WE à Version Bêta: compte rendu

Samedi 13 décembre il y a eu la journée expérimentale dans le cadre de la manifestation « Version Bêta » au CIC à Genève – WE étions aussi de la partie avec une présentation de l’état actuel de la recherche. Ce document de présentation a été distribué.
Quelques feedbacks / conclusions provisoires:

– il est difficile de présenter un projet au milieu de son développement – ne pas pouvoir montrer de résultats rend les explications du processus et des enjeux plus compliqué (surtout pour notre projet très touffu);
– c’est pourquoi il serait souhaitable / profitable d’avoir une esquisse (montage vidéo simulation; texte ou animation de présentation; autre forme de présentation du type de résultats visés) qui permettrait lors d’une explication du projet de commencer par la fin. Il était déjà question en fin de phase 1 de faire ce type d’objet, mais le temps a manqué;
– de manière générale, il semble que les principales idées et enjeux du projet ont pu être présentées dans le temps assez serré de 40 minutes, il y a par contre toujours la question de l’équilibre entre les grandes lignes et les détails: le fait d’entrer dans les détails n’est que possible si on y va à fond, ce qui n’était bien sûr pas possible dans ce contexte. Il sera donc préférable pour une prochaine fois d’en rester sur les grandes lignes qu’il faudra synthétiser, tout en envoyant quelques belles formules / images pour donner une idée du potentiel qui se trouve dans les détails…
– en généralisant à partir de quelques discussions où les personnes avaient des doutes sur certains partis pris, j’en suis arrivé à la conclusion que les personnes venant du cinéma avaient de la peine à concevoir le « lâcher prise » de l’auteur (typique de projets dits « ouverts » ou interactifs) alors que les personnes venant plutôt des nouveaux médias ont des difficultés à envisager la nécessité de maîtrise de la complexité (qui vient assez directement de la volonté de maîtriser les étapes de production que l’on connaît au cinéma)… La réalité est bien sûr plus compliquée que cela, mais cette image du projet se trouvant sur aucun des deux territoires tout en revendiquant vouloir utiliser les fondements de chaque partie me semble assez représentative (à l’heure qu’il est, peut-être que dans un an les choses auront bougé).

La journée était assez dense en propositions diverses, j’ai bien aimé la présentation très dynamique et bien menée de Mouna Andraos; le lien que je fais avec le projet WE se situe pour moi au niveau du concept de réapropriation (en l’occurence pour elle d’objets technologiques grand public) – enfin un projet qui se pose la question de permettre (voir de provoquer) un liant – lien actif et ludique entre un individu et son contexte (en l’occurence technologique).

UF 

Laisser un commentaire