Résultats pour la recherche : kura

Usages de Kura pour le projet « traverse »

Comment apporter une dimension vivante et immersive à un projet numérique de médiation culturelle, simplement en ajoutant des vidéos ou des segments de vidéo à la proposition de valeur ?
Et comment structurer ces vidéos avec des choix éditoriaux cohérents, tout en offrant une liberté de découverte aux utilisateurs ?

Ce billet va présenter en détail le travail que j’ai réalisé cet été avec notre outil Kura pour le projet traverse, en particulier pour l’intégration des vidéos au sein de l’expérience mobile.

Des vidéos et des playlists.

La première chose à préciser ici, c’est qu’il y a le même concept structurel entre les deux projets: une liste de contenus qualifiés avec des mots clé d’une part, et des playlists constituées à partir de ces contenus d’autre part.

Dans Kura, nous avons comme point de départ une bibliothèque de vidéos choisies spécifiquement dans la masse de vidéos YouTube, qualifiées avec des labels.

Kura: la bibliothèque de vidéos; les labels permettent de classer et filtrer les vidéos

Pour les besoins du projet traverse, j’ai créée une bibliothèque de plus de 600 vidéos qualifiées avec des labels spécifiques (entre 2 et 6 labels par vidéo). En cherchant des vidéos sur le patrimoine partagé entre la France et la Suisse, on ne trouve pas grand chose d’intéressant au départ avec une simple recherche YouTube; ce n’est que par sérendipité que l’on tombe sur des filons de vidéos intéressantes, que j’ai importé dans Kura simplement avec un copier / coller d’url.

Cette bibliothèque de vidéos est maintenant à disposition des contributeurs du projet, pour pouvoir trouver très vite des vidéos en lien avec un endroit, une thématique, un enjeu… Que ce soit pour le projet traverse, ou pour n’importe quel autre projet pour lequel des vidéos spécifiques seraient de circonstance.
J’ai aussi défini dans Kura les vidéos que j’allais « envoyer » dans l’outil traverse: au fur et à mesure de mon travail de curation vidéo, j’ai déterminé plus de 200 vidéos à intégrer au sein de l’expérience traverse.

Dans l’outil d’édition de traverse, nous avons une base de données de fiches (lieux, objets, médias, personnes et évènements) qualifiées avec des catégories, des thématiques et des tags.

Traverse: la bibliothèque de fiches créées dans l’outil d’éditorialisation

Pour intégrer une vidéo choisie dans Kura à la base de contenus de traverse, il faut créer une fiche de type « média » et ajouter les informations nécessaires.

Les deux outils permettent également de construire des playlists de contenus, en choisissant l’ordre des vidéos / des fiches de manière à raconter une histoire particulière.

Dans Kura, il faut simplement « tirer / glisser » des vidéos dans une mini-timeline, en définissant leur place au sein de la liste.
Une fois la playlist constituée, on peut lui donner une description et la publier.

L’outil de création et édition de playlist

Il y a actuellement deux types de publication à disposition: une playlist simple optimisée pour l’usage mobile (et l’intégration au sein d’une application mobile) et un player qui permet de naviguer entre des playlists connectées, avec une lecture automatique continue entre les vidéos de la playlist.

L’outil de création de players vidéo

Dans l’outil traverse, il faut rechercher les contenus à ajouter d’un clic à la liste, tout en qualifiant le lien entre les deux fiches avec une courte phrase.

La création d’une playlist dans l’application traverse

Voici quelques captures d’écrans de l’expérience utilisateur via l’application mobile: découvrir des fiches et se laisser raconter une histoire via les playlists

Créer une playlist avec des segments de vidéos.

En travaillant avec les vidéos trouvées sur YouTube, on se rend vite compte que de faire des playlists spécifiques avec des vidéos entières n’est pas toujours intéressant ni adéquat avec le temps d’attention très court que l’on a sur le web, et encore moins en mobilité…

Prenons l’exemple du lac d’Aiguebelette.
J’ai choisi 6 vidéos différentes pour découvrir les différents aspects du lac; l’une des vidéos est un long reportage sur la Savoie et une autre, un survol en drone qui est un peu répétitif. J’ai donc créé des segments dans ces vidéos à l’aide de l’outil « Markers » dans Kura, puis mis bout à bout les 6 vidéos dans l’outil « Playlists ».

La playlist vidéo pour le lac d’Aiguebellete. On voit dans les barres bleues sous l’imagette de la vidéo le segment utilisé (le bleu clair indique ce qui est utilisé)

Voici les différentes manières de consulter la playlist publiée.

