Vos photos et flux sociaux au sein de l’app mobile traverse

Depuis la sortie des applications mobiles iOS et Android du projet traverse, l’équipe de développeurs de MobileThinking a continué de travailler d’arrache pied pour ajouter les fonctionnalités prévues  et pour améliorer l’expérience utilisateur (aka debug).

Les deux fonctionnalités suivantes ont été ajoutées tout récemment:

  • consulter le « flux social » en lien avec des lieux, des objets, des événements ou des personnages. Lors de la création d’une fiche, l’éditeur peut ajouter des liens vers des pages Facebook, Twitter ou Instagram, pour connecter des usages publics choisis (flux d’images Instagram, Tweets d’une institution, page officielle d’un lieu sur Facebook etc) avec une fiche particulière. Cela permet, via un onglet dédié dans l’app mobile, de rendre une fiche plus vivante et ainsi de montrer comment un objet patrimonial vit au jour le jour, par les cages de résonance que sont les réseaux sociaux.
  • ajouter une image personnelle à une fiche. Initialement, nous avons voulu passer par Instagram pour permettre à l’utilisateur de prendre une image et la lier à une fiche via un #hashtag spécifique à la fiche. Mais la politique d’utilisation des « connecteurs » d’Instagram s’est considérablement refermée et il est très difficile d’utiliser le service en dehors de son propre jardin privé… Nous avons donc choisi de stocker, modérer et afficher les images prises par les utilisateurs au sein de notre propre plateforme.

 

Ces deux fonctionnalités sont très importantes au sein de la « promesse » du projet pour les utilisateurs.
En effet, nous avons dès le départ voulu leur donner une place plus active qu’une simple consultation d’une base de données et du partage / du like de certaines fiches. Les utilisateurs sont donc dans un mode en « lecture & écriture », cadré par des usages constructifs et créatifs, avec une modération double. Il est ainsi possible de signaler une image non appropriée au comité éditorial du projet, qui fera le choix de dépublier, si nécessaire, la photo.

Pour nous, les visiteurs d’un site patrimonial en sont potentiellement aussi les ambassadeurs, en partageant leur vision et leur usage d’un lieu.
Maintenant que la fonctionnalité est là, il s’agit pour nous de bien communiquer sur cette fonctionnalité et de donner envie aux visiteurs de devenir actifs. C’est là un de nos prochains chantiers…

En parlant de chantier: il nous faut maintenant également ajouter les flux sociaux sur un maximum de fiches, ce qui n’est pas toujours aisé (les « bons » flux intéressants sont parfois difficiles à trouver). Actuellement, il n’y a qu’approximativement 20% des fiches qui sont pourvues de cette augmentation organique et vivante.

Laisser un commentaire