WE @ IM 2010: résumé de la présentation genevoise

Après une course contre la montre, nous avons pu finalement proposer au public de marcher des films via une application provisoire; l’application réécrite en natif sera terminée si tout va bien avant noël.

Sur les 3 jours de présence au BAC (cf images ci dessus), plus d’une vingtaine de personnes ont pu tester le dispositif; une fois que l’application démarrait (il fallait parfois 3 ou 4 tentatives avant que ça fonctionne), les marcheurs et marcheuses ayant bravé le froid des rues genevoises ont pu vivre l’expérience sonore sur le terrain puis directement voir leur film au retour de leur ballade. Grâce au nouveau dispositif technique, le visionnement des films a été grandement amélioré.

Ce qu’il faut savoir au regard des films qui ont été « marchés »:
– le moteur ne fonctionne pas encore correctement (le prochain gros chantier à aborder) – les films donnent un sentiment d’aléatoire malgré le montage « par grappe » de proximité;
– il n’y a pas assez de matière audiovisuelle variée (cf les films qui commencent par la même image, ou qui ont des séquences qui se retrouvent), il manque par exemple des archives ou des images venant d’autres tournages sur le territoire (fictions, documentaires, expérimental). Nous sommes dans le présent (les derniers 6 mois), donc d’entendre des bruits de chantiers alors que nous sommes les pieds dedans n’est pas des plus excitant;
– il y a clairement des pistes à suivre, qui ont été entrouvertes juste avant la présentation de décembre: les petites mises en scènes ou des images en décalage apportent un sacré plus, surtout si l’on reste évocateur, poétique;
– les scénarios d’usage prévus n’ont pas pu tous être proposés, cf le billet sur les scénarios;
– il y a aussi la question de la localisation des sons lors de la ballade (le réflexe est de chercher le lieu de provenance du son) ou le fait de pouvoir plus maitriser le film que l’on compose (via des critères de tri avant la ballade etc). Il y a clairement des pistes à explorer sur la manière de présenter les métadonnées lors de la ballade mais également lors du visionnement (montrer plus clairement quel est le média qui est joué, ce qu’il contient ainsi que de mieux évoquer son contexte, autant temporel que spatial).
Mais dans l’ensemble, malgré tout ce qui reste à développer et améliorer, les réactions des premiers testeurs sont plutôt positives et encourageantes: la bande son permet de « décoller » et de faire voyager son imaginaire (entre effet madeleine et salle de cinéma mentale); en revenant on a envie de voir son film de bout en bout pour vérifier / comparer…

Les marches collectives ont été relativement bien suivies (entre 10 et 20 personnes par jour), et l’expérience est à affiner (plus de préparation du performeur via des tests préalables, voir de visionner des images en amont; mieux délimiter son mode d’intervention). En effet, c’est une bonne porte d’entrée pour que le public puisse s’approprier le dispositif, de voir que finalement c’est très simple, il suffit de marcher… Lors de la dernière ballade nous avons fait tourner 3 iPhones entre les personnes du public, donc presque tout le monde a pu essayer le dispositif chemin faisant.

Quelques questions qui restent en suspens:
– analyser pourquoi personne de l’équipe du festival (à part 2 volontaires) ainsi qu’aucun invité (artiste, conférencier etc) n’a voulu essayer de marcher un film (en dehors des marches collectives). Manque de temps, de curiosité, peur de la technique, désintérêt ou manque d’informations claires ? Ce n’est pas la première fois que lors d’une présentation publique les personnes concernées en première ligne ne franchissent pas le cap, et c’est plutôt le « grand public » qui s’y frotte;
– dans cette lignée, encore réduire et rendre plus simple le mode d’emploi et la présentation du projet. En effet, il faut surtout donner envie d’essayer et ce n’est pas parce que l’on a pas compris le projet que l’on ne peut pas y arriver (ranger sa tête d’adulte de côté et mettre ses chaussures d’enfant: juste se laisser aller et vivre une expérience…);
– comment faire perdurer l’expérience une fois l’évènement de la présentation passé ? Maintenant il est clair que sans application qui puisse être installée de manière décentralisée il n’est pas possible de faire rebondir le projet, mais à l’avenir ce genre de plateforme pourrait lancer une dynamique d’usages …

Les deux dernières marches collectives:
Boris Wastiau

Walking the Edit @ IM2010: marche collective par Boris Wastiau from Ulrich Fischer on Vimeo.

et Maya Bösch

Walking the Edit @ IM2010: marche collective par Maya Boesch from Ulrich Fischer on Vimeo.

Laisser un commentaire