Dans l’application mobile:

Présentation de la playlist dans l’application mobile

Sur le web, via l’intégration en « embed » sur un site:

Comme on peut le voir, la création et l’intégration d’une playlist vidéo permet d’ajouter une valeur supplémentaire à une proposition initiale, en:

  • sélectionnant des contenus intéressants (curation)
  • choisissant un ordre de présentation (structuration)
  • définissant, si nécessaire, la portion à utiliser dans la vidéo (segmentation)

Ensuite, c’est possible de faire exister la playlist dans l’application mobile traverse, via la création d’une fiche, ou alors simplement en pointant sur l’url de la playlist à travers la fonction « embed » ou en faisant un post sur Facebook avec l’url.

Pour terminer, un autre exemple avec le barrage de Génissiat:

Utilisation de Kura dans un contexte pédagogique

En complémentarité à mon intervention à l’Hepia durant l’année scolaire 2016/2017, j’ai eu le plaisir de travailler avec des étudiants en master d’architecture sur les enjeux liés à la construction « d’abris de crise ».
Le programme en quelques lignes:

A Genève, la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia) inaugure un programme de recherche original sur la problématique architecturale de la migration. Menées en partenariat avec la Fondation Braillard Architectes et les étudiants en master d’architecture, les recherches de ce semestre devront déboucher sur des idées de projets d’hébergement provisoire autant pour les requérants d’asile qu’en cas de crise humanitaire ou de catastrophe naturelle, en Suisse ou ailleurs.

Je suis intervenu auprès des étudiants avec les modules suivants:

Voici une première version du projet vidéo:

Voici quelques informations complémentaires sur ce projet

Des étudiants planchent sur les logis de migrants

La Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (Hepia) inaugure un programme de recherche original sur la problématique de la migration. Celui-ci est mené en partenariat avec la Fondation Braillard Architectes. Ce semestre, des étudiants en master d’architecture devront élaborer des projets d’hébergement provisoire pour les requérants d’asile, qui pourraient aussi servir en cas de crise humanitaire ou de catastrophe naturelle, en Suisse ou ailleurs.

Des étudiants de l’hepia planchent sur des abris de crise

A Genève, la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia) inaugure un programme de recherche original sur la problématique architecturale de la migration. Menées en partenariat avec la Fondation Braillard Architectes et les étudiants en master d’architecture, les recherches de ce semestre devront déboucher sur des idées de projets d’hébergement provisoire autant pour les requérants d’asile qu’en cas de crise humanitaire ou de catastrophe naturelle, en Suisse ou ailleurs.

Remerciements à Ivan Vuarambon, Yosef Tedros et Frédéric Wüest.

Créer des expériences vidéo vivantes avec Kura

Ce billet présente Kura, la plateforme vidéo nouvelle génération de Memoways.

Kura n’est pas une application de montage vidéo classique: cet outil simple d’usage permet de créer en quelques clics, de manière collaborative et efficace, des expériences vidéo interactives et personnalisées.

Vous voulez offrir à votre audience une navigation fluide et immersive au sein de vos contenus vidéo, en favorisant la découverte et stimulant l’engagement ?
Vous désirez profiter du pouvoir émotionnel de la vidéo pour délivrer un message qui s’adapte aux besoins et au contexte de chaque utilisateur, sans perdre la cohérence ?
Vous envisagez de vous profiler à travers un usage innovant et original de la vidéo, au delà du player vidéo YouTube ?

En résumé, Kura vous offre la création, la publication puis le partage de projets web entièrement basés sur la vidéo.

Voici quelques exemples de projets réalisés avec Kura:

Projets demo: humanitaire, institutionnel, tourisme

 

Projet Comet: création de vidéos avec smartphone

 

L’utilisateur peut naviguer dans un pool de vidéos choisies selon une thématique ou un objectif, reliées dynamiquement les unes aux autres par des mots clefs.
La découverte de vidéos est ainsi orientée, protégée par des choix éditoriaux tout en laissant une latitude de navigation personnelle.

Kura est une application web qui fonctionne dans un navigateur.
Il suffit d’ouvrir un navigateur moderne (Chrome, Firefox, Safari…) et se connecter à son compte Kura pour accéder aux fonctionnalités suivantes:

  • collaboration créative au sein de son espace de travail:
  • importer des vidéos, les organiser avec des labels
  • créer des playlists de vidéos à l’aide de mots clefs
  • segmenter des longues vidéos avec des markers, ajoutant ces extraits aux playlists
  • sélectionner et ordonner les playlists à publier via un projet vidéo
  • partager le projet sur les réseaux sociaux, via une url ou un code embed

A la différence de la publication des vidéos via YouTube, le projet que vous partagez avec votre audience est évolutif.
Vous pouvez à tout moment ajouter ou enlever des vidéos, changer les mots clefs ou les segments.

