Moteur de montage

Nicolas Goy, le programmeur / développeur du projet, est en train de configurer le moteur de montage sur la base du tout nouveau « écosystème« .

Voici quelques détails sur le futur moteur intitulé Stalker, composé de la mécanique suivante (addition des règles qui filtrent de plus en plus finement dans la base de données pour “trouver” le média qui fonctionne le mieux dans la cohérence parcours/film):

  • proximité (chercher tous les médias qui sont superposés par dessus notre position au moment t)= ne prendre en considération que les médias de proximité. Il faut faire le calcul non pas du point où on est et calculer les distances les plus courtes vers les “épicentres” des médias les plus proches, mais partir de la spatialisation de chaque média sous forme d’un disque (le rayon est spécifié automatiquement en fonction de la durée), et ne prendre que les disques qui se superposent au dessus du point / du tracé. Cela veut dire par exemple qu’un média court qui est tout proche, mais dont le disque ne se superpose pas par dessus notre tracé ne sera pas pris en considération – à l’opposé, un média relativement lointain mais dont le rayon / la durée est important se superpose à notre position et sera donc par conséquent pris dans ce premier filtrage;
  • vitesse/durée (la vitesse de marche définit la durée des plans) = selon une table de mapping à spécifier, il s’agit de chercher les médias qui correspondent à la vitesse de notre déambulation. Plus on va vite, plus le moteur va chercher des plans courts; plus on ralenti, plus on va recevoir des plans longs. Les cas limites: on est arrêté depuis 10 minutes et on se met à courir, quelle est la réactivité possible du système ? Autre question à résoudre: quelle fenêtre temporelle on prend – vitesse moyenne instantanée, “lissée” sur 3, 5, 10 secondes ? à tester… et: possible de passer via des variables éditables pour pouvoir personnaliser le mapping entre vitesse et durée ?
    Voir le schéma de lissage de vitesse calculé sur base d’un parcours:
    schema_vitesse_mai2010
  • continuité thématique (on tente de garantir une continuité narrative / causale) = la thématique du premier média du film est choisie en fonction du nombre occurrences d’une thématique dans le premier filtrage de proximité. C’est la thématique la plus représentée qui va être choisie pour les X premières minutes du film. Pouvoir changer les variables min/max de la durée d’une thématique (par exemple min 3 minutes, max 9 minutes).
  • choix de qualité (prendre le média qui a la meilleure note)

-> normalement à ce moment là, il ne devrait rester qu’un seul “survivant”, le média qui “gagne” sa place dans le montage…

Le film est constitué de deux pistes:
1) une piste « ambiance » – il s’agit avant tout de garantir une base visuelle et audio qui serve de base de continuité (surtout pour l’audio). Il n’y a que des sons d’ambiance et des images plus abstraites, d’ambiance.
2) une piste « contexte » – il s’agit de la piste insert, qui vient poser des plans avec des sons plus contextuels et de la parole (interview etc).
Cette méthode est avant tout utile pour éviter qu’il y ait deux médias avec parole en même temps, et pour assurer une base de continuité sur laquelle viennent se poser des plans d’insert plus spécifiques.

Nous espérons pouvoir tester ce moteur dès mi mai, afin de pouvoir recalculer les films existants sur le site sur base des parcours enregistrés; l’étape d’après est de pouvoir tester la composition d’un film directement à Renens à travers l’utilisation de l’application iPhone qui devrait être prête d’ici fin mai.

Laisser un commentaire