrimoines franco-suisses. Dès l’automne 2017, elle vous accompagnera dans l’interprétation d’un paysage, la visite d’un monument, la dégustation d’un produit de terroir… Bienvenue sur les chemins de Traverse… Au moyen d’une collection d’images et de sons majoritairement issus des fonds …

Une présentation du projet par l’équipe des développeurs, MobileThinking, en anglais

Traverse – MobileThinking

Mobile applications (design by 8bitstudio) are under development. Below are some screenshots of the current status of the Android app. They allow visitors to benefit from expert knowledge. A discovery mode will offer the user personalized suggestions according to his position as well as his last visits.

 

L’application mobile « Lignes de Désir » fait peau neuve

Depuis le premier prototype réalisé l’année dernière, l’équipe de développeurs (Olivier Evalet et David Hodgetts) ont travaillé ce printemps sur le prototype numéro deux du projet d’application mobile du projet « Lignes de Désir » de Pierre Ménard.

L’application s’est enrichie des fonctionnalités suivantes:

  • Interface graphique. Sur un mode très visuel, sans menu, l’utilisateur peut choisir entre la consultation de playlists ou alors de partir en exploration in-situ, sur l’Île-Saint-Louis à Paris. Voir les captures d’écran en fin de billet.
  • Multi-piste audio. De manière à proposer une expérience plus immersive, en lien réactif avec le comportement de l’utilisateur – tout en apportant une « profondeur » sensorielle plus subtile – deux pistes audio sont lues en parallèle. La première piste est le texte (les fragments narratifs); la deuxième piste propose des sons d’ambiances, principalement musicaux ou abstraits.
  • Mise à jour dynamique entre l’outil d’édition et l’application mobile. Cette fonctionnalité n’est pas visible ou intéressante en tant que tel pour l’utilisateur final, mais c’est un ajout fondamental pour que le créateur du projet, Pierre Ménard, puisse travailler sur les contenus (via une base de données custom réalisée avec Airtable), tout en ayant immédiatement la possibilité de vérifier ce que les ajouts ou changements sur les contenus produisent dans l’application mobile.

Ces 3 ajouts majeurs permettent au projet d’être seulement à quelques encâblures d’une présentation publique.
Il s’agit maintenant de trouver des financements complémentaires pour réaliser les possibles opérations suivantes:

  • Améliorations de l’algorithme. Pouvoir affiner la sélection des fichiers texte et des musiques, de manière à répondre de manière très organique et personnalisée au comportement in-situ de l’utilisateur.
    En somme, de permettre du responsive storytelling
  • Amélioration de l’expérience de consultation des playlists. Pour le moment, l’utilisateur ne peut qu’écouter des playlists pré-fabriquées, statiques. L’idée est d’offrir un mode de consultation hors-site (partout dans le monde) sur un mode plus personnalisable, de manière à proposer une navigation plus personnalisée – tout en étant cadrée par des règles – à travers les fragments narratifs du projet.
  • Amélioration de l’interface. Tout en restant simple, il s’agit d’exposer plus de fonctionnalités (filtrage personnalisé, enregistrement et partage) et d’accès à des informations complémentaires (informations sur les fichiers que l’on entend, informations sur le projet…).
  • Ajout d’une fonction d’enregistrement et de partage. Il s’agit d’une fonctionnalité importante, car c’est la clef pour permettre d’atteindre des publics plus larges. L’utilisateur peut garder la trace de son parcours et donc de son histoire, pour la partager directement depuis l’application sur le web, les réseaux sociaux. L’enjeu est de toucher plus de public par cette forme de partage, en diffusant les multiples variantes narratives issues d’expériences personnalisées…

Quelques mots sur le projet, issus du dossier du projet

Les lignes de désir, projet transmédia aux frontières du livre, des nouvelles technologies et de l’art urbain, est une réflexion autour de la forme du livre à l’ère du numérique.
Il s’est construit autour d’une fiction poétique écrite par Pierre Ménard, une narration combinatoire, dont l’un des modules est une application mobile permettant de découvrir la fiction puis de composer sa version de l’histoire en marchant, de manière ludique et originale.

Marcher entre les pages d’un livre

L’enjeu de ce dispositif interactif est avant tout de proposer des parcours dans une histoire, des lectures d’un récit en fonction de son approche : mobile (sur place, avec le GPS du téléphone) ou fixe (depuis chez soi ou à l’extérieur de l’Île Saint-Louis, à l’aide de listes de lecture thématiques).
Ceci n’est donc pas qu’une application, mais une exploration poétique qui invite l’auditeur à appréhender une histoire de deux manières différentes.