Vous proposez ainsi une expérience vivante, qui suit de manière agile les attentes et les intérêts de votre audience.

Voici quelques captures d’écran de l’application web, sur exemple du projet « comment créer des vidéos avec un smartphone« :

Voici une liste succincte des fonctionnalités phare de Kura:

  • Import de vidéos en provenance de YouTube: via une connexion à sa propre chaîne et / ou une intégration de n’importe quelle vidéo à travers son url ou ID;
  • Flux de travail collaboratif: invitation de collaborateurs pour un partage coordonné et créatif du travail;
  • Organisation des vidéos: gestion efficace de vos contenus grâce aux labels, avec filtrage en un clic;
  • Création de playlists: pour orienter de manière optimale la navigation du spectateur entre les vidéos de votre projet, il suffit de « tirer&glisser » des vidéos dans plusieurs playlists, en choisissant l’ordre de lecture;
  • Segmentation des vidéos: en appliquant des markers sur une vidéo, vous ajoutez simplement un segment spécifique de cette vidéo à une playlist. Ainsi, le spectateur ne verra que ce qui l’intéresse vraiment, en fonction des mots clefs que vous lui proposez;
  • Publication et partage des projets: en quelques clics, choisissez, structurez et personnalisez la publication d’un lot de vidéos au sein d’une expérience utilisateur cohérente.

Tout le travail d’organisation et d’éditorialisation réalisé dans Kura permettra de proposer des usages personnalisés et immersifs, qui mettront en valeur votre expertise basée sur vos contenus et la manière de les articuler.

 

Kura et Comet sous un même toit

Kura signifie en japonais « petite maison qui sert de coffre fort pour ses valeurs importantes ». En l’occurrence, pour les vidéos qui vous tiennent à cœur.
Que ce soit les vôtres ou alors des vidéos produites par d’autres personnes et mises à disposition sur YouTube: cet outil vous permet de toutes les mettre sous le même toit, de les classer et de les structurer de manière à partager ces vidéos de manière cohérente et orchestrée.

La grande nouvelle depuis le billet qui présente Kura: la mécanique de publication de players Comet fonctionne !
Il reste « juste » à finaliser l’expérience de navigation et de découverte pour pouvoir partager un projet fonctionnel.

Nicolas Goy est en train de mettre ensemble les dernières pièces du puzzle: le playback automatique et fluide de segments vidéo et la navigation à travers les playlists, à partir de la vidéo en cours de lecture.

Une playlist qui devient une vidéo

Tout le monde connaît le fonctionnement d’une playlist sur YouTube: une liste de vidéos qui se joue à la queue leu leu, selon un critère de sélection qui devient le titre de la playlist (best of; les trailers etc).

Pour nous, il manque les aspects suivants sur YouTube:

  • pouvoir passer d’une playlist à une autre, via des recommandations ou des connexions choisies. En effet, en tant que créateur de contenus, on aimerait bien que le spectateur découvre et visionne d’autres vidéos correspondant à ce qu’il désire;
  • mettre en avant des parties de vidéo, en lien avec le titre de la playlist. En effet, le spectateur n’est pas forcément intéressé de voir toutes vos vidéos en entier, mais juste certaines parties qui correspondent à ce qui l’intéresse.
  • protéger le spectateur de contenus qui ne font pas sens avec la promesse éditoriale du producteur de contenus. En effet, sur YouTube on a vite des vidéos recommandées qui ne correspondent ni aux envies du spectateur, ni au besoins du producteur de contenus (tout le monde clique facilement sur des vidéos de chat).
  • maximiser le temps de visionnement du spectateur sur les contenus et l’expertise du producteur de contenus. En effet, il est dans l’intérêt du créateur des vidéos de valoriser un maximum ses propres contenus et son expertise en y ajoutant d’autres contenus qui font sens avec son message.

Avec Kura et notre plateforme de publication de vidéo Comet, nous allons fournir sous peu une solution intégrée et intuitive pour répondre à ces enjeux et besoins.

Inscrivez-vous à notre mailing list pour être dans les premiers à tester cette nouvelle manière de publier des vidéos !

Kura en quelques lignes

Kura n’est pas une application de montage vidéo classique: cet outil simple d’usage permet de créer en quelques clics, de manière collaborative et efficace, des expériences vidéo interactives et personnalisées.

