Projets demo: humanitaire, institutionnel, tourisme

Depuis que nous avons finalisé la mécanique de publication de playlists vidéo à partir de notre outil d’édition Kura, nous avons mis le paquet sur la création de projets demo pour montrer des cas d’usages.
Maintenant qu’il est possible d’intégrer une playlist à n’importe quelle page web via notre code d’intégration, il devient d’autant plus simple de tester de bout en bout comment notre solution vidéo peut résoudre des problématiques concrètes.

Comme par exemple:

  • Augmenter le nombre de vidéos vues – grâce à l’expérience protégée et guidée, où le spectateur ne doit pas chercher dans le flux vertigineux de YouTube (et s’y perdre) mais découvre les vidéos intéressantes grâce au travail éditorial réalisé en amont par le producteur de contenus;
  • Valoriser et mettre en avant son expertise – en créant des liens entre des sujets, des thématiques, des enjeux. Avec ses propres vidéos, mais également des segments de vidéos depuis YouTube, ce qui permet de mettre l’accent sur des idées, des questions et des réponses déjà existantes, avec sa propre logique de mise en lien comme valeur ajoutée;
  • Intéresser, engager et  fidéliser ses audiences – en leur offrant une expérience personnalisée et vivante que chaque visiteur peut ensuite facilement partager d’un clic de souris.

Dans l’optique de démontrer l’intérêt et le potentiel de notre plateforme vidéo, nous avons démarré la réalisation de plusieurs cas d’usages fictifs dans des secteurs d’activité différents.

Je vais en présenter trois d’entre eux dans ce billet, sachant que nous en avons d’autres dans les segments de la formation (hautes écoles, universités), du marketing produit (marques, luxe), de la communication d’une offre (culture, patrimoine) ou des médias (journaux, télévisions).

Sans passer plus d’une journée de travail par projet démo, nous avons voulu vérifier que:

  • Les vidéos disponibles dans un segment ou pour un client sont suffisamment nombreuses et de qualité pour proposer une expérience utilisateur convaincante;
  • Notre solution apporte une plus value par rapport aux playlists sur YouTube: avec meilleure gestion de structuration des vidéos, la possibilité de découvrir d’autres vidéos via les playlists associées et surtout avec la revalorisation de vidéos par des segments spécifiques;
  • La segmentation de vidéos existantes permet d’optimiser l’accès aux informations désirées, tout en évitant de perdre l’attention du spectateur.

Des réponses à ce questions se trouvent en fin de billet.

Projet humanitaire

En prenant comme exemple les vidéos de Medair, nous avons constitué un projet qui met en avant deux usages:

  • offrir plus d’informations sur le contexte de leur aide, en complémentarité à leurs vidéos très ciblées sur les actions entreprises;
  • rassembler les vidéos qui montrent leurs actions dans divers pays, ainsi que les thèmes forts.

Cette playlist raconte ce qui s’est passé lors de l’ouragan sur Haïti en 2016, et comment Medair est venu apporter son aide directement après.

Pour amener la proposition humanitaire plus loin, voici quelques pistes de réflexion:

  • les délégués sur le terrain peuvent tourner des vidéos avec leur smartphone, uploader des rushes choisis en mode non listé sur Youtube et ainsi permettre la création d’un flux d’actualité vidéo en lien avec une de leurs actions;
  • réaliser des projets de campagne de sensibilisation avec des vidéos archives, réalisées exprès pour ainsi que des vidéos de partenaires, en offrant ainsi au public une mise en perspective évolutive sur un enjeu…

Projet institutionnel

Pour valoriser des vidéos dans des institutions, nous avons plusieurs projets en cours, dont celui avec les vidéos des HUG (Hôpital Universitaire de Genève).

Le projet permet de tester les usages suivants:

  • se renseigner sur des maladies courantes ou des soins spécifiques
  • avoir accès à des séries de vidéos (magazine de l’hôpital, conférences, forums d’innovation)
  • s’instruire à partir de vidéos de formation

Les 100 vidéos choisies pour ce démonstrateur ne sont qu’une petite partie des quelques centaines de vidéos disponibles sur la chaîne YouTube des HUG ou sur la santé en général.

Pour amener la proposition HUG plus loin, quelques pistes de réflexion:

  • Revaloriser des conférences, des séminaires filmés en lien avec des segments de vidéos qui présentent concrètement les enjeux abordés théoriquement;
  • Structurer un projet sous forme d’une FAQ vidéo, qui apporte rapidement des réponses précises et plus de détails si besoin via des playlists associées…

Projet tourisme

Pour les offices de tourisme, il s’agit de trouver le bon mix entre des informations « papier glacé » (belles images, mise en avant de symboles vendeurs évidents) et des histoires plus authentiques.
Avec l’enjeu d’attirer plus de visiteurs et de les faire consommer sur place…

Dans notre démonstrateur tourisme, nous avons mélangé des vidéos « publicitaires » avec des vidéos d’institutions locales (services industriels, département de la Culture), des vidéos de YouTubers, de touristes ou d’entreprises en charge avec la promotion d’une activité particulière (luxe, montres).
Le tout articulé autour d’offres évènementielles comme les Fêtes de Genève ou l’Escalade.

Pour amener la proposition tourisme plus loin, quelques pistes de réflexion:

  • Il serait possible de créer un projet spécifique avec une sélection évolutive de vidéos de touristes, mises en lien avec des vidéos d’information ou de promotion pour convertir la personne intéressée (hébergement, restaurant, évènement etc);
  • Pour améliorer l’impact des vidéos auprès du public touristique, il est envisageable de donner un accès aux vidéos sur une carte, ou à l’inverse, de voir le lieu sur une carte à partir d’une vidéo…

 

Pour finir, quelques considérations sur les questions posées en préambule:

  • Ce n’est pas tant la quantité de vidéos qui pose un problème à la réalisation rapide de projets avec des vidéos existantes, mais leur qualité. Les vidéos qui ont plus de 4 ans sont souvent trop compressées; il y a beaucoup de vidéos dont la finition esthétique et formelle laisse à désirer.
    Si c’est le message qui est le plus important, la qualité est secondaire; mais s’il s’agit d’une vidéo illustrative alors la qualité devient très importante…
  • Comme un grand nombre de vidéos sont « tartinées » de musique, il est assez difficile de couper où l’on veut pour ne prendre qu’un bout de vidéo;
  • concernant la facilité de naviguer et de découvrir des contenus associés, nous devons encore améliorer notre sélecteur de playlists ainsi que le mécanisme de recommandation de vidéos complémentaires – les idées et pistes de travail sont là ce n’est qu’une question de temps;
  • Nous avons pu tester les idées supplémentaires via des ateliers réalisés les deux dernières semaines: il est très facile de réaliser des vidéos avec son smartphone pour les ajouter de manière contextuelle à des vidéos existantes. Ce ne sont pas des compétences techniques compliquées qu’il faut apprendre mais une agilité créative nouvelle…

Laisser un commentaire