Quelques captures d’écran de l’application mobile

Plus d’informations sur le site du projet.

 

Vidéo de l’application mobile Traverse

Vous vous êtes déjà demandés quelle pouvait bien être l’histoire du parc que vous traversez chaque jour, ce qui lui donne cette ambiance si particulière ?
En visitant une ville voisine, vous trouvez des similitudes avec ce que vous connaissez de chez vous: il y a peut-être une filiation quelque part ?
Vous profitez souvent des concerts qui sont offerts dans la cour d’une maison de maître, et vous souhaitez partager les images et vidéos que vous avez prises avec votre smartphone pour valoriser ces évènements ?

Avec l’application mobile Traverse, vous aurez des réponses qualifiées et des histoires inspirantes à vivre et à partager au sujet du patrimoine partagé entre la France et la Suisse.
Les spécialistes du patrimoine (architectes, historiens, archivistes etc) documentent de manière précise des lieux, des objets, des évènements, des personnes… et avec notre outil d’édition, créent des playlists qui serviront de guides originaux aux usages mobiles.
Le but de cette application mobile est de faire découvrir des lieux, des liens, des regards et des histoires sur notre territoire et la culture partagée à un public large, de manière simple et engageante.

Pour avoir un premier aperçu du fonctionnement de l’application, voici une petite vidéo explicative de la version actuelle (fin juin 2017).
Cette vidéo montre principalement les fonctionnalités de consultation (modes découverte et exploration); il n’y a pas encore les possibilités de création et de partage qui sont implémentés – elles le seront dans les semaines qui suivent.

Il n’y a donc qu’environ 50% des fonctionnalités prévues pour la sortie publique qui sont implémentées actuellement – on vous réserve des belles surprises et des fonctionnalités originales pour la sortie publique…

Pour mieux voir les détails de l’application, voici quelques captures d’écran:

Utilisation de Kura dans un contexte pédagogique

En complémentarité à mon intervention à l’Hepia durant l’année scolaire 2016/2017, j’ai eu le plaisir de travailler avec des étudiants en master d’architecture sur les enjeux liés à la construction « d’abris de crise ».
Le programme en quelques lignes:

A Genève, la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia) inaugure un programme de recherche original sur la problématique architecturale de la migration. Menées en partenariat avec la Fondation Braillard Architectes et les étudiants en master d’architecture, les recherches de ce semestre devront déboucher sur des idées de projets d’hébergement provisoire autant pour les requérants d’asile qu’en cas de crise humanitaire ou de catastrophe naturelle, en Suisse ou ailleurs.

Je suis intervenu auprès des étudiants avec les modules suivants:

Voici une première version du projet vidéo:

Voici quelques informations complémentaires sur ce projet

Des étudiants planchent sur les logis de migrants

La Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (Hepia) inaugure un programme de recherche original sur la problématique de la migration. Celui-ci est mené en partenariat avec la Fondation Braillard Architectes. Ce semestre, des étudiants en master d’architecture devront élaborer des projets d’hébergement provisoire pour les requérants d’asile, qui pourraient aussi servir en cas de crise humanitaire ou de catastrophe naturelle, en Suisse ou ailleurs.

Des étudiants de l’hepia planchent sur des abris de crise

A Genève, la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia) inaugure un programme de recherche original sur la problématique architecturale de la migration. Menées en partenariat avec la Fondation Braillard Architectes et les étudiants en master d’architecture, les recherches de ce semestre devront déboucher sur des idées de projets d’hébergement provisoire autant pour les requérants d’asile qu’en cas de crise humanitaire ou de catastrophe naturelle, en Suisse ou ailleurs.

Remerciements à Ivan Vuarambon, Yosef Tedros et Frédéric Wüest.

Notre arcade en fête le 21 juin

En ce jour le plus long de l’année, nous voulons sortir la tête du guidon et fêter: l’été, les projets qui se développent, les collaborations créatives, la vie…

Venez donc nous rejoindre pour prendre un apéro le mercredi 21 juin, dès 18h, au 24 rue de Montbrillant, à juste deux minutes depuis derrière la gare. Nous serons là jusqu’à 22h, en tout cas.