Vous voulez offrir à votre audience une navigation fluide et immersive au sein de vos contenus vidéo, en favorisant la découverte et stimulant l’engagement ?
Vous désirez profiter du pouvoir émotionnel de la vidéo pour délivrer un message qui s’adapte aux besoins et au contexte de chaque utilisateur, sans perdre la cohérence ?
Vous envisagez de vous profiler à travers un usage innovant et original de la vidéo, au delà du player vidéo YouTube ?

En résumé, Kura vous offre la création, la publication puis le partage de sites web entièrement basés sur la vidéo.

L’utilisateur peut naviguer dans un pool de vidéos choisies selon une thématique ou un objectif, reliées dynamiquement les unes aux autres par des mots clefs.
La découverte de vidéos est ainsi orientée, protégée par des choix éditoriaux tout en laissant une latitude de navigation personnelle. A tout moment, le visiteur pourra mettre en mémoire (liker) des vidéos, les organiser dans une playlist personnelle et la partager.

Kura est une application web qui fonctionne dans un navigateur.
Il suffit d’ouvrir un navigateur moderne (Chrome, Firefox, Safari…) et se connecter à son compte Kura pour démarrer la collaboration créative au sein de son espace de travail:

  • importer des vidéos, les organiser avec des labels
  • créer des playlists de vidéos à l’aide de mots clefs
  • segmenter des longues vidéos avec des markers, ajoutant ces extraits aux playlists
  • sélectionner et ordonner les playlists à publier via un projet vidéo
  • partager le projet sur les réseaux sociaux

A la différence de la publication des vidéos via YouTube, le projet que vous partagez avec votre audience est évolutif.
Vous pouvez à tout moment ajouter ou enlever des vidéos, changer les mots clefs ou les segments.

Vous proposez ainsi une expérience vivante, qui suit de manière agile les attentes et les intérêts de votre audience.

Kura en action

Organisation des vidéos dans la librairie grâce aux labels:

 

Ajouter des vidéos à une playlist:

 

Segmenter les vidéos grâce aux markers:

 

Créer un player vidéo pour publier votre projet:

 

A savoir que cette partie là doit encore être finalisée, c’est pour donner une idée de la mécanique de publication.

Pour en savoir plus sur la provenance de Kura et de Comet, une petite histoire:

La petite maison dans la Comet

Kura, bientôt en Beta publique !

Après quelques mois de développement intense, Nicolas Goy a pu nous mettre entre les mains cette semaine la nouvelle version de Kura.

Basée sur les fonctionnalités déjà présentes dans la pré-version que nous avons utilisée pour divers projets en 2016, cette nouvelle mouture apporte principalement les nouveautés suivantes:

  • nouveau design: plus pro, plus beau, plus modulable, il permet une customisation de l’outil et une meilleure mise en avant des éléments importants;
  • amélioration de l’éditeur de markers: plus précis, plus intuitif, avec des raccourcis clavier;
  • workflow consistant: comme c’est une application dite « single page », le contexte de travail dans un module est repris dans un autre, ce qui permet une consistance de travail et ainsi d’accélérer grandement les opérations;
  • publication de players: ce n’est pas encore totalement implémenté, mais c’est la fonctionnalité la plus importante. En effet, l’enjeu principal est de publier et partager un projet vidéo de manière cohérente et engageante; le menu players donnera accès à des « expériences vidéo » ayant des caractéristiques spécifiques (voir plus bas pour les détails).

Et surtout, cette nouvelle version nous permettra de mettre l’outil dans les mains des personnes curieuses, de créateurs, de clients !

Maintenant, il faut répondre à un certain nombre de questions…

La suite…

Kura, le nouvel outil vidéo de Memoways

Comment proposer une expérience personnalisée, vivante et évolutive avec de la vidéo sur le web ?

Il y a bien des projets de « players » vidéo tel que Comet ou d’autres solutions; cependant pour pouvoir préparer, publier puis développer un projet original de manière maîtrisée et collaborative, il faut un outil d’indexation et d’éditorialisation qui tire parti du changement de paradigme lié au devenir immatériel des contenus audiovisuels.

