La moisson du workshop à Marseille

Verduron-Oppidum_uf_111341-20150106_iPhone_Groupe-Workshop_11

L’image dit tout: le workshop a bénéficié d’une météo printanière pour aller défricher le territoire complexe du nord de Marseille.

Le workshop réalisé dans le cadre de l’école d’art de Aix-En-Provence avait les objectifs suivants:

  • Expérimenter le travail collectif. Créer en groupe, dans une dynamique proche d’une « jam » de musiciens. Utiliser les outils de captation image comme des instruments de musique – écouter, regarder et discuter avec les autres participants en direct au moment de la création du contenu;
  • Penser fragments. Créer des « briques » de contenus qui seront valorisées en tant que telles, sans passer par un montage. Chaque plan devrait fonctionner en tant que tel tout en étant connectable à d’autres plans voisins (géographiquement ou sémantiquement);
  • Enregistrer le contexte avec le contenu. Garder la trace du contexte de la création du contenu et valoriser les contenus à travers ce contexte. Concrètement: penser métadonnées. Les mots servent à chercher, trouver, lier, faire sens – autant les utiliser pour toutes ces opérations à travers la même interface, le même usage;
  • Créer un écosystème audiovisuel et une mémoire vivante. Cueillir et glaner (des situations, actions, dialogues). Puis semer, faire pousser (des histoires, des dynamiques d’imagination).
  • Initier des interactions. Ecouter et lire un territoire pour aller y écrire ses propres questions, hypothèses, réponses… Le territoire n’est pas une feuille blanche et les histoires que l’on pose dans le monde ont toutes leur pré-histoire et vont, d’une manière ou d’une autre, avoir leur propre « queue de la comète ».

Cadrés par des ballades commentées par des coopérateurs de l’Hotel du nord, les étudiant/es de l’école d’art d’Aix ont donc découvert ce territoire et ses histoires, tout en devant se concentrer sur leur propres envies et le travail artistique personnel.
Des contraintes multiples délimitaient notre fenêtre de création: suivre un guide ayant un discours pré-éditorialisé (et rester à l’écoute du réel); ouvrir sa curiosité au maximum (et ne pas se perdre dans les possibles); tabler sur son expérience créative (et prendre des risques en cherchant d’autres modes de création); chercher le dialogue (et rester à l’écoute de ses propres besoins, intuitions et idées)…

Une carte d’une partie de la récolte va tout prochainement être posée ici.

Personnellement, je me suis laissé prendre par le jeu des animations créées in-situ avec l’application cinemagram:

#skyline #silhouettes

Une vidéo publiée par Ulrich Fischer (@ulrichfischer) le

#sisyphe

Une vidéo publiée par Ulrich Fischer (@ulrichfischer) le

#groupe #attente

Une vidéo publiée par Ulrich Fischer (@ulrichfischer) le

Voici une sélection chronologiques des photographies, vidéos et « cinemagrams » réalisés lors de ces 3 jours de ballades.

Laisser un commentaire