Entre deux verres, nous nous ferons un plaisir de vous présenter les divers projets sur lesquels nous travaillons depuis un moment:

  • La plateforme vidéo Kura à travers des exemples de projets
  • Le projet de valorisation du patrimoine Traverse
  • Les dernières applications mobiles
  • … et d’autres projets surprise (comme une petite maison sur la comète)

En guise de mise en appétit, voilà la perspective du café matinal, dans notre arrière cour:

Je vous laisse imaginer l’ambiance d’apéro, un beau soir d’été…

 

Participation aux portes ouvertes de la Fondetec

Nous allons participer avec Memoways durant l’après midi du 14 juin, entre 14h et 18h, aux portes ouvertes de la Fondetec à la salle communale de Plainpalais.

Au côté d’autres entreprises de la place, nous allons présenter divers projets – dont ceux que nous avons réalisé pour 3 entreprises soutenues par Fondetec – avec l’objectif de démontrer que la création de projets vidéo innovants pour valoriser l’expertise d’une entreprise n’est ni compliqué, ni hors de prix.

Nous allons faire une démo grandeur nature, en filmant sur place (interviews, portraits, ambiances etc) pour publier un projet évolutif, vivant et personnalisé dans la foulée.
Du smartphone à la toile, en quelques clics, tout en maîtrisant le contexte de publication et la manière dont les contenus sont connectés les uns aux autres.

Rencontres d’entrepreneur-e-s – fondetec

Dès 14h00, venez à la rencontre d’entrepreneur-e-s et de leurs activités en participant aux ateliers. Des activités pour enfants (cuisine, jeux liés à l’apprentissage de langues étrangères) à la démonstration et impression 3D, en passant par les tandems linguistiques, vous découvrirez différents univers qui illustrent une partie de la trame de l’entrepreneuriat genevois.

 

Venez donc nous rendre visite, demander une démo de notre plateforme et découvrir en temps réel la fabrication d’un projet vidéo personnalisé.

Mise à jour de l’app iOS « Art Sans Rendez-Vous »

En parallèle de l’énorme chantier qu’est notre plateforme vidéo Kura, je continue de développer ou de mettre à jour des projets en lien avec mes premiers amours: l’expérience vidéo immersive et interactive, les pieds dans un endroit réel.

Au départ (ça remonte à il y a presque 10 ans maintenant…) il y avait diverses adaptations du projet Walking the Edit, puis notre application Memowalk, suivi par quelques projets mobiles dont le principal est aujourd’hui l’application mobile Traverse.

Dans ce billet, j’aimerais mettre un focus sur la mise à jour de l’application mobile iOS « Art Sans Rendez-Vous », qui a enfin eu droit à sa mise à jour.

ART sans RDV

 

Autant le gros de mon implication sur ce projet s’est fait entre 2013 et 2015, autant cette dernière mise à jour est entièrement l’œuvre de Séverin Bondi et Zsuzsanna Zsabo, avec le travail de développement de l’application iOS réalisé par Fabrice Truillot.

Merci à eux pour cette continuité dans l’effort pour maintenir et développer ce projet de long cours.

Voici le lien vers l’application sur l’AppStore:

ARTsansRDV dans l’App Store

Consultez et comparez les avis et notes d’autres utilisateurs, visualisez des captures d’écran et découvrez ARTsansRDV plus en détail. Téléchargez ARTsansRDV et utilisez-le sur votre iPhone, iPad ou iPod touch.

Outre la mise à jour du design pour une meilleure compréhension du projet, il y a une gestion améliorée des contenus qui ne sont plus embarqués d’office comme avant: soit on peut bénéficier d’un streaming des contenus, soit on peut télécharger les sets de contenus qui nous intéressent avant l’expérience, depuis une connexion WIFI.

Voici quelques captures d’écrans de l’application nouvelle mouture:

 

 

Plus d’informations sur la page Facebook du projet.

Portrait vidéo: studio Soham

Nous avons réalisé l’automne dernier plusieurs projets de portraits vidéos d’entreprises soutenues par la Fondetec.

Il s’agissait de prendre la vidéo produite par la Fondetec comme point de départ, puis de lier des vidéos complémentaires par thématique, produit, offre etc.
En regardant une vidéo principale, le visiteur peut à tout moment ajouter à une playlist personnelle des contenus additionnels qui peuvent l’intéresser, et ainsi rester connecté à l’offre et l’expertise de l’entreprise qu’il souhaite découvrir.

Projet Comet pour la Fondetec

 

Maintenant que notre plateforme vidéo Kura permet de réaliser des projets vidéo avec publication immédiate, nous avons mis à jour un des projets: le studio de Yoga Soham.