Nicolas Goy – mon associé dans Memoways – travaille depuis quelques mois sur Kura, notre application web qui permet d’éditorialiser des vidéos sur le web. Nous capitalisons sur notre expérience liée à Tansa (une application OSX par Fabrice Truillot) et à Michi (une application web par Nicolas Goy), que nous avons développé entre 2013 et 2015.

kura-load

Dans les grandes lignes, Kura permet de:

  • importer des vidéos par url (YouTube seulement pour le moment) ou alors en se connectant à son propre compte YouTube
  • gérer ses vidéos avec un système de labels
  • créer des listes ordonnées de vidéos, en utilisant des mots (concepts) comme « lien » entre des vidéos
  • ajouter des markers (mots clefs avec une durée temporelle) pour connecter des bouts spécifiques d’une vidéo avec d’autres vidéos
  • créer des « spaces » par projet / client / usage
  • inviter et gérer des collaborateurs

Avec cet outil, nous pouvons réaliser des projets Comet, pour des usages comme:

  • découvrir et apprendre avec des vidéos liées sémantiquement entre elles: enjeu pédagogique, partage de connaissance et de savoir
  • valoriser des contenus, comme des bonus liés à la vidéo principale: enjeu de storytelling
  • informer et engager le public avec une entreprise, un produit : enjeu marketing

Nous allons présenter cet automne plusieurs projets réalisés pour des clients, qui permettront de se faire une idée concrète sur le potentiel de ces nouveaux usages interactifs et appropriatifs.

Et: nous sommes en train de plancher sur une version améliorée de Comet (Comet V2) – plus de nouvelles à ce sujet prochainement…

La suite…

Starting the VR project « eyeWander »

Based on the interactive 360° video installation project « Fenêtres Associatives » made by Vincent de Vevey for his Media Design Master exam at the HEAD, Memoways is producing the further development of the mobile VR app and the upcoming version of the interactive installation.

The project

“eyeWander” proposes a new way to experience interactive video within VR.
Users can generate personalised narrative contexts by “organically” aggregating facts and videos into a sharable playlist of content.
Watching and interacting in this way offers a unique and immersive journey through world changing projects from humanitarian aid agencies, demonstrating how interactive storytelling can enhance the public’s understanding of complex issues.

“eyeWander” is a VR project made out of 3 complementary parts: an artistic installation built around a VR headset, a standalone mobile VR app and a documentation website.

With the help of funding support (we already have a financing from the City of Geneva), we will bring the current mobile VR app prototype made for the Master exam to a new level.
Beyond the local use within an artistic installation, the upcoming app will connect complex realities from our world to a personalised VR experience, that can be shared across the web.
A virtuous cycle allows users to become aware of humanitarian issues, and then to engage by sharing their own “wandering”, simply with their eyes, through the stories, facts and figures of our project…

This VR project will be presented to the public through different forms and use cases:

  • An artistic installation for festivals and events, starting in November 2017.
  • A standalone mobile VR app for Android & Samsung Gear (or any cardboard device), for begin of 2018.
  • A website for documentation and communication purposes, starting in October 2017.

The installation

The first version of the installation, presented at the HEAD jury Master exam in June. This version was working without VR headset, with a VR prototype app made with WondaVR

In a darkened room, the public is immersed in floating video sequences surrounding a unique spectator wearing a VR headset. Through watching and interacting with the content in the VR headset, the active spectator, sitting on a turning chair in the middle of the room, triggers synchronised projections of video sequences on the floating screens around him/her.
The user is immersed with is headphone to have the best audio quality for the interviews. For the next step in November, we want that the public present in the room can also experience the interviews using other headphones to follow the story of the active spectator.

Through those screens, the public gets an idea of the thematics and stories being presented to the active spectator in the VR headset: short video sequences superposed with pregnant sentences, present places, people or situations, to create a thematic context. The user with the VR headset can choose between several augmented narrative portraits of selected cooperation organisations.

Each presentation is a 360° video with integrated interactive elements (videos, pictures, short sentences and data-visualisations), allowing to get more informations or short stories linked to the main interview, just by looking a longer moment on specific interactive elements in the 360° video. Once the 360° video interview is finished (lasting between 3 and 5 minutes), the user is invited to freely “dive” into additional material, to learn more about specific aspects.
In the dark, simply by directing the eye in a certain direction, video sequences are unveiled and come to live, like pointing a flash light in room without light.

In the installation room, short video loops, projected on the floating screens, are synchronised with the interactions of the VR user. The audience, while waiting to wear the VR headset, gets a glimpse of the topics and thematics, linked to the choices and the behaviour of the active user.
The playhead of the projected videos is controlled by the user’s movement of the head, so that the surrounding audience rapidly gets aware of the formal mechanic of the video projections.

This first version of the public installation is already financed through a funding from the Ville de Genève and will be presented end of this year (more information to come).

