La vidéo en rapport avec la photographie

Pour cerner un peu plus ce qu’est la vidéo, voici un face à face (un peu binaire et brut de décoffrage) entre la photographie et la vidéo.



Similitudes:

a) créatives / conceptuelles. Attention, les similitudes existent seulement dans les grandes lignes (les principes) mais pas forcément dans les détails (l’application des principes).

  • composition du cadre -> rapport à l’espace enregistré/capturé identique
  • règles optiques (angle de vue, profondeur de champs etc)
  • rapport à la lumière (gestion couleurs, contraste, vitesse d’obturation etc)
  • languages visuels (composition de l’image, abstraction, documentaire, mise en scène fictionnelle etc)

b) technique.

  • format du cadre spécifié (24×36, 16/9 etc). Mais la vidéo est plus normée que la photographie
  • constitution de l’image (pixels, RGB, dynamique de contraste etc)
  • support d’enregistrement (pellicule ou stockage informatique)
  • manière dont on enregistre les informations (les images): binaire (0-1) avec une compression (destructive, non destructive)

Différences:

a) créatives / conceptuelles.

  • temps: il faut choisir ce sur quoi on concentre son attention dans le temps. Ce qui importe au final en vidéo / cinéma, c’est le développement d’une action dans le temps…
  • enregistrement du son: l’ambiance / information sonore est très importante dans le fait que le son « guide » l’oeil…
  • rapport au hors champs différent: lié au temps (une action qui « déborde » du cadre donné) et au son (on entend quelque chose que l’on ne voit pas forcément)…
  • l’importance du montage: structurer un récit (même un film expérimental a un récit…) dans une ligne de temps. Le flux d’un film est forcément linéaire, avec un début, un milieu, une fin. Exceptions: installation vidéo, projets transmedia
  • il y a aussi les modèles économiques qui sont très différents: le cinéma fonctionne en Europe de manière fortement subventionnée, alors que ce n’est pas tant le cas pour la photographie. Les coûts de réalisation d’un film sont largement supérieurs aux coûts de production d’une oeuvre photographique (mais il y a des exceptions qui confirment la règle).

b) technique. Les principes sont proches mais dans les détails il y a des grandes différences.

  • la définition (HD ready, Full HD, 2K, 4K, etc). Plus normé que la photographie
  • espace de couleur, gamma. Les espaces de couleurs sont spécifiques par rapport à un format (PAL, NTSC, HD), et historiquement liés aux contraintes d’un flux vidéo. Aujourd’hui, les espaces de couleurs venant de l’informatique sont de plus en plus utilisés.
  • compression (les codecs utilisés) et containers (ce qui « encapsule » la vidéo)
  • l’entrelacement vs. le progressif
  • les pixels rectangulaires (non carrés)
  • plus de problèmes et bugs potentiels, cf ce billet

Ce qu’il s’agit aussi de retenir, c’est que la vidéo a beaucoup évolué ces dernières années: d’un médium à part (avec des spécificités très particulières comme l’entrelacé, les pixels rectangulaires ou le type de compression ou l’espace de couleur), il se fait « manger » par l’informatique (comme la photographie quelques années auparavant). Cela a des répercussions que nous ne voyons pas encore directement, elles sont plus « souterraines » et commencent à se faire sentir: workflows qui changent, nouvelles contraintes et explosion des possibilités créatives…
Il faut donc voir que la vidéo se rapproche de plus en plus de la photographie, elle même avalée par l’informatique. Ce qui restera comme différences entre les deux se remarquera surtout au niveau conceptuel / créatif et de la manière de « guider » l’attention du spectateur.

Laisser un commentaire