Il s’agit de montrer sur base de cet exemple comment le studio peut:

  • présenter simplement son offre, de manière directe et intégrée en profitant du pouvoir engageant et immersif de la vidéo;
  • faire découvrir toute la palette de ses activités, l’ambiance, la promesse à travers des petites scènes filmées;
  • ajouter des vidéos tierces en provenance de YouTube pour expliquer certaines activités, comme la boxe anglaise ou le Jiu-Jitsu brésilien;
  • intégrer ce portail vidéo sur son site web, pour proposer une navigation de découverte et d’engagement alternative à l’aide de la vidéo
  • pouvoir rapidement créer des playlists spécifiques en lien avec des évènements, des cours particuliers etc et les intégrer sur des pages web ou simplement en partageant le lien sur Facebook.

Voici le projet:

Merci à Delphine Luchetta d’avoir pris le temps pour mettre à jour ce projet !

Créer des expériences vidéo vivantes avec Kura

Ce billet présente Kura, la plateforme vidéo nouvelle génération de Memoways.

Kura n’est pas une application de montage vidéo classique: cet outil simple d’usage permet de créer en quelques clics, de manière collaborative et efficace, des expériences vidéo interactives et personnalisées.

Vous voulez offrir à votre audience une navigation fluide et immersive au sein de vos contenus vidéo, en favorisant la découverte et stimulant l’engagement ?
Vous désirez profiter du pouvoir émotionnel de la vidéo pour délivrer un message qui s’adapte aux besoins et au contexte de chaque utilisateur, sans perdre la cohérence ?
Vous envisagez de vous profiler à travers un usage innovant et original de la vidéo, au delà du player vidéo YouTube ?

En résumé, Kura vous offre la création, la publication puis le partage de projets web entièrement basés sur la vidéo.

Voici quelques exemples de projets réalisés avec Kura:

Projets demo: humanitaire, institutionnel, tourisme

 

Projet Comet: création de vidéos avec smartphone

 

L’utilisateur peut naviguer dans un pool de vidéos choisies selon une thématique ou un objectif, reliées dynamiquement les unes aux autres par des mots clefs.
La découverte de vidéos est ainsi orientée, protégée par des choix éditoriaux tout en laissant une latitude de navigation personnelle.

Kura est une application web qui fonctionne dans un navigateur.
Il suffit d’ouvrir un navigateur moderne (Chrome, Firefox, Safari…) et se connecter à son compte Kura pour accéder aux fonctionnalités suivantes:

  • collaboration créative au sein de son espace de travail:
  • importer des vidéos, les organiser avec des labels
  • créer des playlists de vidéos à l’aide de mots clefs
  • segmenter des longues vidéos avec des markers, ajoutant ces extraits aux playlists
  • sélectionner et ordonner les playlists à publier via un projet vidéo
  • partager le projet sur les réseaux sociaux, via une url ou un code embed

A la différence de la publication des vidéos via YouTube, le projet que vous partagez avec votre audience est évolutif.
Vous pouvez à tout moment ajouter ou enlever des vidéos, changer les mots clefs ou les segments.

Vous proposez ainsi une expérience vivante, qui suit de manière agile les attentes et les intérêts de votre audience.

Voici quelques captures d’écran de l’application web, sur exemple du projet « comment créer des vidéos avec un smartphone« :

Voici une liste succincte des fonctionnalités phare de Kura:

  • Import de vidéos en provenance de YouTube: via une connexion à sa propre chaîne et / ou une intégration de n’importe quelle vidéo à travers son url ou ID;
  • Flux de travail collaboratif: invitation de collaborateurs pour un partage coordonné et créatif du travail;
  • Organisation des vidéos: gestion efficace de vos contenus grâce aux labels, avec filtrage en un clic;
  • Création de playlists: pour orienter de manière optimale la navigation du spectateur entre les vidéos de votre projet, il suffit de « tirer&glisser » des vidéos dans plusieurs playlists, en choisissant l’ordre de lecture;
  • Segmentation des vidéos: en appliquant des markers sur une vidéo, vous ajoutez simplement un segment spécifique de cette vidéo à une playlist. Ainsi, le spectateur ne verra que ce qui l’intéresse vraiment, en fonction des mots clefs que vous lui proposez;
  • Publication et partage des projets: en quelques clics, choisissez, structurez et personnalisez la publication d’un lot de vidéos au sein d’une expérience utilisateur cohérente.

Tout le travail d’organisation et d’éditorialisation réalisé dans Kura permettra de proposer des usages personnalisés et immersifs, qui mettront en valeur votre expertise basée sur vos contenus et la manière de les articuler.