The following points are concepts and ideas that we wish to pursue :

  • Move beyond linear and static storytelling to a more organic, evolutive and personnalized experience through the original “Comet” concept made possible with the Memoways video platform called Kura;
  • Based on curated video feeds, “magnetic” keywords and platform linking strategies (see the schema later in this document), each personal experience within the mobile VR app can be shared on the social web. This expands organically the audience of the project from an individual niche consultation to a broader connected collective experience;
  • Even if this aspect is not a visible feature, it is very important to mention that by using the Kura video platform, the project will evolve without application updating, based on the separation of the content with the app. This means we will be able to change, remove and add new video content and the way the content is connected together (the magic of the “magnetic” keywords), without having to update the app itself. The same of course applies also to the future user experience within the installation.

The mobile VR app

Top image: first version of the installation (without VR headset) Bottom image: mockup of the upcoming VR augmented information layer

The first version of the mobile VR app is described above.

We intend to bring the new mobile VR app to the Play Store early 2018, thereby reaching a broader international audience than the very local audience of the interactive installation.

We will wish to enhance the user experience with following features:

  • Floating keywords in the main menu, linked with arrows to the main interviews and between themselves, presenting a grid of related thematics, places, or actions. When staring at a keyword, the application is presenting a playlist of content labeled with the selected keyword, as a chain of circular thumbnails.
    Selecting play will play one content after the other; it is possible to come back to the main menu at any moment. The creation, curation and updating of those keyword playlists is done with our Kura web application.
  • Keywords that dynamically appear as coloured capsules in the 360° video, linked to specific temporal segments of the interview. This part is the transposition of Memoways Comet concept to the VR / 360° video space.
    While listening to the interview, the user can turn around to discover more information in the 360° video; when looking a longer moment on an appearing keyword capsule, the capsule is “captured” and transformed into an icon going to the bottom right (or left) corner of the viewing field. Each additional keyword selection adds an icon to the existing ones, like a floating pearl necklace…
    At the end of the linear interview, a dialog proposes to either watch the generated playlist of content based on the selected keywords, or to keep the playlist for later and come back to the main menu.
  • Connexion to the Facebook / Google / Twitter account, to be able to save and share videos and playlists. The presentation of the shares is made possible through a “webview” generated from the platform.

Further developments could include the following features:

  • Edit your playlist: change order, add new related content, remove content from a playlist.
  • Define a private or a public sharing mode. In the private mode, it is simply an “unlisted” url that can be shared with selected people; in the public mode, the shared playlists can be discovered on a specific page in the mobile VR app, and later on the website.

 The team

The core team for the project is:

  • Vincent de Vevey. Interaction designer, Media Designer and Sound designer
  • Ulrich Fischer. Producer, entrepreneur and new media expert
  • David Hodgetts. Polyglot developer, specializes in interactive media projects.
  • Nicolas Goy. Web application, back-end developer with specific expertise in web video

Vincent De Vevey conducts the interviews with the associations: he records them with 360° video, and handles postproduction. He is also in charge of the visual aspect of the motion design in the videos. He has the artistic director role.
http://vincentdevevey.com

Ulrich Fischer produces the project with his company Memoways. He assists and guides Vincent de Vevey on all conceptual, artistic, technical and aesthetic questions. As the producer he is in charge of the strategic and financial questions.
http://ulrichfischer.net

David Hodgetts works on the development of the VR installation which revolves around two software artifacts: a mobile VR app with custom mechanics to drive the projections in the installation mode. The VR app targets the Gear VR platform and uses the Unity3d framework. The video player runs on OSX, is written in C++ for optimal performance, communicates via UDP with the VR app and integrates with MadMapper by opening a Syphon server. Source code is released under the MIT license where possible.
http://davidhodgetts.ch

Nicolas Goy as the developer of the Kura video platform and the Comet video player (he did also the transmedia project Confusion.today) develops the custom video player for the interactive video streams within the VR app, creates a bridge between Kura and the VR app and makes the webview and sharing mechanism.
https://the-missing-bit.com

Projet vidéo en 360° « Fenêtres associatives »

Entre le mois de mars et de juin 2017, j’ai suivi en tant que tuteur le travail de diplôme d’un étudiant de la HEAD en Master Media Design, Vincent De Vevey.

Il s’agissait de l’accompagner dans la conceptualisation et la réalisation d’une application mobile vidéo en 360°, intégrée dans une installation.

