L’aboutissement du projet Loretan

ELF1601-CapturEcranLoretanEverest

Les archives sur lesquelles nous avons travaillé proviennent directement de la collection d’enregistrements d’Erhard Loretan et de ses compagnons d’expéditions.Cette collection a été gracieusement été mise à disposition par le Musée Alpin.
On y trouve des interviews, des ascensions, des paysages à couper le souffle, ou encore des séquences montrant la population locale dans la région de l’Himalaya. Parmi la centaine d’heures d’archives que nous avons consultées et dérushées, certaines pouvant durer de trente minutes à plus d’une heure et demi.

Nous avons choisi de mettre l’utilisateur de l’application mobile au coeur de la vie d’Erhard Loretan.
Contrairement à la réalisation d’un film traditionnel, pour lequel des fragments sont assemblés dans le but d’obtenir un montage final unique, notre projet consiste en la conservation des fragments et de pouvoir les visionner directement pour eux-mêmes.
Pour ce faire, il est possible de naviguer dans des playlists grâce aux mot-clé.

En plongeant dans les archives valorisées dans l’application mobile, l’utilisateur est invité à visionner les moments les plus intimes et intenses de Loretan, non pas du point de vue d’un réalisateur qui veut nous raconter une histoire dont il est le guide, mais au contraire, du point de vue de l’alpiniste.
Hormis le travail de sélection et d’indexation qu’a représenté la sélection des fragments en fonction des scénarios et usages dans l’application, le plaisir fut surtout d’avoir la sensation d’accompagner Erhard Loretan au coeur de ses aventures, aussi bien physiques que psychologiques.

Voici quelques illustrations d’instants privilégiés issus des fragments que nous avons conservés:

ELDVC30-CaptureEcranLoretanFred

Par exemple, dans les fichiers vidéo DV, on retrouve des interviews ou des discussions entre Erhard et ses compagnons, que ce soit sur l’évolution de l’expédition, ou encore sur des réflexions plus profondes en lien avec les dangers de la montagne ou les raisons qui ont conduit Erhard à devenir alpiniste.

Pour ce qui est des fragments issus de bandes Super-8, ils font ressortir l’ambiance des expéditions, aussi bien sur le plan des paysages que durant les ascensions.

ELFS806_Loretan6_CaptureEcranAscensionLoretan

Enfin, des bandes de 16mm font parties de la collection audiovisuelle d’Erhard Loretan. On y retrouve en particulier des extraits de l’expédition à l’Everest de 1986, que ce soit des éléments historiques, des interviews des alpinistes, ou encore du déroulement de l’expédition.

Sur la base d’archives provenant de la collection des enregistrements audio et vidéos réalisés par Erhard Loretan ou ses compagnons d’expédition, la première étape du travail consiste à consulter chaque archive l’une après l’autre, afin d’en retenir les fragments les plus pertinents.

CaptureEcranFinalCutTimeline

Pour identifier des les fragments que nous voulons garder et valoriser, nous visionnons la timeline dans son ensemble (voir ci dessus).
Puis, à l’aide de marqueurs « étendus », nous allons définir la zone qui sera gardée et exportée en un fichier à part entière (voir photo ci-dessous).

CaptureEcranFinalCutFragments

Sur cette image, on peut lire la durée totale des enregistrements audio mis à notre disposition. Certains fichiers durent plus d’une heure…
Parmi les archives retenues, comme le montre l’image ci-dessus, nous avons dégroupé des fragments d’une soixantaine de secondes en moyenne. Ces fragments sont ensuite uploadés dans la base de données afin d’y être indexés.

Lors de l’étape suivante, un travail minutieux de plusieurs semaines d’indexation avec des mot-clés objectifs et subjectifs a permis d’établir une classification des fragments. Si l’indexation objective permet d’identifier les éléments basiques du fragment (qui, quoi, quand et où), l’indexation subjective permet de donner des points d’entrée multiples. Ces fragments nous permettront de proposer différents scénarios dans l’application.

Parmi les scénarios proposés, l’option Mémorial permet de visualiser des fragments répartis par zones, grâce à la géolocalisation des documents dans le mémorial.
Ainsi, une fine indexation a consisté à répartir les fragments entre les différentes zones, en fonction de leur contenu. Ces fragments ne peuvent être visualisés que dans la zone définie du Mémorial.
Par ailleurs, une autre zone dite de « proximité » permet d’avoir accès à un certain type de contenu dans un rayon proche du mémorial, afin de susciter l’intérêt de l’utilisateur à proximité du site.

Pour les personnes qui souhaitent découvrir l’application aussi bien en dehors du Mémorial, le scénario « Consultation » offre notamment une playlist contenant des fragments de portée plus générale.

Enfin, le scénario « Marche ton 8000 » propose de suivre Erhard Loretan durant une ascension, au moyen de playlists réparties par altitude, en partant de 0 jusqu’à plus de 8000 mètres.
Contrairement aux autres scénarios, il n’est possible de « marcher » son 8000 qu’en écoutant des fragments d’archives sonores. Ceci permettra à l’utilisateur de profiter pleinement des sons d’ambiances et de l’évolution de l’ascension, tout au long de sa « marche » avec Loretan.

À quelques jours de faire découvrir le fruit de notre travail au grand public, je suis extrêmement heureux d’avoir ainsi « accompagné » Erhard Loretan tout au long de mon travail de sélection et d’indexation. J’espère de tout coeur que vous aurez le même plaisir que moi à (re)découvrir la vie d’un des plus grands alpinistes du XXe siècle!

L’équipe de la cordée de la valorisation des archives audiovisuelles Loretan est composée de :

  • Fabrice Truillot de Chambrier: réalisation de l’application mobile iOS
  • Jody Haussmann et Jérôme Marchanoff (de MobileThinking): réalisation de l’application mobile Android
  • Antoine Jaquenoud: dérushage, indexation et réalisation des scénarios d’usages.
  • Aïni Rouiaï-Thomeret: dérushage et indexation
  • Chloé Mugnier: dérushage et indexation
  • Ulrich Fischer: concepts, supervision et gestion du projet

Ecrit le 30.09.2015 par Antoine Jaquenoud.

Laisser un commentaire