Le projet « Fenêtres Associatives » immerge le spectateur dans le travail d’engagement social, artistique et humanitaire d’associations d’entre-aide internationales basées à Genève.
Guidé par l’interview d’un porteur de projet, le spectateur découvre le contexte de l’action d’entre-aide à travers des informations, images et vidéos intégrées dans une vidéo en 360°. En tournant sur un tabouret, il peut alors découvrir sur l’écran d’un smartphone des contenus et des informations incrustées dans l’espace de l’interview.
Certaines de ces zones sont interactives et lui permettent de poursuivre sa navigation en fonction de ses envies.
Autour de lui, des vidéos qui réagissent aux mouvements du spectateur permettent aux autres visiteurs de l’installation de saisir les enjeux de ces associations d’entre-aide: entre ici et là bas, des fenêtres flottantes nous offrent une perspective sur un nouveau monde…

Maintenant que le travail de diplôme a permis de présenter un premier prototype déjà très satisfaisant et prometteur, nous allons tirer parti de l’opportunité de développer ce projet pour une présentation publique plus large.
Il est encore trop tôt pour divulguer le contexte de production et de présentation, mais ce billet entend partager un bout du chemin parcouru jusqu’à maintenant.

Questions et enjeux

Les enjeux conceptuels posés au départ étaient les suivants:

  • Comment « mettre en scène » un usage individuel d’une expérience en 360° / VR au sein d’un espace public ? En somme, proposer autre chose qu’une retransmission « plate » de ce que voit la personne qui gesticule bizarrement, la lunette VR sur la tête… Comment créer une situation où les spectateurs sont partie prenante d’une expérience commune ?

    Seriously ?

  • Trouver un bon équilibre entre une narration guidée et protégée (linéaire) et une expérience personnelle, basée sur l’interactivité (non linéaire). Est-ce que le cinéma, le jeu vidéo et l’usage du web sont « compatibles » au sein du contexte d’un média rassembleur ?
  • De manière complémentaire au point précédent, trouver un bon équilibre entre des informations factuelles, à travers une approche objective, et des narrations au potentiel émotionnel, à travers une approche subjective, poétique. Est-ce imaginable de proposer une expérience qui allie l’identification (immersion dans un contexte émotionnel artificiel, avec suspension momentanée de son propre jugement) à l’interprétation d’informations (mise à distance des informations les unes par rapport aux autres, à travers l’activation de son propre jugement) ?
  • Comment « monter » des contenus (images, vidéos, textes) dans un espace 360° et non pas dans une timeline, comme on a l’habitude de le faire ? Le cinéma et la vidéo sont un médium basé sur le temps (une image après une autre, dans l’espace de l’écran), alors que l’expérience proposée dans un espace 360° demande une maîtrise de l’espace également.
  • Comment prendre en considération le flux du web au sein d’une navigation personnelle qui peut se partager à la sortie de l’expérience ? En somme, de donner une place plus importante au spectateur dans le cadre du dispositif: le monde n’est plus le même après son voyage. La question du partage est primordiale, encore plus pour des projets qui ont une vocation de susciter l’engagement actif du spectateur…

Comme on peut le voir, il y a beaucoup de questions à résoudre. Des questions spécifiques, en provenance des champs du journalisme, des expressions artistiques (cinéma, art plastique), de la communication et du design…

Aussi passionnantes qu’elles soient au niveau théorique, ces questions ne trouveront sans doute pas de réponses aussi claires que le cinéma, la photographie ou le théâtre ont pu apporter comme carburant sur les chemins créatifs de l’Homme.
Sans doute parce qu’in fine, les possibilités technico-artistiques liées à l’informatique posent des questions plus profondes: sur le modèle économique (comment créer une chaîne de valeur captive), sur le relationnel (entre le spectateur et l’auteur; entre l’individu et le monde) et sur la transmission (partage de la valeur, lâcher prise de la maîtrise d’un objet, qu’il soit artistique ou de connaissance)…

Il y avait aussi des enjeux techniques à résoudre:

  • Le workflow technique, de la caméra 360° à la diffusion n’est clairement pas encore établi; il faut donc trouver les bons outils et méthodes pour arriver efficacement à un résultat partageable sans trop perdre de temps et de qualité. Pour arriver à intégrer une interview « augmentée » au sein du dispositif, il faut une bonne semaine de travail en jonglant avec une multitude d’outils différents.
  • Au niveau caméra 360°, il n’existe pas encore d’appareil qui se positionne sur le segment semi-professionnel: il fallait donc se résoudre à bricoler avec du matériel grand public pas très précis et fiable.
  • Bien que la plupart des applications de montage supportent les vidéos 360°, il n’existe pas encore d’application qui permet la création de projets adaptés à ce nouveau support (si on peut parler de support…). Nous avons choisi d’utiliser l’application WondaVR développée par un studio parisien, pour des raisons de facilité, au détriment de la créativité. En effet, bien que leur solution est déjà sur des bonnes bases, on doit entrer dans une « philosophie » de type de projet VR qui ne correspond pas à ce que nous souhaitions développer. Cette application permet de créer une expérience héritée de la pensée CD-ROM, où une arborescence définie une fois pour toute propose un usage cadré et maîtrisé.

La suite

Ce qui nous attend maintenant, c’est de résoudre les questions suivantes:

  • Mettre en place un environnement de développement propice pour une liberté de création plus adaptée aux besoins et envies du projet. Nous sommes en train de tester une intégration de Unity au sein d’un workflow qui allie postproduction vidéo classique (After Effects, Première) et développement informatique (jeux vidéo, applications mobiles et web). Nous avons déjà démarré une collaboration avec David Hodgetts et allons avoir des premiers résultats cet été.
  • Mettre en place la logistique de production et de diffusion: rédaction d’un dossier, budget, trouver des partenaires de présentation, lever du financement.
  • Le prototype présente deux associations; il s’agit d’en ajouter plus dans les mois qui viennent, tout en faisant évoluer les premières vidéos au sein d’une expérience améliorée.
  • Et aussi, de voir si et comment on peut intégrer notre plateforme de création d’expériences vidéos Kura au profit d’un usage plus personnel, vivant et évolutif des vidéos au sein du projet.

Voici une vidéo de présentation du prototype présenté dans le cadre du diplôme à la HEAD, réalisé en juin par Vincent.

La présentation du projet en quelques mots:

Le projet « Fenêtres associatives » présente des interviews d’acteurs d’associations solidaires Genevoises. Découvrez à travers ce reportage vidéo en 360 les actions menées par l’association de soutien au théâtre des intrigants du Congo, ainsi que l’association Solférino des étudiants de l’ECG Henry Dunant de Genève. Cette installation vous permet de suivre de manière interactive ces histoires et des projections vidéo synchronisées avec l’usage de l’application smartphone.

Notre arcade en fête le 21 juin

En ce jour le plus long de l’année, nous voulons sortir la tête du guidon et fêter: l’été, les projets qui se développent, les collaborations créatives, la vie…

Venez donc nous rejoindre pour prendre un apéro le mercredi 21 juin, dès 18h, au 24 rue de Montbrillant, à juste deux minutes depuis derrière la gare. Nous serons là jusqu’à 22h, en tout cas.

Entre deux verres, nous nous ferons un plaisir de vous présenter les divers projets sur lesquels nous travaillons depuis un moment:

  • La plateforme vidéo Kura à travers des exemples de projets
  • Le projet de valorisation du patrimoine Traverse
  • Les dernières applications mobiles
  • … et d’autres projets surprise (comme une petite maison sur la comète)

En guise de mise en appétit, voilà la perspective du café matinal, dans notre arrière cour:

Je vous laisse imaginer l’ambiance d’apéro, un beau soir d’été…

 

Mise à jour de l’app iOS « Art Sans Rendez-Vous »

En parallèle de l’énorme chantier qu’est notre plateforme vidéo Kura, je continue de développer ou de mettre à jour des projets en lien avec mes premiers amours: l’expérience vidéo immersive et interactive, les pieds dans un endroit réel.

Au départ (ça remonte à il y a presque 10 ans maintenant…) il y avait diverses adaptations du projet Walking the Edit, puis notre application Memowalk, suivi par quelques projets mobiles dont le principal est aujourd’hui l’application mobile Traverse.

Dans ce billet, j’aimerais mettre un focus sur la mise à jour de l’application mobile iOS « Art Sans Rendez-Vous », qui a enfin eu droit à sa mise à jour.

ART sans RDV

 

Autant le gros de mon implication sur ce projet s’est fait entre 2013 et 2015, autant cette dernière mise à jour est entièrement l’œuvre de Séverin Bondi et Zsuzsanna Zsabo, avec le travail de développement de l’application iOS réalisé par Fabrice Truillot.

Merci à eux pour cette continuité dans l’effort pour maintenir et développer ce projet de long cours.

Voici le lien vers l’application sur l’AppStore:

ARTsansRDV dans l’App Store

Consultez et comparez les avis et notes d’autres utilisateurs, visualisez des captures d’écran et découvrez ARTsansRDV plus en détail. Téléchargez ARTsansRDV et utilisez-le sur votre iPhone, iPad ou iPod touch.

Outre la mise à jour du design pour une meilleure compréhension du projet, il y a une gestion améliorée des contenus qui ne sont plus embarqués d’office comme avant: soit on peut bénéficier d’un streaming des contenus, soit on peut télécharger les sets de contenus qui nous intéressent avant l’expérience, depuis une connexion WIFI.

Voici quelques captures d’écrans de l’application nouvelle mouture:

 

 

Plus d’informations sur la page Facebook du projet.